Venezuela

07 janvier 2016 08:38; Act: 07.01.2016 08:38 Print

Maduro nomme un nouveau gouvernement

Le chef de l'Etat vénézuélien affronte désormais un parlement dominé par l'opposition et doit faire face à la crise économique.

storybild

Le président du Venezuela Nicolas Maduro à Caracas le 4 janvier 2016. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président du Venezuela Nicolas Maduro a nommé mercredi un nouveau gouvernement. Cette équipe devra résoudre, selon ses termes, la «grave situation économique» et conduire le processus de «rectification et de relance» du chavisme.

«J'ai aussi décidé de former cette équipe pour que commence aujourd'hui une nouvelle dynamique de travail avec le peuple» du pays, a annoncé le chef de l'Etat à la radio et à la télévision. M. Maduro avait demandé la démission de ses ministres deux jours après la défaite de son parti aux élections du 6 décembre.

La composition du gouvernement montre que M. Maduro parie sur une ligne très à gauche en matière économique, en nommant Luis Salas ministre de l'Economie productive. M. Salas défend, comme M. Maduro, la théorie selon laquelle une «guerre économique» est conduite par l'opposition et les milieux d'affaires pour provoquer les graves pénuries dont souffre le pays et déstabiliser le gouvernement.

Aux postes clés du Pétrole et Mines, des Affaires étrangères et de la Défense, M. Maduro a choisi de maintenir respectivement Eulogio del Pino, Delcy Rodriguez et Vladimir Padrino.

Le Venezuela, qui possède les plus grandes réserves pétrolières du monde, a vu son économie s'effondrer ces derniers mois au même rythme que les cours du brut. Pénuries au quotidien et inflation galopante (200% selon les experts) suscitent un mécontentement populaire qui a profité à l'opposition.

Appel à la rébellion

M. Maduro a promis de déclarer l'«urgence économique» et de présenter un plan au Parlement. Il a en outre exprimé son «indignation» face à la décision de la nouvelle majorité de retirer du Parlement toutes les représentations de l'ancien président Hugo Chavez, et certaines du héros de l'indépendance latino-américaine Simon Bolivar.

Le président a appelé à «se rebeller face à ces manifestations néofascistes, antibolivariennes, antipatriotiques, antinationalistes».

(nxp/afp)