Royaume-Uni

19 octobre 2019 21:51; Act: 20.10.2019 07:45 Print

Londres demande un report du Brexit

Le président du Conseil européen Donald Tusk a confirmé samedi soir avoir reçu une lettre lui demandant un nouveau report du Brexit, prévu normalement le 31 octobre.

Sur ce sujet
Une faute?

Nouveau coup de force dans la saga du Brexit. Le Parlement britannique, appelé par Boris Johnson à se prononcer sur son accord de sortie, a contraint samedi le premier ministre à demander un report. A douze jours de la date prévue du divorce, l'incertitude est totale.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a annoncé samedi soir avoir reçu de la part de Londres une demande de report du Brexit, prévu le 31 octobre. «Je vais maintenant commencer à consulter les dirigeants de l'UE sur la manière de réagir», a-t-il ajouté.

Le premier ministre britannique Boris Johnson n'a pas signé la lettre demandant un report du Brexit à l'Union européenne, a indiqué une source au sein de ses services. Il a en revanche envoyé une deuxième missive, elle signée, spécifiant qu'il ne voulait pas de ce délai, qu'il a été légalement contraint de demander après que les députés britanniques ont décidé samedi de repousser leur vote sur l'accord de Brexit trouvé entre Londres et Bruxelles.

«Une nouvelle extension porterait préjudice aux intérêts du Royaume-Uni et de nos partenaires de l'UE, ainsi qu'aux relations entre nous», a-t-il écrit selon des copies circulant parmi des journalistes à Bruxelles. «Nous devons mener ce processus (de Brexit) à terme afin de pouvoir passer à la phase suivante et construire notre nouvelle relation», a-t-il ajouté.

«Benn Act»

Une troisième lettre a enfin été écrite par l'ambassadeur britannique à l'Union européenne pour préciser que celle réclamant un délai est uniquement envoyée pour se plier à la loi. La loi, qui a forcé Boris Johnson à réclamer cette extension, a été baptisée le «Benn Act», du nom du député travailliste Hillary Benn (opposition) qui l'avait présentée à la chambre des communes.

Elle stipule que si aucun accord de sortie n'est approuvé par le Parlement britannique d'ici au 19 octobre, le premier ministre doit réclamer un report du Brexit, prévu le 31 octobre, au 31 janvier 2020. «Le but de cette loi est de garantir que le Royaume-Uni ne sorte pas de l'Union européenne sans accord», avait expliqué Hillary Benn.

Boris Johnson espérait y échapper en faisant approuver samedi son nouvel accord de retrait de l'UE, qu'il avait arraché contre toute attente cette semaine à Bruxelles. Mais les députés ont voté un amendement leur permettant de repousser leur vote sur cet accord. Ils préfèrent en effet se prononcer seulement après l'adoption de toutes ses lois d'application.

Faute d'accord approuvé à la chambre des communes samedi, le Benn Act a donc été déclenché et Boris Johnson contraint de s'y plier. Pour que le délai soit effectif, les 27 autres membres de l'UE doivent approuver le report à l'unanimité.

Eviter une sortie «brutale»

Nous avons voté «clairement pour éviter une sortie brutale sans accord de l'Union européenne», a salué le chef de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn.

L'amendement voté samedi par la chambre des communes, qui porte le nom de son promoteur, l'ex-tory Oliver Letwin, laisse le Royaume-Uni en plein flou sur la manière dont il va sortir de l'UE. «Le public verra tout simplement plus de manigances parlementaires, [...] plus de tentatives d'arrêter le Brexit», a réagi le chef de l'europhobe Parti du Brexit.

Boris Johnson avait enjoint samedi aux députés d'adopter sans délai l'accord de divorce, à l'ouverture d'une séance exceptionnelle de la chambre des communes. Le vote s'annonçait très serré, les partis d'opposition ayant opposé une fin de non-recevoir à l'accord, comme les unionistes nord-irlandais du DUP, pourtant alliés de Boris Johnson à Westminster, remontés contre le statut différent octroyé à l'Irlande du Nord.

