Venezuela

03 février 2019 12:15; Act: 03.02.2019 23:40 Print

Paris qualifie de «farce» la proposition de Maduro

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a proposé des législatives anticipées face aux pressions de l'UE et de l'opposition.

Sur ce sujet
Une faute?

Paris a qualifié de «farce» la proposition du président vénézuélien Nicolas Maduro d'organiser des législatives anticipées en réponse à la pression de l'opposition. Cela au dernier jour de l'ultimatum lancé par sept pays de l'UE pour convoquer un scrutin présidentiel.

L'Autriche a rejoint dimanche six autres pays européens (Allemagne, Espagne, France, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni), qui avaient donné à Nicolas Maduro huit jours pour convoquer une nouvelle élection présidentielle, faute de quoi ils reconnaîtraient son opposant Juan Guaido comme président.

La ministre française des Affaires européennes Nathalie Loiseau a rappelé que l'ultimatum se terminait dimanche soir. «Si, d'ici là, M. Maduro ne s'engage pas à organiser des élections présidentielles, nous considérerons que M. Guaido est légitime pour les organiser à sa place», a-t-elle poursuivi.

«Ce que répond jusqu'à présent M. Maduro, c'est 'je vais organiser des élections législatives', sous-entendu 'je veux me débarrasser du président du Parlement, M. Guaido' qui est justement soutenu par les manifestants. Cette réponse est une farce, une farce tragique».

Jeudi, le Parlement européen a reconnu l'autorité de M. Guaido et a appelé l'ensemble des pays de l'Union européenne (UE) de faire de même. Les Etats-Unis, le Canada et de nombreux pays d'Amérique latine, dont la Colombie et le Brésil, ont déjà reconnu Juan Guaido.

Intervention de Washington pas exclue

Donald Trump a réaffirmé dimanche que le recours à l'armée américaine au Venezuela était «une option». Mais il a refusé de préciser ce qui pourrait le pousser à y recourir, dans un entretien avec la chaîne américaine CBS.

Soutenu par la Russie, la Chine, la Corée du Nord, la Turquie ou encore Cuba, Nicolas Maduro, 56 ans, rejette l'ultimatum européen et accuse les Etats-Unis d'orchestrer un coup d'Etat.

Réapparu en public pour la première fois depuis six mois, il a rassemblé samedi des milliers de ses partisans à Caracas. Ignorant la demande des Européens, il a relancé l'idée d'élections législatives anticipées dans le courant de l'année, pour remplacer un Parlement où l'opposition est majoritaire et qui a été dépouillé de l'essentiel de ses pouvoirs au profit d'une Assemblée constituante acquise à Nicolas Maduro.

Groupe de contact

Un groupe de contact international constitué par l'UE pour favoriser l'organisation d'élections présidentielles «libres, transparentes et crédibles» doit se réunir le 7 février à Montevideo, ont annoncé dimanche la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini et le président uruguayen Tabare Vazquez.

L'UE et huit de ses États membres (Allemagne, Espagne, France, Italie, Portugal, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède) en font partie, ainsi que la Bolivie, le Costa Rica, l'Équateur et l'Uruguay pour les pays d'Amérique latine.

Ne pas relâcher la pression

Devant la représentation de l'UE à Caracas, où il a rassemblé samedi ses partisans, Juan Guaido a appelé ses partisans à ne pas relâcher la pression, lors d'une nouvelle manifestation le 12 février. Il a également annoncé l'arrivée d'une aide humanitaire pour le pays.

Des centres de collecte doivent être implantés de l'autre côté de la frontière, en Colombie et au Brésil, et sur une «île des Caraïbes», selon lui. Les Etats-Unis ont indiqué qu'ils transporteraient cette aide à la demande du chef de l'opposition.

«Pas un pays de mendiants»

«Nous n'avons pas été et ne serons pas un pays de mendiants», a rétorqué Nicolas Maduro.

Etat pétrolier, autrefois pays le plus riche d'Amérique latine, le Venezuela a sombré économiquement. Depuis 2015, quelque 2,3 millions de Vénézuéliens ont quitté le pays, pour une population de 31 millions d'habitants.

