Environnement

20 juillet 2018 01:09; Act: 20.07.2018 06:47 Print

Les géants pétroliers gagnent face à New York

La ville avait traîné devant la justice des géants pétroliers pour leur rôle supposé dans le réchauffement climatique.

storybild

La ville de la côte ouest américaine comptait se servir des dommages alloués par la justice pour financer des mesures contre le réchauffement climatique. (Photo: AFP)

Une faute?

La ville de New York a été déboutée jeudi de son action en justice contre cinq géants de l'industrie pétrolière pour leur rôle présumé dans le changement climatique. L'affaire avait été initiée en janvier.

New York ne réclamait pas de montant précis. Le maire Bill de Blasio avait indiqué que les dommages éventuellement alloués par la justice contribueraient au financement des mesures prises par la ville pour lutter contre les conséquences du changement climatique. La municipalité a déjà lancé un programme d'investissement de 20 milliards de dollars pour répondre au nouveau défi qui se pose à la cité côtière.

Dans son ordonnance, le juge fédéral John Keenan a justifié sa décision en estimant qu'il n'y avait pas de base légale pour ce type d'actions, se référant à la jurisprudence citée par les compagnies pétrolières, BP, Chevron, ConocoPhillips, ExxonMobil et Shell.

«Le changement climatique est un fait, ce que ne contestent pas les défendeurs», a écrit le magistrat dans le jugement consulté par l'AFP. «Mais il n'est pas du ressort de la justice de traiter les problèmes sérieux qu'il provoque.» «Le réchauffement climatique et les solutions à y apporter doivent être traités par les deux autres pouvoirs de l'Etat», législatif et exécutif, a-t-il ajouté.

Conclusions attendues

En annonçant son action en justice, début janvier, le maire de New York avait indiqué son intention de solder la totalité des investissements de la ville dans les énergies fossiles, soit cinq milliards de dollars environ.

La décision finale de ne plus conserver de participation dans des sociétés actives dans les énergies fossiles dépendra néanmoins des conclusions d'une étude d'impact et d'une analyse juridique, qui n'ont pas été rendues publiques à ce jour.

(nxp/ats)