Syrie

09 novembre 2018 00:16; Act: 09.11.2018 10:36 Print

Libération d'une vingtaine d'otages de l'EI

Une vingtaine de druzes pris en otage par Daech dans le sud de la Syrie ont été libérés par l'armée.

Voir le diaporama en grand »
Amnesty International va évaluer, via un projet en ligne, les dégâts causés par les attaques aériennes perpétrées par la coalition, grâce à l'étude d'images satellites. (Mercredi 21 novembre 2018) Une vingtaine de druzes pris en otage par Daech dans le sud de la Syrie ont été libérés par l'armée. (Jeudi 8 novembre 2018) Le président syrien a évoqué dimanche la formation d'un comité constitutionnel avec un émissaire russe. (4 novembre 2018) En quatre jours, la coalition anti-EI a frappé deux mosquées utilisées par le groupe terroriste à des fins militaires. (Lundi 22 octobre 2018) Daech a libéré six des 27 otages de la province de Soueida contre des prisonnières de l'EI détenues par Damas et une rançon. (Samedi 20 octobre 2018) Erdogan réunit Poutine, Macron et Merkel à Istanbul pour un sommet le 27 octobre à istanbul. Les dirigeants évoqueront «le processus politique» censé aboutir à un règlement du conflit. (19 octobre 2018) Les jihadistes majoritaires dans la province syrienne d'Idleb ont indiqué vouloir poursuivre le combat contre le régime, et ils occupaient toujours une zone, devant être démilitarisée, après la date-limite prévue pour leur départ par le plan russo-turc. (14 octobre 2018) La Russie a réclamé jeudi aux Occidentaux de faire sortir d'Idleb et de la Syrie les Casques blancs qui s'y trouvent, affirmant qu'ils représentent une «menace». (Vendredi 12 octobre 2018) Les Etats-Unis veulent le départ des troupes iraniennes de Syrie pour aider à la reconstruction du pays. (Jeudi 11 octobre 2018) Des dizaines de milliers de personnes sont touchées par l'arrêt d'aide humanitaire dans les fiefs rebelles en Syrie. (9 octobre 2018) Le président syrien Bachar al-Assad a qualifié de «mesure temporaire» l'accord russo-turc créant une future «zone démilitarisée» à Idleb et dans sa périphérie, assurant que ce territoire aux mains des rebelles «reviendra» au régime. (Dimanche 8 octobre 2018) Des centaines d'antiquités retrouvées à travers la Syrie ont été dévoilées mercredi à Damas. (3 octobre 2018) Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a demandé à l'ONU d'aider à la reconstruction de la Syrie, alors que les Occidentaux refusent toute contribution tant qu'une solution politique ne sera pas engagée. (Samedi 29 septembre 2018) Staffan de Mistura, l'envoyé spécial de l'ONU en Syrie, a été chargé par le «Small group» d'organiser au plus vite la première réunion d'un comité chargé de rédiger une Constitution. Le but étant l'organisation d'élections. (Vendredi 28 septembre 2018) Plus de 3300 civils ont perdu la vie dans des frappes de la coalition menée par les États-Unis contre l'État islamique (EI) en Syrie depuis 2014, selon l'OSDH. (Dimanche 23 septembre 2018) Abou Bakr al-Baghdadi se cacherait dans la région de Badiat al-Sham, une zone confinée entre l'Irak et la Syrie. L'homme pourrait encore bien échapper à l'assaut qui est donné pour l'attraper, selon des experts. (22 septembre 2018) Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan se sont mis d'accord sur la création d'une zone tampon dans la province rebelle d'Idleb, permettant ainsi d'éviter une offensive militaire russe. (Lundi 17 septembre 2018) Des missiles israéliens ont été interceptés samedi soir par l'armée syrienne près de l'aéroport de Damas, rapporte l'agence de presse Sana. (Samedi 15 septembre 2019) La coalition menée par les USA a confirmé mardi avoir lancé la phase finale de son opération contre le groupe EI en Syrie. (11 septembre 2018) La Russie a mené samedi les raids aériens les plus «intenses» depuis un mois contre la province d'Idleb, ultime bastion rebelle dans la Syrie en guerre. (Samedi 8 septembre 2018) Une offensive sur Idleb provoquerait «une catastrophe, un massacre et un drame humanitaire», a déclaré M. Erdogan, lors du sommet à Téhéran. (7 septembre 2018) Hassan Rohan, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan se retrouvent à Téhéran pour un sommet tripartite ce vendredi. Les chefs d'Etat veulent décider du sort d'Idleb. (7 septembre 2018) Washington affirme avoir des preuves que Damas prépare des armes chimiques en vue d'une attaque sur Idleb. (Jeudi 6 septembre 2018) Craignant un assaut du régime Assad, des centaines de civils ont fui la