Afrique du Nord

24 avril 2019 13:57; Act: 24.04.2019 14:59 Print

Libye: le pari contrarié d'Emmanuel Macron

Le président français avait invité le maréchal libyen Haftar à Paris. Une reconnaissance internationale pour celui qui a récemment lancé une offensive militaire contre Tripoli.

Sur ce sujet
Une faute?

Le président français Emmanuel Macron joue gros dans le conflit libyen pour avoir offert une légitimité internationale au maréchal Khalifa Haftar, qui bouscule aujourd'hui tous les efforts de paix avec son offensive sur Tripoli.

A peine élu, M. Macron avait tenté une audacieuse médiation en invitant l'homme fort de l'Est libyen à Paris aux côtés du Premier ministre Fayez al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale, en juillet 2017 puis en mai 2018.

Khalifa Haftar, qui était surtout soutenu par les Emirats arabes unis et l'Egypte, jouit depuis d'une pleine reconnaissance sur la scène internationale dont il s'est brutalement affranchi en lançant le 4 avril son Armée nationale libyenne (ANL) sur Tripoli.

«Les deux invitations du président Macron ont complètement changé le positionnement et l'image de Haftar, elle lui ont conféré une légitimité proche de celle d'un chef d'Etat», souligne Virginie Collombier, professeur spécialiste de la Libye à l'Institut universitaire européen de Florence (Italie).

La France, qui avait pris la main dans le dossier libyen au risque d'exaspérer l'Italie, ancienne puissance coloniale, se retrouve désormais en première ligne, accusée de «complicité» avec «l'aventurisme» militaire du maréchal.

«Nous sommes surpris que la France ne soutienne pas notre gouvernement qui est démocratique, mais soutienne un dictateur», a affirmé mercredi le Premier ministre libyen dans le quotidien français Libération.

A Paris, on se dit «interloqué» par ce «procès d'intention» qui jette une ombre sur la diplomatie de M. Macron et de son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, inspirateur du rapprochement avec Haftar.

«Tombé de l'armoire»

La France a soutenu le maréchal dans sa «lutte contre le terrorisme» dans l'est et le sud de la Libye, en lui fournissant notamment du renseignement, concède-t-on de source diplomatique.

Mais Paris désapprouve l'offensive sur Tripoli, martèle cette source. Le 4 avril, «on est tombé de l'armoire», insiste-t-on à Paris, affirmant ne pas avoir reçu d'information préalable sur l'imminence d'une telle opération.

Quoi qu'il en soit, les «dégâts en termes d'image et diplomatiques sont considérables», estime Virginie Collombier, interrogée par l'AFP.

«La France a perdu toute crédibilité pour une partie des acteurs libyens», note-t-elle, en pointant aussi les «dommages dans les relations avec ses partenaires européens», qui n'ont pas forcément apprécié son cavalier seul en la matière.

La Russie et le président américain Donald Trump ont certes aussi marqué leur soutien au maréchal Haftar, mais ils restent épargnés par les critiques.

«Les Américains étaient moins présents depuis 2012 donc ils sont moins montrés du doigt», relève Virginie Collombier. «Les autres ont été plus adroits que nous. C'est le travers français, se mettre en avant», explique à l'AFP Michel Duclos, conseiller spécial à l'Institut Montaigne, centre de réflexion français.

Pour cet ancien ambassadeur, l'offensive sur Tripoli constitue un «désaveu incroyable» sachant que Jean-Yves Le Drian s'était rendu chez le maréchal Haftar quelques jours plus tôt seulement, le 18 mars, dans son QG près de Benghazi (est).

«Messages»

«En termes d'image, la diplomatie française joue gros dans cette affaire. Elle a donné l'impression au cours des dernières années de se compromettre avec un apprenti dictateur», considère Michel Duclos dans une note d'analyse.

«Cette attitude risquée peut trouver une justification si cela lui donne les moyens aujourd'hui de faire passer des messages convaincants d'arrêt des combats au maréchal Haftar», ajoute-t-il.

Le ministre - qui a aussi rencontré M. Sarraj à Tripoli lors de son déplacement, le quatrième en Libye en 18 mois - assure avoir tenu le même message à ses deux interlocuteurs : «il faut s'en tenir à l'accord» sur la transition politique convenu le 27 février à Abou Dhabi sous l'égide de l'ONU.

«Aucun ne respecte les engagements», déplore-t-on aujourd'hui à Paris où l'on juge le Premier ministre libyen de plus en plus «isolé» et «dépendant des milices» islamistes. Le sentiment antifrançais est aujourd'hui surtout alimenté par des réseaux liés à ces milices, notamment les Frères musulmans, ajoute-t-on de même source sans pointer du doigt le Qatar ou la Turquie, soutiens traditionnels de certaines fractions à Tripoli.

La France se défend d'avoir un agenda caché aux côtés du maréchal Haftar, dont l'offensive sur la capitale semble d'ailleurs enrayée, et appelle à un cessez-le-feu immédiat ainsi qu'à une reprise du processus politique.

«On a plus que d'autres un intérêt fondamental à ce que le cessez-le-feu intervienne», souligne Michel Duclos en référence à l'isolement français.

(nxp/afp)