Philippines

14 septembre 2018 08:09; Act: 14.09.2018 15:49 Print

Le super typhon arrive, les habitants tremblent

Le typhon Mangkhut est attendu d'ici 24 heures aux Philippines. Des milliers de personnes ont fui leur logement dans les zones côtières. Les autres renforcent leurs maisons.

storybild

De fortes pluies commençaient à s'abattre vendredi sur la pointe nord-est de Luçon. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les autorités philippines ont fait évacuer vendredi de nouvelles régions. Elles ont demandé à 5,2 millions d'habitants du nord de l'archipel, placés sur la trajectoire d'un typhon «très destructeur», de rester barricadés chez eux.

Le super typhon Mangkhut devrait balayer la pointe nord des Philippines samedi, avec des vents soufflant à 205 km/h et des pointes à 255 km/h, qui n'ont pas faibli depuis que la tempête a frappé la Micronésie en début de semaine.

Plus de 8000 personnes ont été transférées dans des abris temporaires, alors que Mangkhut se rapproche des provinces de Cagayan et d'Isabela, productrices de riz et de maïs.

Passagers bloqués

Des dizaines de milliers d'autres habitants devront peut-être être évacués des zones basses, les météorologues prévoyant une houle de tempête de six mètres au niveau des villages du littoral situés sur la trajectoire du typhon.

Cinq mille passagers étaient bloqués vendredi dans plusieurs ports par le typhon, qui se dirigera vers Hong Kong, la Chine et le Vietnam après avoir balayé l'île philippine de Luçon.

Les autorités prennent des précautions particulières car elles font la comparaison avec le typhon Haiyan, qui avait dévasté les régions centrales de l'archipel en 2013, faisant 6300 morts. Il est toutefois peu probable que les vents de Mangkhut forcissent encore et atteignent les 240 km/h de Haiyan. Le nord de Luçon, d'autre part, est moins densément peuplé que les zones frappées par Haiyan dans le centre.

Même si l'on s'attend à ce que Mangkhut faiblisse après avoir abordé les terres, il n'en demeurera pas moins «très destructeur», selon le météorologue Rene Paciente. Un avis de vigilance tempête a été émis pour la capitale, Manille, tout comme pour une trentaine de provinces du nord et du centre de l'archipel. Les cours ont été suspendus et les administrations ont fermé leurs portes en plus de 600 endroits.

«Le vent ne sera pas une plaisanterie»

Les habitants de Luçon, la principale île des Philippines, où vivent des millions de personnes, barricadaient leurs fenêtres et renforçaient leurs toits pour éviter qu'ils ne soient arrachés par la tempête. «Les pluies vont être fortes et le vent ne sera pas une plaisanterie», a déclaré à l'AFP Michael Conag, porte-parole de la défense civile locale. «On pourrait avoir une houle équivalente à un bâtiment de quatre étages. Des maisons pourraient être détruites, surtout les habitations faites de bric et de broc qui sont les plus fréquentes dans les zones côtières».

De fortes pluies commençaient à s'abattre vendredi sur la pointe nord-est de Luçon, balayée aussi par des vents forts, mais aucun dégâts ni inondation majeurs n'ont été signalés. Les paysans de la région, qui produit une partie non négligeable du maïs et du riz de l'archipel, se précipitaient pour ramasser des récoltes qui pourraient se retrouver sous les eaux. Au moins quatre millions de personnes se trouvent sur la trajectoire directe de Mangkhut, qui devrait ensuite se diriger vers le sud de la Chine, y compris le territoire semi-autonome de Hong Kong.

«Trop peur pour rester»

«On a vraiment peur. Ils disent que le typhon est si violent», dit Delaila Pasion, qui a fui sa maison. «On a trop peur pour rester». «Lors des dernières pluies de mousson, la moitié de notre maison a été détruite. Je veux que mes petits-enfants soient en sécurité».

Les autorités craignent particulièrement les inondations et les glissements de terrain. Les petits villages pauvres de pêcheurs sont aussi très vulnérables aux vents violents et aux immenses vagues qui déferlent sur les côtes.

Vingtaine de typhons par an

L'archipel est frappé chaque année par une vingtaine de typhons qui font des centaines de morts et aggravent la pauvreté de millions de personnes. Haiyan, l'un des typhons les plus violents à avoir jamais touché terre, avait frappé les îles du centre des Philippines en novembre 2013, avec des vents dépassant les 315 km/h.

Des vagues géantes, semblables à celles d'un tsunami, avaient tout dévasté sur leur passage. La catastrophe a fait plus de 7350 morts ou disparus et privé de logement plus de quatre millions d'habitants. L'agence météorologique philippine a indiqué que Mangkhut était à ce stade la tempête tropicale la plus violente de l'année, avec des vents soufflant à 205 km/h et des rafales allant jusqu'à 255 km/h.

L'Observatoire météorologique de l'ex-colonie britannique de Hong Kong a exhorté à la prudence, en expliquant que la tempête constituait une «menace considérable». Les services météo de Taïwan ont prédit que la tempête serait la plus proche de l'île samedi, précipitant de fortes pluies sur le sud et l'est, soulignant cependant qu'il était peu vraisemblable qu'elle soit directement touchée.

(nxp/afp)