province d'Idleb. (6 septembre 2018) Après Trump, c'est Erdogan qui met en garde d'un éventuel «massacre» si une pluie de missiles s'abattaient sur la région rebelle. (5 septembre 2018) La Russie fait fi des avertissements de Trump. Des raids aériens russes ont repris la province d'Idleb, après 22 jours d'interruption. (4 septembre 2018) Le président américain Donald Trump a averti la Syrie, la Russie et l'Iran d'une «potentielle tragédie humaine» à Idleb. (Lundi 3 septembre 2018) Le président français précisé aux ambassadeurs que le maintien d'Assad serait une «erreur funeste». (Lundi 27 août 2018) Alors que Damas veut reprendre le contrôle de la province d'Idlib, la coalition met en garde contre l'usage d'armes chimiques. (Mardi 21 août 2018) Le Royaume-Uni va mettre fin au financement de programmes d'aide dans les zones de Syrie contrôlées par l'opposition. (Lundi 20 août 2018) Malgré les défaites militaires de l'EI en Irak et en Syrie, plus de 20'000 combattants du groupe djihadiste se trouvent encore dans la région. (Lundi 13 août 2018) Les autorités syriennes ont approuvé la création d'un comité chargé d'organiser le retour des réfugiés établis hors du pays en guerre. (Lundi 6 août 2018) Le groupe Etat islamique (EI) a décapité l'un des otages enlevés le mois dernier lors d'un assaut sanglant à Soueida, et détient toujours une trentaine de femmes et d'enfants. (Dimanche 5 août 2018) Au moins 36 femmes et enfants ont été enlevés lors de l'attaque meurtrière la semaine dernière dans la province méridionale de Soueida, en Syrie. (30 juillet 2018) Au conseil de sécurité de l'ONU, la Russie a demandé la fin des sanctions envers son allié syrien pour l'aider à se reconstruire après des années de guerre. Selon un nouveau bilan, au moins 220 personnes ont péri dans la vague d'attentats qui a frappé la province de Soueida. (Mercredi 25 juillet 2018) Au moins 150 personnes ont été tuées dans une série d'attentats suicide de l'Etat islamique contre la province de Soueida contrôlée par le régime dans le sud de la Syrie. (25 juillet 2018) Les rebelles évacués de la province de Deraa commencent à arriver dans le nord de la Syrie, dans une zone contrôlée par les insurgés. (Dimanche 22 juillet 2018) La France et la Russie se sont associées pour délivrer de l'aide humanitaire en Syrie pour la première fois depuis le début de la guerre, en 2011. 50 tonnes d'aide d'humanitaire ont été chargées à bord d'un Antonov An-124 russe à Châteauroux. (Vendredi 20 juillet 2018) Des membres de groupes jihadistes regardent passer les bus qui vont servir à l'évacuation des habitants des localités pro-régimes assiégées depuis 3 ans, Foua et Kefraya. (Jeudi 19 juillet) Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, ici en 2016, doivent se rencontrer à la fin du mois de juillet à propos du conflit syrien. (Dimanche 15 juillet 2018) La défense aérienne syrienne a repoussé mercredi une attaque israélienne sur le sud-ouest du pays, selon des médias d'Etat. (11 juillet 2018) La défense aérienne syrienne a répondu à ce qu'elle considère comme une «agression» de la part d'Israël. (Dimanche 8 juillet 2018) Deux missiles «israéliens» sont tombés près de l'aéroport de Damas, selon un média d'Etat, frappant «des dépôts d'armes pour le Hezbollah», selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). (Mardi 26 juin 2018) L'OSDH, l'Observatoire syrien des droits de l'homme, a affirmé que la Russie avait lancé plus de 25 frappes samedi dans le sud de la Syrie. (Dimanche 24 juin 2018) Plus de 12'000 Syriens ont fui au cours des trois derniers jours la province de Deraa (sud), contrôlée majoritairement par les rebelles et cible de bombardements du régime de Damas. L'ONU et les USA demandent l'application d'un cessez-le-feu. (Samedi 23 juin 2018) Une frappe de la coalition anti-EI contre l'armée jeudi soir a tué au moins un soldat et en a blessé sept autres, selon l'OSDH. (21 juin 2018) Washington pense que c'est en fait Israël qui a frappé dimanche soir une force irakienne à Al-Hari, dans l'est de la Syrie. (Lundi 18 juin 2018) L'agence syrienne Syrian Arab News Agency (SANA) a accusé les Etats-Unis de frappes sur des positions de l'armée syrienne dans l'est du pays. (Lundi 18 juin 2018) Une bombe a visé un tribunal djihadiste de la ville d'Idleb, dans le nord-ouest syrien faisant au moins 28 morts. (Samedi 12 mai 2018) Le président français qui est actuellement en Allemagne et doit rencontrer Angela Merkel, a vivement réagi