La Greta Thunberg de Thaïlande

16 septembre 2019 13:15; Act: 16.09.2019 13:36 Print

Lilly, 12 ans: «Je suis une enfant en guerre»

Une ado sèche l'école pour se battre contre le plastique dans son pays, sixième plus gros contributeur mondial à la pollution des océans.

Sur ce sujet
Une faute?

Lilly, 12 ans, sèche l'école, grimpe sur son paddle et pagaye au milieu d'un canal de Bangkok embouteillé de détritus qu'elle ramasse avec précaution. Son combat: le plastique en Thaïlande, sixième plus gros contributeur mondial à la pollution des océans.

En juin, l'adolescente américano-thaïe a remporté une première victoire: aider à convaincre un grand distributeur à Bangkok, Central, de ne plus délivrer de sacs à usage unique dans ses supermarchés une fois par semaine. Dans la foulée, d'autres groupes de distribution implantés en Thaïlande, dont l'opérateur de la chaîne japonaise 7-Eleven omniprésente dans le royaume, se sont engagés début septembre à cesser d'en donner à partir de janvier 2020.

«Ça va dans la bonne direction», sourit Lilly, en enfonçant sa pagaie pour s'approcher d'un sac rempli de cannettes rouillées et de bouteilles éventrées. «Au début, je me trouvais trop jeune pour militer, mais Greta (Thunberg) m'a donné confiance. Quand les adultes ne font rien, c'est à nous les enfants d'agir.»

Ralyn Satidtanasarn, dit Lilly, ne sera pas à New York aux côtés de la jeune Suédoise égérie de la lutte contre le réchauffement climatique, pour le défilé organisé le 20 septembre quelques jours avant la conférence de l'ONU sur le climat. Elle manifestera à Bangkok. «Ma place est ici. La lutte doit se faire aussi en Asie du Sud-Est», estime-t-elle.

Récemment, plusieurs pays de la région - la Thaïlande, le Cambodge, les Philippines, la Malaisie, l'Indonésie - sont montés au créneau, refusant d'être «la poubelle» de l'Occident, et ont renvoyé des conteneurs entiers de déchets plastiques directement à l'envoyeur. Mais ils continuent d'en générer des quantités astronomiques sur leur territoire.

En Thaïlande, le sac plastique est omniprésent pour emballer les centaines de milliers de repas servis dans les cantines de rue, les boissons apportées au travail... Un Thaïlandais en utilise en moyenne huit par jour, soit près de 3000 par an, d'après les données du gouvernement, douze fois plus que dans l'Union européenne. Et la Thaïlande est le 6e plus gros contributeur à pollution des océans, selon l'ONG de défense de l'environnement Greenpeace.

Sit-in

La récente mort d'un bébé dugong - une espèce menacée de mammifère marin - qui avait ingurgité trop de résidus plastiques a enflammé les réseaux sociaux.

Les autorités thaïlandaises ont alors de nouveau évoqué une fin du sac à usage unique d'ici 2022, conformément à une feuille de route ambitieuse élaborée en début d'année. Mais certains doutent de son efficacité. «Aucun mécanisme juridiquement contraignant n'est prévu et sensibiliser le public ne sera pas suffisant», met en garde Tara Buakamsri, directeur local de Greenpeace.

Dans la lignée du mouvement initié par Greta Thunberg, Lilly a d'abord fait des sit-in devant le siège du gouvernement. Elle a aussi sollicité un rendez-vous avec le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha. Sans succès. «Je me suis dit que si le gouvernement ne m'écoutait pas, il fallait parler directement à ceux qui distribuaient les sacs plastiques pour les convaincre d'arrêter», explique-t-elle.

La jeune fille peut compter sur le soutien de sa mère qui aide à écrire ses discours devant des responsables de l'ONU, d'ambassades... «Au début, j'ai cru à une lubie d'enfant. Mais elle s'est accrochée», raconte la maman, Sasie, elle-même ex-militante écologiste. «Sa force est d'être une petite fille sans intérêt privé à défendre».

«Lobbies ultra-puissants»

Lilly a commencé à militer à l'âge de huit ans après des vacances sur une plage du royaume «couverte de plastiques». Depuis, même si parfois elle a «envie de s'arrêter pour aller jouer», elle participe aux sessions de nettoyage organisées par l'association Trash Hero (Les héros des ordures). La dernière en date a eu lieu au coeur de Bang Krachao, un quartier connu comme «le poumon vert de Bangkok», jonché par endroits d'une multitude de pailles, de bouteilles et d'emballages rejetés par le fleuve Chao Praya.

Beaucoup croient en la force de conviction de cette toute jeune adolescente. «Il est très difficile d'ignorer un enfant lorsqu'il demande pourquoi nous détruisons la planète sur laquelle il doit vivre», souligne Kakuko Nagatani-Yoshida, du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE).

Mais, en Thaïlande, «les lobbies sont puissants et cela rend tout changement difficile», tempère Nattapong Nithiuthai, un militant écologiste qui a monté une entreprise de recyclage de tongs échouées sur les plages pour les transformer en sandales flip-flops design.