Nouveau référendum exigé

L'accord de Brexit règle les conditions du divorce après 46 ans de vie commune, permettant une sortie en douceur assortie d'une période de transition courant au moins jusqu'à fin 2020.

Pendant que le Parlement débattait, des dizaines de milliers de manifestants - plus d'un million selon les organisateurs - ont réclamé dans le centre de Londres la tenue d'un second référendum, seul moyen selon eux de résoudre la crise.

«On a fait une grosse bêtise» en votant à 52% pour le Brexit en 2016, estime le retraitée Suzanne O'Hallorin. «On doit avoir un nouveau vote, maintenant qu'on connaît les conséquences d'un départ de l'UE et l'impact sur notre économie.»

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • Cerveza74 le 20.10.2019 08:00 Report dénoncer ce commentaire

    Same same

    Report uniquement pour avoir le temps d'organiser un nouveau vote ! On se croirait en Suisse, pays dans lequel on vote également mais sans appliquer la volonté du peuple ! Du grand n'importe quoi !

  • Ag le 20.10.2019 08:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Minoritocratie

    16 types (la « majorité » qui a refusé d'entériner l'accord) mettent en échec une décision prise pr 52% des Britanniques, soit des millions de personnes. Ce qu'ils veulent: organiser autant de nouveaux référendums que nécessaires jusqu'à tant que le peuple vote enfin comme eux le veulent. Un peu comme les socialistes suisses en somme...

  • Yannick le 20.10.2019 08:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le pays est perdu

    Je pense qu'ils le regretteront longtemps ce référendum. La procédure a juste ralentis la croissance économique, d'évaluer la livre (en prime le pouvoir d'achat des British s'écrase contre l'euro), diviser le pays (car avec 52% des votants, c'est très loin d'avoir une majorité), recrée les tensions en Irlande, raviver le désir d'indépendance de l'Ecosse et faire hésiter les investisseurs étranger dans un pays où le système politique est comme la météo locale > brouillard persistant. Trump sera peut être leur sauveur! (but don't forget, America FIRST, UK second)

Les derniers commentaires

  • Encore le 20.10.2019 17:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une extension?!

    Encore?!?

  • Aloumi le 20.10.2019 16:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ahahah

    Ca me fait hurler de Rire de voir le nombre d ignares qui croient que nous sommes dans l'EU en tant que suisse. Tu m étonnes que les votations c est des fois n importe quoi

  • Lion Elle le 20.10.2019 14:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'UE selon Bruxelles

    La manière dont le royaume uni sort de l'UE doit faire prendre conscience aux suisses en premier lieu et aux autres pays de la facilité à quitter un système répondant uniquement à ses propres règles. Le nivellement par le bas n'est partagée que par des institutions occultes ainsi que des pays demandeurs, ne respectant pas nos propres réglementations. La Suisse n'a pas sa place dans une union dans laquelle elle n'aura ni son droit de parole et encore moins d'action.

    • Brusseleer le 20.10.2019 14:56 Report dénoncer ce commentaire

      @ Lion Elle

      Non mais c'est bon là, ce genre de charabia ne marche plus.. C'est juste des slogans creux qui démontrent une totale ignorance du fonctionnement de l'UE. Les Suisses ne sont pas dans l'UE, et donc pas qualifiés pour en discuter... Lisez la presse européenne (ce que je fais tous les jours), pas un mot sur la Suisse, ou son système politique... Et c'est normal.. Puisque la Suisse revendique haut et fort son "indépendance"..

    • jarod gibbs le 20.10.2019 15:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lion Elle

      C'est ou que t'a vu que la Suisse allait adhérer ? Tous les partis politiques savent que ce serait du suicide de proposer cela en votations ! Donc arrête de te faire pipi dessus...

    • Daniel Blick le 20.10.2019 15:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lion Elle

      Je sais pas ce que vous fumez mais j'en veux aussi!

    • Peppone le 20.10.2019 15:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Brusseleer

      Franchement on s'en fout que l'on ne parle pas de nous dans la presse internationale.

