Bizutage

12 mai 2012 22:31; Act: 13.05.2012 09:19 Print

Les pompiers parlent d'incompréhension

Les pompiers accusés de viol par des collègues lors d'un bizutage qui a mal tourné nient. «Pour eux, il n'y a pas eu viol», a déclaré leur avocat.

Sur ce sujet
Une faute?

L'avocat de deux pompiers mis en examen dans l'enquête sur un viol et des violences sur des engagés de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) a assuré aujourd'hui que ses clients ne comprenaient pas pourquoi ce bizutage avait «dégénéré», confirmant que «pour eux, il n'y a pas eu viol».

«Dire qu'ils sont désespérés est un euphémisme, ils n'arrivent pas véritablement à comprendre pourquoi ça a dégénéré», a déclaré sur Europe 1 Me Régis Méliodon, avocat du pompier incarcéré à la prison de La Santé et de l'un des pompiers mis en examen pour non empêchement d'un crime ou délit. «Ils disent c'est peut-être l'effet de groupe, peut-être l'alcool, ils ne comprennent pas. C'est la première fois, ils disent, que ça a autant dégénéré», a-t-il ajouté.

Quand ils ont vu les scènes filmées sur téléphone portable, «les clients que je représente avaient honte», a-t-il dit. «C'est allé au-delà du raisonnable.» «Après, pour eux il n'y a pas eu viol», a-t-il ajouté, précisant que sur la vidéo qu'il a pu visionner, «on ne voit pas tout. On est incapable de savoir s'il y a eu viol ou pas (...) On voit une bouteille mais on ne voit pas si elle a été introduite ou pas».

Douze pompiers ont été mis en examen et l'un d'eux a été incarcéré vendredi soir dans l'enquête qui secoue la prestigieuse brigade. La scène de violences est survenue dans un car qui ramenait le 6 mai l'équipe spéciale de gymnastes de la BSPP d'une compétition à Colmar (Haut-Rhin).

(afp)