Allemagne

06 février 2019 18:53; Act: 06.02.2019 19:08 Print

Love Parade meurtrière: abandon des poursuites

En 2010, 21 personnes étaient décédées lors d'une bousculade au cours d'une Love Parade. La justice a rendu son verdict.

storybild

Vingt-et-une personnes, âgées de 17 à 38 ans, étaient mortes étouffées aux abords d'un tunnel, l'unique accès au terrain d'une ancienne gare qui hébergeait la Love Parade. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les charges ont été abandonnées, après plus d'un an de procès, contre sept des dix personnes accusées de négligences au cours d'une Love Parade marquée par la mort de 21 jeunes en 2010. L'annonce a été faite mercredi par le tribunal de Duisbourg, dans l'ouest de l'Allemagne.

Quatre organisateurs de ce célèbre festival de techno et six employés de cette ville étaient accusés d'homicides et blessures involontaires sur des soupçons de fautes graves commises dans l'organisation de l'événement.

Un «coup de massue»

Vingt-et-une personnes, âgées de 17 à 38 ans, étaient mortes étouffées aux abords d'un tunnel, l'unique accès au terrain d'une ancienne gare qui hébergeait la Love Parade. Quelque 650 personnes avaient en outre été blessées. Le parquet et la défense des prévenus concernés s'étaient déjà entendus mardi sur la fin des poursuites.

«Du point de vue des victimes, ce procès et cet abandon sont un coup de massue. On dirait que notre système ne peut pas gérer ce procès complexe», a expliqué mardi à l'AFP Rainer Dietz, l'avocat d'un homme ayant perdu son fils dans la tragédie.

Manque de temps

Pour expliquer cet abandon de charges, le parquet a invoqué l'impossibilité de mener la procédure juridique à son terme avant la prescription des faits à l'été 2020, notamment en raison du grand nombre de témoins à interroger.

Selon le parquet, la responsabilité individuelle de chacun était également trop faible et les erreurs dans les préparatifs en vue de la Love Parade relevaient d'une défaillance collective impliquant de nombreuses personnes.

Les trois accusés restants, tous des organisateurs de l'événement à l'époque, devaient quant à eux s'acquitter d'une amende de 10'000 euros chacun pour aussi obtenir un abandon des poursuites. Option qu'ils ont rejetée en faisant valoir leur «droit» à un acquittement, selon leurs avocats.

Longtemps retardé, le procès n'avait commencé qu'à la fin 2017. Le tribunal de Duisbourg avait tout d'abord refusé son organisation pour cause de charges insuffisantes contre les prévenus.

(nxp/ats)