Europe

12 mai 2019 15:07; Act: 12.05.2019 21:15 Print

Les inégalités se creusent davantage dans l'UE

Les pays de l'ancien bloc de l'Est sont particulièrement touchés par des inégalités en Europe, selon une étude.

storybild

La Bulgarie est le pays le plus inégalitaire de l'UE, selon Eurostat. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les inégalités ont augmenté dans l'Union européenne ces dernières décennies, en particulier dans l'ancien bloc de l'Est, mais le fossé entre riches et pauvres reste moins gigantesque que dans d'autres régions du monde.

Inégaux devant les inégalités

La Bulgarie est le pays le plus inégalitaire de l'UE, selon Eurostat. L'office européen des statistiques mesure, pour chaque pays, un coefficient de Gini, indice compris entre 0 et 100 qui évalue les inégalités de revenus. Plus il est élevé, plus il y a d'inégalités.

En Bulgarie, il culmine à 40 en 2017, bien au-dessus de la moyenne européenne (31). Les pays baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie), les quatre principaux pays du Sud (Espagne, Portugal, Grèce, Italie), la Roumanie et le Royaume-Uni complètent le Top 10.

Allemagne, France et Pologne sont, quant à eux, légèrement moins inégalitaires que la moyenne. Slovaquie (avec un indice de 23), Slovénie et République tchèque sont les plus égalitaires, suivis par les pays nordiques (Suède, Danemark, Finlande), la Belgique, les Pays-Bas et l'Autriche.

Aggravation depuis 40 ans

Entre 1980 et 2017, en Europe, le revenu moyen des 1% les plus riches a crû «deux fois plus vite» que celui des 50% les plus pauvres, selon une étude du Laboratoire sur les inégalités mondiales (WIL) publiée en avril. Une «montée des inégalités» qui s'observe dans la «quasi-totalité des pays européens».

Selon l'organisme, les politiques européennes «peinent à promouvoir une croissance plus inclusive», car elles sont «focalisées sur la réduction des inégalités entre Etats-membres», délaissant les «inégalités à l'intérieur des pays».

C'est à l'Est que les inégalités ont, en moyenne, le plus augmenté. Les écarts de revenus y ont explosé pendant la «transition du socialisme au capitalisme» dans les années 1990, les privatisations bénéficiant à une «élite restreinte», selon le WIL. Région la plus égalitaire du continent en 1980, l'Europe de l'Est atteint aujourd'hui les niveaux d'inégalité de l'Ouest et du Sud.

Les impôts, un levier important

En Europe de l'Ouest, les 10% les plus riches gagnent, en moyenne, sept fois plus que les 50% les plus pauvres avant impôts, mais cinq fois plus après impôts, soit une baisse de 29%, selon les données du WIL. La correction est de 23% en Europe du Sud et du Nord, et de seulement 15% à l'Est.

En effet, à l'ouest, les taux d'imposition sont souvent progressifs, plus élevés pour les hauts revenus, alors que de nombreux pays de l'Est, comme les pays baltes, la Bulgarie et la Roumanie, ont mis en place des impôts à taux unique.

Au-delà, la «concurrence fiscale accrue entre Etats européens» a «miné la progressivité de l'impôt», selon le WIL.

Parmi les pays les plus égalitaires, le Danemark «présente les politiques fiscales parmi les plus progressives au monde», selon un rapport d'Oxfam et Development Finance International (DFI) publié fin 2018. Les deux ONG classent le pays en tête de leur classement mondial des Etats engagés contre les inégalités.

L'Europe parmi les bons élèves

L'Europe est, malgré tout, l'un des continents qui a «le mieux résisté à la montée des inégalités de revenu», selon WIL. Elles ont, par exemple, «beaucoup moins augmenté qu'aux États-Unis», «notamment grâce à des systèmes éducatifs et de santé plus égalitaires». Les prestations sociales jouent ainsi un grand rôle.