Nicolas Maduro a annoncé devant ses partisans une augmentation du nombre de soldats, en appelant les miliciens, un corps composé de civils, à rejoindre l'armée pour faire face à ce qu'il a qualifié de «plan macabre» des Etats-Unis.

L'armée est un pilier de son régime. Jusqu'ici seuls l'attaché de défense aux Etats-Unis et un général de l'armée de l'Air ont fait allégeance à Juan Guaido.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • José le 03.02.2019 13:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    gros lard

    il s'est approprié de la présidence en jouant sur l'émotion a la mort de Chavez ce gros lard hyper nourrit est un mou incapable .. et a ruiné son pays avec sa demagogie révolutionnaire d'une autre époque

  • Antoine de Fribourg le 03.02.2019 14:28 Report dénoncer ce commentaire

    Faisons confiance au peuple

    Ainsi donc, les USA s'arrogent le droit de choisir le président d'un autre pays hors de tout processus légitime ou démocratique dans ce pays. Comme l'Europe d'ailleurs, qui fixe au Venezuela un "ultimatum" en violation flagrante de ce qu'il reste du droit international. La position américaine repose sur un chantage assez ignoble à l'aumône d'une aide de 20 millions, ridicule face aux besoins. Faisons confiance au peuple vénézuélien, qui souffre tant et si injustement sous Maduro, pour choisir lui-même par qui et dans quelle direction il veut être dirigé.

  • M. Pompeo le 03.02.2019 14:12 Report dénoncer ce commentaire

    La Vérité!

    Quelle mauvaise pensée! Jamais les USA n'ont fomenté quoique ce soit où que ce soit. Ils apportent partout la liberté, la prospérité et la confiance en l'avenir. Réjouissons-nous tous en coeur que ce magnifique pays sous la direction éclairée du plus grand, du plus intelligent et du plus beau Président nous mène vers un avenir si radieux que nul encore ne peut même l'imaginer.

Les derniers commentaires

  • Alain Post le 04.02.2019 11:59 Report dénoncer ce commentaire

    Le peuple doit être souverain, justement

    Apparemment, aucun commentateur n'a compris que ce que les USA, l'Europe et le Brésil demandent c'est JUSTEMENT que le peuple puisse se prononcer. Mais Chavez refuse d'organiser des élections présidentielles. Comment voulez-vous que le peuple décide s'il n'y a pas d'élections ? Guaido a promis de les organiser, ces élections. C'est pour cela qu'il a maintenant le soutien de la rue, des gouvernements étrangers et du peuple. Il ne s'agit donc pas d'ingérence mais d'aide.

    • trotro le 04.02.2019 12:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Alain Post

      Toi, tu as tout compris... sauf que Chavez était mort.

  • Vénézuélienne le 04.02.2019 10:34 Report dénoncer ce commentaire

    Fais tes valises Maduro

    ..... La France , la Suède la GB viennent aussi de reconnaître Juan Gaido comme président intérim du Venezuela . Enfin !!!

  • Vénézuélienne le 04.02.2019 10:13 Report dénoncer ce commentaire

    Le début de la fin pour Maduro

    Et de un, l'Espagne vient de reconnaître Juan Gaido comme président par intérim du Venezuela. Enfin ça bouge, merci l'Espagne.

    • martin rhodine le 04.02.2019 13:48 Report dénoncer ce commentaire

      Bravo

      les putschistes applaudissent. ce qu'ils ne sont pas capables d'obtenir par la voie démocratique ils l'obtiennent par le complot.

  • Martin Rhodine le 04.02.2019 09:46 Report dénoncer ce commentaire

    tartuffes

    les électeurs ont massivement élu Maduro au cours d'un exercice démocratique totalement transparent et contrôlé internationalement. le problème est politique, pas légal. il est aussi légitime de réclamer des élections législatives que présidentielles. Même l'ONU vient de reconnaître la légitimité de maduro. Mais curieusement on ne lit que le point de vue d'une minorité occidentale.

    • Palpatine le démocrate le 06.02.2019 13:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Martin Rhodine

      J'adore votre mauvaise foi.

  • Petit Robert et Larousse le 04.02.2019 09:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    problème de définition du mot "ingérence"?

    Quelle ingérence ! Et ça accuse la Russie d'avoir fait de l'ingérence pour quelques commentaires sur Facebook ?