aux tirs de roquettes lancés la nuit dernière entre l'Iran et Israël. (10 mai 2018) Brusque accès de tension entre Israël et Iran sur le théâtre syrien. (10 mai 2018) Les forces iraniennes ont visé dans la nuit de mercredi à jeudi des positions d'Israël dans le Golan. Tsahal a répliqué par des tirs de missiles. (10 mai 2018) Des «missiles ennemis» ont visé des «positions militaires» du régime syrien dans les provinces de Hama et d'Alep, a annoncé l'agence officielle Sana. (Dimanche 29 avril 2018) Les Etats-Unis disposent d'informations crédibles montrant que la Syrie et la Russie tentent d'effacer les traces de l'attaque chimique présumée à Douma. (Jeudi 19 avril 2018) La présidentielle syrienne a annoncé jeudi avoir rendu la Légion d'honneur attribuée par la France en 2001 au président Bachar el-Assad qui ne portera pas une décoration remise par «l'esclave» des Etats-Unis. (Jeudi 19 avril 2018) L'armée américaine a constaté une «résurgence» de l'Etat islamique (EI) dans des régions de la Syrie contrôlées par le régime de Bachar al-Assad. (Mardi 17 mars 2018) La défense aérienne syrienne a dit avoir abattu des missiles au-dessus de la province de Homs. La coalition dément toute implication. (Lundi 16 avril 2018) «Nous avons réussi l'opération sur le plan militaire», a déclaré Emmanuel Macron au cours d'un entretien à la télévision française. (Dimanche 15 avril 2018) De nouvelles frappes occidentales «provoqueraient inévitablement le chaos dans les relations internationales». (Dimanche 15 avril 2018) Après les frappes françaises, américaines et britanniques contre l'arsenal chimique de Bachar al Assad, Paris s'efforce de reprendre l'initiative politique et de relancer la recherche d'une solution pacifique en Syrie. (Dimanche 15 avril 2018) Guy Parmelin, conseiller fédéral en charge de la défense, aurait préféré que les occidentaux attendent le rapport d'enquête de l'OIAC avant de frapper. Le régime syrien a dénoncé samedi une «agression barbare et brutale» des Occidentaux, après les frappes menées peu avant l'aube par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne contre des bases militaires. (Jeudi 14 avril 2018) Les Britanniques ont indiqué avoir frappé un complexe militaire - une ancienne base de missiles - à 24 kilomètres à l'ouest de Homs, «où le régime est supposé conserver des armes chimiques». (Image prétexte - samedi 14 avril 2018) Le président français Emmanuel Macron a souligné que les frappes françaises étaient «circonscrites aux capacités du régime syrien permettant la production et l'emploi d'armes chimiques». (Image prétexte - samedi 14 avril 2018) Selon le général Joe Dunford, chef d'état-major américain, les forces occidentales ont visé trois cibles liées au programme d'armement chimique syrien, l'une près de Damas et les deux autres dans la région de Homs, dans le centre de la Syrie. La télévision d'Etat syrienne a rapporté des «informations» selon lesquelles un «centre de recherches» dans le quartier de Barzé, dans le nord-est de Damas, avait été visé. La télévision d'Etat syrienne a affirmé en outre que des missiles avaient été «interceptés» à Homs. (Image - samedi 14 avril 2018, agence syrienne SANA) La défense anti-aérienne syrienne est entrée en action contre «l'agression américaine, britannique et française», a rapporté la télévision d'Etat syrienne. Le régime syrien a jugé que cette opération militaire constituait une violation «flagrante» du droit international et était «vouée à l'échec». «Il est clair que le régime Assad n'avait pas reçu le message l'an dernier», a déclaré le ministre américain de la Défense Jim Mattis, rappelant la frappe américaine d'avril 2017 sur la base militaire d'Al-Chaayrate, près de Homs, après une autre attaque à l'arme chimique imputée à Damas. «Nous avons été très précis et la réponse était proportionnée, mais, en même temps, ce fut une frappe lourde», a-t-il ajouté. (IMage - vendredi 13 avril 2018) De Londres, la première ministre britannique Theresa May a affirmé qu'il n'y avait «pas d'alternative à l'usage de la force», assurant que «tous les recours diplomatiques» avaient été explorés, en vain. Depuis Paris, le président français Emmanuel Macron a martelé: «Nous ne pouvons pas tolérer la banalisation de l'emploi d'armes chimiques», a-t-il martelé. L'opération militaire conjointe aux trois alliés, soutenue a posteriori par l'OTAN, a duré une heure, à l'aube du samedi 14 avril 2018. (Image - Damas, samedi 14 avril 2018)