Depuis 1980, les revenus des 50% de personnes les plus modestes ont augmenté de 37% en Europe, alors qu'ils ont stagné aux Etats-Unis. A l'autre bout de l'échelle, les revenus des 0,01% les plus aisés ont augmenté de plus de 300% aux Etats-Unis, soit deux fois plus qu'en Europe.

L'écart est également visible à travers le coefficient de Gini, de 39 aux Etats-Unis selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), soit huit points de plus que celui de l'UE. La plupart des pays non-européens de l'OCDE ont d'ailleurs un coefficient supérieur à celui du vieux continent: 33 en Australie, 34 au Japon, 40 en Turquie, 46 au Mexique et jusqu'à 62 en Afrique du Sud. Seul le Canada (31) fait jeu égal avec les pays européens.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ancien de montreux le 12.05.2019 16:09 Report dénoncer ce commentaire

    europe

    mince alors, on croyait tous que l'Europe unie serait bien pour les pays qui y font partie avec macron qui conduit la loco mais non on s'est trompé encore une fois. Vive la Suisse et la Norvège!

  • debleu le 12.05.2019 16:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ah...

    Personne ne comprend que l Europe ne sert a rien ? Si ce n est enrichir certain... Que des promesses, mis de pire en pire...

  • Dra 10 le 12.05.2019 16:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre malgré les richesses

    Je croyais que le communisme était pire que le libéralisme..!! Et bien non..!! Malgré tous l'argent pris au pays riche pour donner au pays pauvres l'évolution c'est creuser pour les gens qui n'ont pas l'esprit REQUIN....!!Et après cela l'Europe fait miroiter à l'Ukraine une rentrée dans l'Europe..!!encore des oligarques qui vont s'enrichir et des pauvres encore plus pauvres..!!

Les derniers commentaires

  • Saaargle le 13.05.2019 19:31 Report dénoncer ce commentaire

    Un monde meilleur?

    La globalisation n'a jamais été qu'une arnaque, les groupes financiers, les grandes multinationales, ont élaboré un racket en règle des ressources mondiales. Créer des stratégies pour vampiriser les richesses, la planète est captive d'un sytème, dont il n'y pas de contre-pouvoir.

    • Numéro 27 le 14.05.2019 14:18 Report dénoncer ce commentaire

      No futur?

      Ouaip, c'est flippant, demain sera par qu'aujourd'hui.

  • ancien de montreux le 13.05.2019 14:13 Report dénoncer ce commentaire

    voté

    j' ai déjà voté c' est l' avantage d'avoir deux nationalités, ps: j. ai voté juste, ne vous inquiétez pas.

  • Adri le 13.05.2019 12:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vocation européenne

    Cette statistique ne fait que refléter ce pour quoi l'Union Européenne s'engage. C'est à dire lutter pour un capitalisme outrancier, lutter pour les multinationales ainsi que les ultras riches. En aucun cas l'Union Européenne n'est une union sociale faite pour les travailleurs et à l'écoute des travailleurs.

    • Fromagegger le 13.05.2019 19:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Adri

      Eh ooh !!! Tu te trompes de cible l'ami là tu parles de la suisse !!!

  • .......... le 13.05.2019 11:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    .........

    Mais non les petits moutons tout va bien!!!! L'école cherche des élèves ils ne faut pas oublier de vous inscrire......

    • nous les riches le 13.05.2019 13:36 Report dénoncer ce commentaire

      bon signe

      Après la pierre, les Suisse(s) aiment placer dans l'or... Bien sûr, l'or est en chute libre, et "les Suisse" sans (S) sont très riches.

  • Nous les Suisses le 13.05.2019 11:49 Report dénoncer ce commentaire

    tous riches

    Nous les Suisses, tous riches, on achète des résidences secondaires dans le Grand Genève de l'UE, des chalets en Valais et des maisons de vacances en haut pays niçois. Et, comme vous le savez déjà, nous n'aimons pas l'UE car nous sommes tous de très bons élèves, et chez nous les inégalités n'existent pas! Source: ma cage à poules de 32 m2.