Corée du Nord

20 avril 2019 13:25; Act: 20.04.2019 13:28 Print

Les propos de Bolton sont «immatures, stupides»

Pyongyang a accusé samedi le conseiller à la sécurité nationale de la Maison blanche John Bolton de faire des commentaires «stupides» sur l'état des discussions sur la dénucléarisation de la Corée du Nord.

storybild

John Bolton. (Photo: Keystone/AP/Jacquelyn Martin)

Sur ce sujet
Une faute?

Jeudi, quelques heures après avoir annoncé l'essai d'une nouvelle arme, la Corée du Nord avait réclamé le retrait du secrétaire d'Etat Mike Pompeo des discussions en l'accusant de manquer de prudence et de maturité. M. Pompeo a assuré vendredi être «toujours chargé de l'équipe» de négociateurs.

Désaccord

Les discussions sont dans l'impasse entre Pyongyang et Washington depuis le fiasco du sommet de Hanoï en février entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump.

Il s'agissait de la deuxième rencontre entre les deux hommes après leur sommet historique de juin 2018. Elle a achoppé sur un désaccord: le Nord-Coréen réclamait une levée des sanctions trop importante aux yeux de l'Américain, en échange d'un début de dénucléarisation jugé trop timide.

Dans un entretien à l'agence Bloomberg publié mercredi, M. Bolton avait estimé que Pyongyang devait donner «une indication réelle» de sa volonté d'abandonner les armes nucléaires avant la tenue d'un troisième sommet, affirmant que M. Trump était «pleinement préparé» à une telle rencontre et que l'administration américaine était prête pour «le grand accord».

Dans des commentaires cités par l'agence officielle nord-coréenne KCNA, la vice-ministre des Affaires étrangères Choe Son-hui a estimé que les commentaires de M. Bolton pouvaient montrer «un manque de compréhension sur les intentions des deux dirigeants». «Ils me semblent immatures et stupides», a-t-elle ajouté. «Rien de bon ne peut vous arriver si de telles remarques indélicates persistent».

Nouvelle arme

La Corée du Nord a annoncé jeudi l'essai d'une nouvelle «arme tactique guidée», avec «une puissante ogive». Selon KCNA, Kim Jong Un a lui-même «guidé l'essai de tir» et qualifié ce test d'«événement d'une très grande importance pour accroître la puissance de combat de l'Armée populaire» nord-coréenne.

Le Pentagone a confirmé que la Corée du Nord avait effectué un test d'armement, précisant qu'il ne s'agissait pas d'un missile. C'est la deuxième fois que la Corée du Nord affirme avoir procédé à un essai d'arme depuis le début, en 2018, de ses négociations avec les Etats-Unis sur ses programmes de missiles balistiques et d'armement nucléaire.

De son côté, Moscou a annoncé jeudi la préparation d'un sommet inédit entre Kim Jong Un et le président Vladimir Poutine, prévu pour fin avril en Russie, signe du rôle accru que Moscou souhaite jouer.

(afp)