France

18 décembre 2008 21:41; Act: 18.12.2008 21:44 Print

Les lycéens manifestent par milliers contre un projet de réforme

Plus de 130 000 lycéens ont défilé jeudi en France à l'occasion d'une journée d'action nationale.

Une faute?

Celle-ci visait à exiger l'annulation de la réforme du lycée et des suppressions de postes dans l'Education.

Les manifestants étaient 127 000, selon le ministère de l'Intérieur, et plus de 150 000, selon l'Union nationale lycéenne (ULN).

Malgré le report d'un an de la réforme, les jeunes emmenés par l'UNL et la Fédération indépendante démocratique et lycéenne (Fidl) restent déterminés et promettent de relancer le mouvement après les vacances de Noël.

Darcos recule

Sous la pression, le ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos, a semblé reculer un peu plus en parlant de «rouvrir la totalité du dossier» et «d'états-généraux». Mais les lycéens veulent entendre le mot «retrait.»

A Paris, Lyon, Rennes ou encore Toulouse, les manifestations ont été émaillées d'incidents avec les forces de l'ordre. A Dijon, des lycéens ont bloqué des voies SNCF pendant une heure.

Dans la capitale, la manifestation entre le jardin du Luxembourg et les abords du ministère de l'Education nationale a réuni 13 600 personnes, selon les organisateurs. Des violences ont éclaté en fin de parcours lorsque la police a isolé environ 200 manifestants boulevard des Invalides et fait usage de gaz lacrymogène.

Une quarantaine de lycées perturbés

Selon le rectorat de Paris, une quarantaine de lycées généraux et professionnels, sur un total de 105, étaient plus ou moins perturbés. Une soixantaine d'établissements étaient en outre mobilisés en région parisienne, selon l'UNL.

Les manifestants réclament l'annulation de la réforme du lycée, qui comprend notamment une refonte de la classe de seconde, et des 13 500 suppressions de postes prévues dans l'Education nationale pour la rentrée 2009. La Fidl appelle à une nouvelle journée de mobilisation le jeudi 8 janvier.

Ecueil habituel de la droite

C'est dans le souci affiché d'apaiser les esprits que l'Elysée a demandé à Xavier Darcos de retirer lundi sa réforme des lycées, que le président Nicolas Sarkozy continue toutefois de considérer comme «essentielle.» Le Premier ministre, François Fillon, a répété jeudi qu'il n'était «pas question d'enterrer» le projet.

Depuis une vingtaine d'années, les gouvernements de droite ont dû reculer sur plusieurs projets de réforme du système d'enseignement face à la contestation lycéenne et étudiante. Les partis de gauche ont apporté leur soutien aux lycéens.

(ats)