«Gilets jaunes» en France

06 décembre 2018 18:23; Act: 06.12.2018 21:42 Print

Commerces des Champs-Elysées sommés de fermer

La préfecture de police de Paris a appelé les commerçants du secteur à «fermer (leurs) portes et accès» samedi.

Sur ce sujet
Une faute?

Renforts policiers, musées et boutiques des Champs- Elysées fermés : les autorités françaises se préparaient à l'éventualité d'une «très grande violence» samedi. Les «gilets jaunes» restaient sourds aux appels au calme. Ces derniers jours, la fronde a gagné lycéens, étudiants, agriculteurs, qui en ont profité pour faire valoir des revendications différentes de celles des «gilets jaunes», entrés eux en rébellion contre la politique fiscale et sociale du gouvernement.

Poubelles et voitures incendiées, mobilier urbain dégradé, échauffourées avec les forces de l'ordre : plusieurs manifestations de lycéens ont dégénéré jeudi à travers la France, rappelant les images d'émeutes samedi dernier à Paris.

En prévention, les commerçants de la célèbre avenue des Champs-Elysées, épicentre des violences il y a une semaine, ont été priés de baisser leur rideau samedi. Des dizaines de musées parisiens, et la Tour Eiffel, seront en outre fermés.

Invité du 20H de TF1, Édouard Philippe a annoncé que 89'000 membres des forces de l'ordre seraient mobilisés samedi en France, dont 8000 rien qu'à Paris, théâtre de scènes d'émeutes et de guérilla urbaine le 1er décembre. Ils étaient 65'000 samedi dernier, dont environ 5000 dans la capitale. En plus des milliers de policiers déployés, une douzaine de véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG) seront utilisés à Paris.

«Gilets jaunes» inflexibles

Mobilisés depuis trois semaines, les «gilets jaunes» ont balayé les premières concessions du gouvernement, jugées insuffisantes.

Après la promesse d'un gel des tarifs de l'énergie pendant l'hiver et d'une vaste concertation sur les revendications des manifestants, le gouvernement a fait un nouveau geste en renonçant «pour l'année 2019» aux augmentations de taxes sur les carburants, principale exigence des protestataires. Cet effort qui représente un manque à gagner de 4 milliards d'euros, selon le gouvernement, n'a pas semblé convaincre les manifestants.

La «colère est demeurée insaisissable et incontrôlable», a reconnu Édouard Philippe, qui a poursuivi jeudi au Sénat un débat engagé mercredi à l'Assemblée nationale pour défendre son plan de sortie de crise.

Fébrilité

Dans un nouveau geste, le chef du gouvernement s'est aussi dit ouvert à des mesures de revalorisation des bas salaires - également réclamées par les «gilets jaunes» - à condition qu'elles ne pénalisent pas «excessivement» la compétitivité des entreprises.

En revanche, la perspective d'un débat sur la réforme de l'Impôt sur la fortune (ISF) s'est éloignée après une fin de non recevoir du président Macron. La cacophonie gouvernementale au sujet de l'ISF, ainsi que les atermoiements quant à la taxe sur les carburants, suspendue six mois avant d'être finalement annulée pendant un an, a donné le sentiment d'une grande fébrilité des autorités face au risque d'aggravation de la crise.

Toutes ces annonces répondent à des demandes des «gilets jaunes». Mais pour huit Français sur dix, elles «interviennent trop tard», selon un sondage OpinionWay diffusé jeudi. Les deux-tiers d'entre eux estiment cependant que c'est l'occasion d'ouvrir le dialogue.

Ultradroite et ultragauche mobilisées

Conspué par les manifestants qui réclament sa démission, Emmanuel Macron a solennellement demandé aux partis politiques, aux syndicats et au patronat «de lancer un appel clair et explicite au calme».

«Ce qui est en jeu, c'est la sécurité des Français et nos institutions», a renchéri Édouard Philippe. «Tous les acteurs du débat public, responsables politiques, responsables syndicaux, éditorialistes et citoyens, seront comptables de leurs déclarations dans les jours qui viennent.» Dans un geste rare d'unité, sept syndicats ont répondu à l'appel, dénonçant jeudi «toutes formes de violences». Une partie de l'opposition a également multiplié les appels au calme jeudi.