    • n'importe quoi monsieur le fasciste le 20.10.2019 16:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Brusseleer

      On paie assez cher en termes de milliards et de chantage pour avoir notre mot à dire, surtout que c'est nous qui nourrissons 375'000 chômeurs européens.

    • non mais ! le 20.10.2019 16:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jarod gibbs

      L'accord-cadre c'est quoi d'autre qu'une adhésion forcée ?

    • jarod gibbs le 21.10.2019 02:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @non mais !

      Ben faudrait déja que tu le lise,pour savoir pour savoir de quoi tu parle !

    • jarod gibbs le 21.10.2019 02:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @n'importe quoi monsieur le fasciste

      Tu l'ouvre si tu participe !

    • Lion Elle le 21.10.2019 21:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Brusseleer

      La performance d'un système politique ne se démontre pas à sa présence médiatique. Si les médias n'influençaient pas l'opinion, ça ferait longtemps qu'ils seraient interdits. Lisez oui, mais pas que des torchons qui nous expliquent tout et son contraire. Ayez votre propre regard sur l'actualité, sans subir l'anti-chambre de la bien pensance.

  • Dann le 20.10.2019 14:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les ploucs

    Pauvres anglais avec leur gouvernement de ploucs

    • Viva la Vida le 20.10.2019 20:55 Report dénoncer ce commentaire

      Merckel, Jupiter et les nains

      Mon pauvre, BJ a bien eu raison de ne pas signé sa lettre qu'il était forcé d'écrire, puis cette seconde missive confirmant son désaccord. L'UE ne veut pas que la GB quitte l'UE, elle a trop à perdre, du fric et la face. Alors il faut arrêter de dire que c'est l'UE qui mène la barque, elle ch... dans ses frocs. Elle ne veut pas d'un précédent, ça pourrait donner des idées à d'autres membres et il ne resterait plus que les plus petits membres qui coûtent bonbons à l'UE.

    • jarod gibbs le 21.10.2019 02:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Viva la Vida

      Sauf que c'est les britons qui l'ont obligé a écrire,pas l'Europe, refait pas l'histoire comme cela t'arrange !

    • Viva la Vida le 21.10.2019 08:05 Report dénoncer ce commentaire

      @Jarod Gibbs

      Non c'est pas les Britons mais le Parlement.

  • Etienne le 20.10.2019 13:59 Report dénoncer ce commentaire

    Désolé encore de faire mon Asselineau...

    Si les British ne sont pas sortis le 31 octobre et bien cela veut dire que le RU restera dans l'UE. Et bien le gouvernement de BoJo a fait savoir que si il en était réduit à cette extrémité il nommerait un commissaire européen qui bloquerait "tout" le système et qui dirait "non" à tout! Et pour rappel il faut l'unanimité des états membres dans de très nombreux domaines (Article 48 TUE) Perso je me réjouis de la suite du Benny Hill Show!

    • Gérard le 20.10.2019 14:50 Report dénoncer ce commentaire

      @Etienne

      C'est sûr que ça va vachement aider à trouver un accord, ça...

    • Paul le 20.10.2019 15:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Gérard

      Ça ne fait que contrebalancer les décisions du parlement qui disent à l'EU « ne vous en faites pas, on a interdit à BoJo do vraiment négocier en l'obligeant à trouver un accord type licorne arc-en-ciel volante ».

    • La division fait pas la force le 20.10.2019 15:19 Report dénoncer ce commentaire

      Etiene

      Ca veut surtout dire que ceux qui se pretendent nacionalistes se servent du chauvinisme des gens pour les manipuler.Bojo,Farage,Blocher,memes methodes et meme but : regner par la division.

    • jarod gibbs le 20.10.2019 15:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Etienne

      Qu'ils se barrent ils sont nés sur une île,ils savent tous nager...

    • Etienne le 20.10.2019 15:45 Report dénoncer ce commentaire

      @La division fait pas la force

      Justement essayez d'imaginer un peu Nigel Farage comme commissaire européen... c'est tout à fait possible et les eurofascistes l'auront bien cherché.