Honduras

06 avril 2019 10:53; Act: 07.04.2019 07:04 Print

Manifestation contre le président Hernandez

Vendredi soir, des milliers de Honduriens sont descendus dans la rue pour protester contre le pouvoir en place.

storybild

Les manifestants protestent contre le président hondurien, dont des proches sont impliqués dans un scandale de corruption. (Photo: AFP)

Une faute?

Quelque 5000 personnes ont défilé vendredi soir dans la capitale hondurienne Tegucigalpa aux cris de «JOH Dehors», en référence au président Juan Orlando Hernandez, que ses détracteurs accusent d'être lié à des personnalités accusées de corruption et trafic de drogue.

Les manifestants ont réclamé «la destitution immédiate de Juan Orlando Hernandez, ainsi que l'ouverture d'une enquête sur ses relations avec son cercle familial et ses alliés politiques», selon un communiqué du collectif Mouvement des Indignés, organisateur de la manifestation.

«Hernandez entretient des relations avec des personnes impliquées dans des actes de corruption et dans le narcotrafic. Son propre frère Antonio (Tony) Hernandez est en procès à New York où il est accusé de trafic de drogue à grande échelle», ajoute le communiqué des Indignés.

«Personne n'est au dessus des lois»

Ancien député, Tony Hernandez a été arrêté le 23 novembre à Miami et inculpé de trafic de drogue. Il doit comparaître en jugement le 10 septembre. Le président hondurien s'est dit touché d'avoir appris l'inculpation de son frère, avec lequel il a pris ses distances en assurant que «personne n'est au dessus des lois».

Les Indignés avaient déjà exigé le départ du président Hernandez en 2015, lors de son premier mandat (2014-18). Il avait alors reconnu que son parti avait reçu pour financement de campagne près de 100'000 dollars provenant d'une escroquerie à la sécurité sociale. Il avait alors souligné n'avoir pas été tenu au courant de ce financement illicite.

L'opposition lui reproche également d'avoir été réélu pour un second mandat (2018-22) à travers une série de fraudes réalisées grâce au contrôle de certains organismes électoraux.

(nxp/afp)