Sur ce sujet
Une faute?

Les otages druzes enlevés fin juillet par le groupe djihadiste, Etat islamique (EI) dans la province syrienne de Soueida (sud) ont été libérés par l'armée, a annoncé jeudi l'agence Sana, un rapt durant lequel deux captifs au moins ont toutefois été tués.

Si le gouvernement a suggéré que cette libération était le résultat d'une opération militaire, d'autres sources ont indiqué qu'elle avait eu lieu dans le cadre d'un accord sur l'échange de prisonniers.

L'armée «a affronté directement l'organisation terroriste EI, qui avait enlevé des femmes et des enfants de la province de Soueida (...) et a pu libérer tous les otages», au nombre de 19, a rapporté l'agence officielle Sana. Elle a également «tué les ravisseurs», selon cette source.

«Les otages ont retrouvé leurs familles»

La télévision publique a diffusé des images de femmes voilées, de garçons et d'au moins une fille entourés d'hommes en uniformes militaires près d'un pick-up dans un paysage désertique. Ces images ont été filmées près de l'ancienne ville de Palmyre, dans le centre de la Syrie, d'après la chaîne de télévision. Dans la soirée, Sana a annoncé que «les otages ont retrouvé leurs familles».

Un journaliste basé à Soueida, Nour Radwan, a précisé à l'AFP que les otages étaient arrivés sur une base militaire du nord de la province de Soueida. Ils devaient ensuite gagner la ville de Soueida où les attendaient des dizaines de personnes, selon lui. «Je ne me suis jamais senti aussi heureux dans ma vie», a dit par téléphone à l'AFP Jawdat Abou Omar, dont l'épouse et les enfants de 8 et 13 ans avaient été enlevés.

Les djihadistes avaient enlevé le 25 juillet une trentaine de personnes, principalement des femmes et des enfants, à la faveur d'une série d'attentats suicide et d'assauts coordonnés visant les druzes à Soueida. Ces attaques avaient fait plus de 250 morts, un des bilans les plus lourds contre la communauté druze depuis le début de la guerre en Syrie en 2011.

Echange de prisonniers

M. Radwan avait précisé dans la journée que cette libération d'otages était la «deuxième étape» de l'accord sur l'échange des prisonniers, négocié par le régime et son allié russe.

Dans le cadre de cet accord, deux femmes et quatre enfants avaient été libérés le 20 octobre, en échange d'une rançon et de prisonniers de l'EI détenus par le régime syrien. Dix-sept femmes et huit enfants liés à l'EI avaient alors été libérés, selon M. Radwan.

Les druzes espèrent à présent le retour de 20 otages au total, et non 19 comme évoqué par l'agence Sana, mais «l'EI a dit à la famille de l'une des otages qu'ils l'avaient tuée, sans toutefois donner aucune preuve», a expliqué le même journaliste. «Nous attendons qu'ils arrivent à Soueida. S'ils ne sont que 19, alors cela signifie qu'elle a vraiment été tuée», a-t-il ajouté.

Deux autres otages druzes ont été exécutés par les djihadistes : un étudiant, décapité en août, et une femme de 25 ans, tuée début octobre. Une femme de 65 ans est morte en détention, de maladie selon l'EI. L'armée syrienne combat les djihadistes à Tloul al-Safa, leur dernier réduit dans la province de Soueida.

Cette province est dominée par la communauté druze, une branche hétérodoxe de l'islam chiite. Avant le début du conflit syrien en 2011, les druzes représentaient environ 3% de la population syrienne, soit environ 700'000 personnes. Déclenché par la répression sanglante de manifestations pro-démocratie par le pouvoir d'Assad, le conflit syrien a fait plus de 360'000 morts depuis 2011.

(nxp/afp)