Partout en France, les appels à se mobiliser une nouvelle fois samedi se multiplient et le ministère de l'Intérieur fait état d'une «mobilisation de la part de l'ultradroite et de l'ultragauche».

Sur les réseaux sociaux, les mots d'ordre évoquent un renversement des institutions: «dissolution de l'Assemblée nationale», «Manu, on arrive !», «Pot de départ de Macron !», ou encore «Tous à la Bastille». Lors d'un débat organisé mercredi soir sur BFM TV, un porte-parole des «Gilets jaunes» Eric Drouet a confirmé son intention de pénétrer dans le palais de l'Elysée.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Jvou Zémmpa le 06.12.2018 19:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Môa aussi, chuis un zilet zaune!

    Je lis régulièrement des gens parlant de faire comme nos amis Français et descendre dans la rue. Je vois sans problème le bon Suisse rejoignant un Gilet jaune pour lui dire: " Salut, moi j'ai voté pour - refuser un revenu de base inconditionnel - refuser une semaine de vacances supplémentaire - refuser qu'on supprime la redevance télé - refuser une baisse d'impôts pour les couples mariés - refuser la suppression d'un impôt fédéral (IFD) Et avant, j'ai voté plusieurs fois pour libéraliser le service public, refuser qu'on puisse élire directement nos conseillers fédéraux, refuser qu'on plafonne le salaire des hauts dirigeants... Alors tu vois, je suis comme toi, un insoumis, un rebelle, un révolutionnaire! "

  • lutin10 le 06.12.2018 19:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et ils vont s'etonner au gouvernement ....

    A force de pousser le bouchon trop loin..... un jour ca pète et la c'est trop tard.... et d'autres pays vont suivre....La qualite de vie n'est plus la il y a que le fric qui compte.

  • tom le 06.12.2018 18:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    1789

    ça prend une ampleur considérable....c est inquiétant. Révolution française acte 2 ?

Les derniers commentaires

  • Justine le 07.12.2018 15:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dommage pour ce beau pays

    Trop laxisme pendant des années! Trop tard pour redresser la france! Un pays foutu!

  • Tristesse le 07.12.2018 11:48 Report dénoncer ce commentaire

    On envoie les flics au casse-pipe

    Et bien moi je pense aux pauvres flics qui devront faire face à ces enragés, je pense à leurs familles qui ne sauront pas si leurs maris ou papas vont rentrer chez eux en pièces détachées ou saufs. Mon papa policier a été en première ligne lors de Lausanne bouge et moi enfant je pleurais quand il partait défendre Lausanne. Il avait pas envie d'aller se faire frapper, mais il n'avait pas le choix. Courage les forces de l'ordre, je suis avec les gilets jaunes mais pas pour la boucherie.

    • Realisme le 07.12.2018 13:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Tristesse

      ces jeunes sont fils frères surement de policiers ou gendarmes ou soldats .. quand les dirigeants depuis leur sièges se prennent pour des papes inspirés par Dieu il n'y a que la force pour les descendre de leur illusion de pouvoir ..le pouvoir c'est le peuple

  • Titus le 07.12.2018 11:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Changez votre mentalité

    Quelle triste mentalité, vraiment dommage. Un aussi beau pays mais mal habité. Qui payera toutes ces heures d absence parce que vous traîner dans les rues? Qui payera les dégâts que vous faites? Vous devriez redorer votre réputation au lieu de continuer à faire ce que vous savez le mieux, c est à dire râler pour un rien

  • Barry Cade le 07.12.2018 08:46 Report dénoncer ce commentaire

    Boycottez la France!

    VA Y AVOIR DES MORTS JE VOUS DIS! Ce ne sont plus les gilets jaunes mais que des bandes de casseurs sans foi ni loi!!!

  • Bernard H le 07.12.2018 08:35 Report dénoncer ce commentaire

    Il n' y a qu' un modele

    de société qui rend le petit peuple heureux, c' est le communisme. Malheureusement il n' a jamais survécut a la cupidité des favorisés.

    • Jean le 07.12.2018 13:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bernard H

      justement comme toutes les belles theories et idées le communisme socialisme fascisme et autres sont perverties par l'humain