Syrie

10 octobre 2019 16:08; Act: 10.10.2019 16:48 Print

Les forces kurdes luttent pour contrer l'assaut turc

Les Kurdes font état de «violents affrontements» avec les forces turques dans des secteurs frontaliers qu'ils contrôlent.

Sur ce sujet
Une faute?

Les forces kurdes en Syrie luttent jeudi pour contenir un assaut de la Turquie, au lendemain du lancement de l'offensive d'Ankara dans le nord-est du pays en guerre. Une nouvelle crise humanitaire est à craindre.

L'offensive de la Turquie a provoqué un tollé international, plusieurs pays craignant une résurgence de l'EI, et une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU doit avoir lieu jeudi.

Accusé d'avoir trahi ses alliés kurdes qui ont joué un rôle crucial dans la défaite du groupe Etat islamique (EI), le président américain Donald Trump a tenté de justifier le feu vert qui semble avoir été donné à Ankara avec le retrait de soldats américains de zones frontalières avant le début de l'opération.

L'objectif affiché de l'offensive d'Ankara, menée avec des supplétifs syriens, est d'éloigner de la frontière la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), considérées par Ankara comme une organisation «terroriste» pour ses liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

Après avoir bombardé des secteurs frontaliers, Ankara a lancé son opération terrestre mercredi soir et ses forces ont franchi la frontière. Le ministère de la Défense turc a affirmé que l'opération avait été «menée avec succès durant la nuit, dans les airs et au sol». Des «cibles désignées» ont été «capturées», a-t-il souligné sur Twitter, sans plus de précisons.

Mais l'offensive ne semble pas avoir véritablement progressé et les forces kurdes ont annoncé avoir bloqué deux tentatives d'incursion dans les secteurs frontaliers de Ras al-Aïn et de Tal Abyad qu'elles contrôlent.

Violents affrontements

Jeudi matin, les raids de l'aviation turque ont repris entre les deux villes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Des milliers de civils fuient les frappes aériennes et tirs d'artillerie, femmes et enfants juchés sur des camionnettes ou marchant le long des routes avec des sacs bourrés d'affaires.

«De violents affrontements» se déroulent dans les zones de Ras al-Aïn et Tal Abyad, d'après un responsable des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes dominée par les YPG, alliée aux Occidentaux dans la lutte contre l'EI.

Au moins 19 combattants des forces kurdes et huit civils ont été tués mercredi par les frappes aériennes et les tirs d'artillerie de l'armée turque, selon l'OSDH.

D'après les médias turcs, la Turquie envisage dans un premier temps de prendre le contrôle d'une bande de territoire à la frontière, longue de 120 kilomètres et profonde d'une trentaine de kilomètres.

Pour Ankara, l'offensive doit permettre la création d'une «zone de sécurité» où pourront notamment être installés une partie des 3,6 millions de réfugiés Syriens vivant en Turquie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé jeudi d'ouvrir les portes de l'Europe à des millions de réfugiés en réponse aux critiques européennes contre l'offensive.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Une tête le 10.10.2019 17:36 Report dénoncer ce commentaire

    De truc

    Consommateurs,, boycottons les produits turcs. Le démocrateur Erdogan ne comprends rien.. Plus de vacances la bas, plus de vêtements fabriqués la bas, plus de cacahouète, de pistaches, de cornichons. Peut être qu'il finira par comprendre. L'argent que les touristes depense lui sert a rien d'autre que d'acheter des armes, des tanks et de réprimer les journalistes et opposants. Cette dictature a assez duré. Basta....

  • Florian le 10.10.2019 16:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    lutter les gars

    je prefere les refugiés maintenant plutôt que la catastrophe qui s'annonce et surtout de devoir baisser mon froc devant ce dictateur !

  • Hulot le 10.10.2019 17:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Historique !

    Si les Alliés avaient donné un territoire autonome aux Kurdes d'Iran , de Turquie, de Syrie et d'Irak on n'en serait pas là ! Les Kurdes ont toujours été lâchés par les grandes puissances !

Les derniers commentaires

  • E. Klabouceur le 11.10.2019 11:22 Report dénoncer ce commentaire

    Affrontements et combats

    Cette sémantique journalistique m'interpelle toujours: "des combats violents", ou de "violents affrontements". C'est pour distinguer des "combats amicaux", ou "en douceur", "bon enfants"? Des termes comme intense, sporadique, ou acharné seraient plus explicites.

  • Bachi-bouzouk le 11.10.2019 08:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi vous fermer les commentaires

    Quant il s'agit de problème en Suisse par contre la ils sont ouvert, faudrait revoir votre logique le 20 Minutes.

  • Bob le 10.10.2019 23:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Traitre

    « Accusé » d'avoir trahi... non, il a trahi

  • trump le traitre le 10.10.2019 22:38 Report dénoncer ce commentaire

    Un canard de plus

    bizarre que tous les dictateurs ont des moustaches. Un canard de plus dans le monde.

  • du monde cruel le 10.10.2019 21:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'histoire sans fin

    Pendant qu'une nouvelle crise commence à la frontière turque. Les minorités, en Turquie, doivent ce faire tout petit pour pouvoir vivre normalement. Un mot de travers, tu perds ton job. Et au 2ème mot de travers, c'est la prison. Fachisme et religion s'est emparé du pouvoir. Et le peuple turc (très fier de lui) suit son patron moustachu... Le peuple kurde ne pourra jamais rien obtenir là-bas; même avec l'aide de l'Europe et Trump. Arretez de rever!

    • La Fin n'Est Pas Loin le 10.10.2019 22:35 Report dénoncer ce commentaire

      @du monde cruel

      Il faut se rendre à l'évidence: les gens qui vivent maintenant sont les enfants de ceux qui ont gagné les guerres passées, les autres n'ayant pas pu procréer parce qu'ils étaient morts. Et comme ce sont les vainqueurs qui écrivent l'histoire, les autres étant violemment décédés, les vivants actuels sont les descendants de gens qui ont du sang sur les mains. Question, maintenant: on pleurniche en rond, ou bien on fait quelque chose ensemble pour le climat? Parce que pleurnicher en rond mène tout droit à la poêle à frire pour tous.