Obstacle majeur, la pétrochimie, dont l'un des principaux débouchés est le plastique et qui représente 5% du PIB thaïlandais et des dizaines de milliers d'emplois.

(afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • .... le 16.09.2019 13:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ....

    Si seulement 1% des jeunes étaient aussi futé qu'elle, le monde de demain réservait de belles surprises. Et elle n a que 12 Greta 15, j en ai 26 et ces petites m'inspirent bien plus que les "grand de ce monde" actuellement

  • Vouzaittenull le 16.09.2019 14:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Du concret.

    Désolé, c'est dénigrer cette jeune personne que de la comparer à Greta Thunberg. Lilly fait des choses CONCRÈTES et a obtenu des résultats CONCRETS en faveur de l'environnement. Rien à voir avec la star des écrans suédoise et ses groupies, qui se contentent de demander aux puissants de bien vouloir sauver la planète, sans rien faire par eux-mêmes. Eh oui, c'est ainsi qu'on voit des grévistes du climat se précipiter au McDo, et Greta partir en voilier zéro carbone entouré à son départ par des hélicoptères et des myriades de bateaux. Je sais: c'est fatigant de travailler de ses mains comme Lilly, alors que c'est si facile de se donner bonne conscience en criant "Vive Greta!" sans rien faire...

  • Divad le 16.09.2019 13:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Évidence

    A voir les commentaires, ceux qui arrêtent/sèchent l'école comprennent mieux les priorités de la vie que ceux qui la terminent !

Les derniers commentaires

  • Kouhn Manoun le 17.09.2019 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    Changer les mentalités

    Amis thaï : commencez par mettre des poubelles sur les lieux publics et éduquez vos concitoyens. Découvrir en long-tail boat une petit crique et constater que le sol est jonché d'emballages en sagex et de sacs plastiques est désolant. Faites comme les touristes : remportez vos déchets à la prochaine poubelle ou à l'hôtel. Le tourisme amène un surplus de pollution mais en principe le touriste est respectueux (selon sa provenance bien sûr)

  • Ange 0 et démon 1 le 16.09.2019 21:52 Report dénoncer ce commentaire

    Le mélange des genres !!!

    Pourquoi faire une référence Greta charbon pour parler du courage de cette très jeune fille, il y aucune comparaison possible ,l'autre est politisée, médiatisé et aisée et l'autre est pauvre...

  • Brace Fortimpact le 16.09.2019 21:50 Report dénoncer ce commentaire

    Pas tout mélanger

    La lutte contre la pollution n'a pas les mêmes buts que celle du pseudo "réchauffement climatique". La 1ère est une nécessité, la seconde fait partie de l'agenda de certaines "élites" qui ont organisé une dépopulation. C'est déjà en cours mais les gens n'ont toujours pas compris ce qu'il se passe. En réalité, nous avons les moyens de lutter contre la pollution et nourrir 10 milliards d'être humains et plus avec les progrès technologiques. L'inégale redistribution des richesses actuelle mène à une déstabilisation sociale. Ces "élites" veulent avant tout conserver leurs richesses et leur pouvoir

  • Maintenant...ou jamais ! le 16.09.2019 19:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça n'ira pas en diminuant ;-))

    La problématique de cette pollution et du climat existe depuis longtemps, on en a tous fait le constat, surtout maintenant. Les effets sont là, bien réels. Mais le temps de réaction...est...lent....car nous, adultes (jeunes, vieux, riches, pauvres, politiciens professionnels, politiciens de bistrot ou apolitiques), on se refile la patate chaude...et qui finit...sous le tapis...sans quasi pas de changement ! Nos problèmes se résument à un consumérisme démesuré ! Et on brasse, on brade, on bavarde.... 2 filles affichent leurs craintes face à leur avenir et à leurs propres générations avec une vision sur celles qui les suivront....et la déferlante s'abat sur elles comme la peste, gratuitement, parce qu'elles dérangent nos habitudes et, au vu de celles et ceux qui les soutiennent, risquent fort d'ébranler considérablement nos modes de vie qui ne peuvent tout simplement plus être ignorés et tus. "Va à l'école !!!!!" Pourquoi ? Si c'est pour ne plus pouvoir respirer, boire de l'eau, manger ? A cette affirmation "Va à l'école !", hormis pour avoir plus tard une profession qui paye bien, voire très bien, pourquoi y êtes- vous allé ? Je les soutiens, Greta et Lilly, pleinement tout en sachant que j'aurai aussi (encore) à m'adapter à une nouvelle façon d'apprécier la vie...

  • Greta Côté le 16.09.2019 19:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans le mille

    Bravo à cette fille de militer où sont les vrais problèmes, les pays qui ne traitent pas leurs déchets et qui balancent tout dans la nature. La pauvreté n'est plus une excuse avec l'aide au développement. Malheureusement cette dernière finit le plus souvent dans la poche des dirigeants. La petite suédoise se trompe lourdement de cible!

    • Grand Nimportequoi le 16.09.2019 20:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Greta Côté

      Normal, Greta essaie de faire payer les pays les plus riches pour assumer la pollution de tous les autres!