Allemagne

23 février 2015 20:07; Act: 23.02.2015 20:14 Print

Lutz Bachmann réintègre le mouvement Pegida

Le mouvement anti-islam allemand, en perte de vitesse depuis des semaines, a réintégré son ex-dirigeant Lutz Bachmann. Ce dernier avait démissionné en janvier après parution dans la presse d'une photo le montrant grimé en Adolf Hitler.

storybild

M. Bachmann avait quitté la tête de Pegida le 21 janvier suite à la publication de cette photo et la révélation de propos xénophobes sur les réfugiés.

Sur ce sujet
Une faute?

M. Bachmann, 42 ans, avait quitté la tête de Pegida le 21 janvier, en pleine apogée du mouvement, suite à la publication de cette photo et la révélation de propos xénophobes sur les réfugiés.

Les «Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident», groupe né à Dresde (est) avant d'essaimer dans toute l'Allemagne, ont confirmé sur leur page Facebook le retour de leur ancien dirigeant, annoncé dimanche par le quotidien populaire «Bild».

Pegida n'a pas donné les raisons de cette réintégration, mais Lutz Bachmann a contesté auprès du journal britannique «The Guardian» l'authenticité de la photo le montrant cheveux plaqués et moustache en brosse. Il a assuré qu'il ne portait «pas de moustache» sur le cliché originel.

En coulisses

Lutz Bachmann n'avait pas disparu du mouvement après sa démission, prenant même la parole lors de la dernière «manifestation du lundi», le 16 février, pour annoncer la présence d'un candidat Pegida aux prochaines élections municipales de Dresde attendues en juin.

Son maintien officieux à la tête de Pegida avait été la principale cause du départ, le 28 janvier, de cinq autres dirigeants du mouvement islamophobe, dont l'ex-porte-parole Kathrin Oertel, d'après plusieurs médias allemands.

Né le 20 octobre dernier, Pegida a vu son affluence croître de semaine en semaine, jusqu'à rassembler un record de 25 000 personnes le 12 janvier dernier à Dresde, avant de subir coup sur coup une menace d'attentat puis les déchirements au sein de sa direction.

Son 15e rassemblement, le 16 février, a mobilisé environ 4000 personnes à Dresde. Les chiffres de sa 16e «promenade du soir», ce lundi, n'étaient pas encore connus.

(ats)