Allemagne

16 avril 2019 18:53; Act: 16.04.2019 18:53 Print

Lourdes amendes pour le parti d'extrême droite

L'AfD a écopé de deux amendes d'un montant total de 454'870 francs du Bundestag. Elle a accepté des dons financiers illégaux, a annoncé mardi la chambre basse.

storybild

Selon le «Spiegel», la chambre basse du parlement considère que l'AfD a tenté de camoufler l'identité des donateurs, en lui présentant les noms d'hommes de paille. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le montant des deux amendes atteint 402'900 euros, soit 3 fois le montant des dons acceptés, comme le prévoit la loi, selon une porte-parole du Bundestag, la chambre des députés allemands. Les services administratifs de l'assemblée reprochent à l'AfD, qui a fait son entrée pour la première fois au parlement en 2017, d'avoir accepté des sommes de donateurs sans les identifier.

Un des deux dons correspond à une campagne publicitaire réalisée en 2016, dans le Bade-Wurtemberg, par l'agence suisse Goal AG. Le bénéficiaire, Jörg Meuthen, tête de liste AfD aux élections européennes et co-chef du parti, avait dans un premier temps assuré que cette campagne était gratuite, avant de reconnaître qu'elle avait coûté 90'000 euros (environ 102'000 francs suisses). Pour cette seule campagne, l'amende du Bundestag s'élève à 269'400 euros (environ 306'402 francs suisses).

Selon «Der Spiegel», la chambre basse du parlement considère que l'AfD a tenté de camoufler l'identité des donateurs, en lui présentant les noms d'hommes de paille. L'autre amende concerne une affaire similaire, une campagne d'affichage au profit d'un autre membre de l'AfD, Guido Reil, pour un montant de 44'500 euros (environ 50'615 francs suisses). Le montant de l'amende est de 133'500 euros (environ 151'847 francs suisses) pour ce second volet.

Réserves

Confrontée à d'autres affaires de ce type depuis plusieurs mois, l'AfD aurait constitué une réserve d'un million d'euros pour régler ses amendes, affirme «Der Spiegel», à l'origine de plusieurs révélations sur l'AfD.

Ces affaires créent des tensions au sein de la formation d'extrême droite, dont des membres demandent désormais que les dirigeants impliqués règlent eux-mêmes les amendes, et non le parti. L'AfD pourrait récolter prochainement de nouvelles pénalités dans d'autres volets de financement illégal présumé.

L'AfD est depuis septembre 2017 le principal parti national d'opposition en Allemagne à la chambre des députés, face au gouvernement de la chancelière Angela Merkel constitué des conservateurs et des sociaux-démocrates. Il est actuellement crédité d'environ 12 à 14% des intentions de vote.

(nxp/ats)