Tunisie

29 mars 2015 14:56; Act: 29.03.2015 17:12 Print

Marche à Tunis: «Le monde est Bardo»

Des dizaines de milliers de personnes et plusieurs dirigeants étrangers ont défilé contre le terrorisme dimanche à Tunis en réaction à l'attentat du musée du Bardo.

Voir le diaporama en grand »
Le jeune Marocain arrêté mardi en Italie et soupçonné de complicité avec les auteurs de l'attentat meurtrier du musée du Bardo à Tunis se dit innocent et refuse son extradition vers la Tunisie, a déclaré vendredi son avocate à l'issue d'une audience. 07.04 Trois semaines après l'attentat sanglant du musée du Bardo à Tunis, le président tunisien Béji Caïd Essebsi a entamé mardi une visite d'Etat de deux jours en France. François Hollande a promis une «coopération exemplaire», en matière sécuritaire, économique et culturelle avec la Tunisie. 02.04 Le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé jeudi soir avoir procédé à de nouvelles arrestations après le sanglant attentat qui a visé des touristes au musée du Bardo le 18 mars, portant le nombre total de personnes détenues à 46. 29.03 Dans un lapsus qui a provoqué l'hilarité des présents, le président tunisien Béji Caïd Essebsi a évoqué «François Mitterrand», au lieu de remercier François Hollande pour sa présence. 29.03 Une marche géante s'est tenue dimanche à Tunis pour dénoncer l'attaque du musée du Bardo qui a fait 22 morts. Plusieurs milliers de personnes étaient attendues. De nombreux chefs d'Etat, comme le président français François Hollande, se sont joints au président tunisien Béji Caïd Essebsi (ici au micro). Une foule compacte parsemée de drapeaux tunisiens s'est formée pour ce défilé placé sous le mot d'ordre «Le monde est Bardo». Les présidents français et tunisien se sont chaudement embrassés. Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (2e à gauche) aux côtés de François Hollande et de Béji Caïd Essebsi. François Hollande a rendu hommage aux victimes de la tuerie, dont les noms figurent sur un mémorial à l'entrée du musée du Bardo. 26.03 Depuis l'attaque menée le 18 mars au musée du Bardo de Tunis, 23 suspects ont été arrêtés. C'est ce qu'annonce le ministre de l'Intérieur, Najem Gharsalli. 24.03 C'est sous une haute protection policière que le musée du Bardo a vu mardi défiler des milliers de participants au 13e Forum social mondial jusqu'au lieu de l'attentat, revendiquant «liberté, égalité, justice sociale et paix». 23.03 Le Premier ministre tunisien Habib Essid a limogé le chef de la police de Tunis et celui du Bardo après avoir constaté des «lacunes» dans la protection du quartier du musée du Bardo, cinq jours après l'attentat. 22.03 Le président tunisien s'est recueilli devant le musée du Bardo, théâtre de l'attaque terroriste qui a fait 21 morts dont 20 touristes mercredi. 21.03 Les autorités tunisiennes ont diffusé samedi soir une vidéo, tirée en partie de caméras de surveillance, montrant les deux assaillants déambulant dans le musée du Bardo, Kalachnikov à la main, au moment de l'attentat ayant coûté la vie à 21 personnes à Tunis mercredi. 20.03 Un troisième Français et deux Polonais ont été identifiés parmi les vingt touristes étrangers tués mercredi dans l'attaque du musée du Bardo à Tunis. 20.03 Les gardes devant assurer la sécurité du Parlement tunisien, mitoyen du musée du Bardo qui a été visé mercredi par un attentat meurtrier, étaient «au café» au moment de l'attaque, a affirmé le vice-président de l'Assemblée, Abdelfattah Mourou, dénonçant une «grande défaillance». Le musée est situé dans la même enceinte que le Parlement, censé être placé sous forte protection. 20.03 Le secrétaire d'Etat tunisien chargé des affaires sécuritaires, Rafik Chelly, a expliqué que les deux auteurs de l'attentat du musée du Bardo se sont formés au maniement des armes en Libye. 19.03 Militaire à la retraite, Jose Arturo Camelo a survécu à l'attaque perpétrée en Tunisie, où la famille s'était rendue en croisière touristique pour fêter le récent diplôme obtenu par le fils de 29 ans. Toute sa vie, il a lutté contre le terrorisme dans son pays, en Colombie. A la fin, le terrorisme lui a pris sa femme et son fils, dans un lieu totalement éloigné de chez lui. 19.03 Un guide touristique tunisien accompagnait un groupe d'Italiens lorsqu'ils ont été surpris par l'attaque du musée du Bardo à Tunis. 19.03 Le groupe jihadiste EI a revendiqué jeudi l'attentat contre le musée du Bardo, à Tunis. L'attaque a fait 23 morts, selon un dernier bilan. 19.03 Neuf personnes suspectées d'avoir été en relation avec les deux assaillants responsables de l'attaque du musée du Bardo, qui a fait 21 morts, ont été arrêtées jeudi. 19.03 Deux touristes espagnols ont été retrouvés jeudi matin au musée du Bardo après avoir passé la nuit cachés dans un bureau par un employé du site. Saines et sauves, les trois personnes ont été transportées vers un hôpital pour des examens de routine. 19.03.15 Neuf des touristes tués étaient des passagers du paquebot MSC Splendida (ici en photo) a annoncé jeudi matin le croisiériste italien MSC. 19.03.2015 - Le Premier ministre tunisien a identifié les deux assaillants du Musée du Bardo à Tunis. Il s'agirait de Yassine Abidi et Hatem Khachnaoui, deux noms à consonance tunisienne. Une attaque meurtrière a été menée par des hommes armés contre le Musée du Bardo, à Tunis. L'attentat a fait 19 morts, dont 17 touristes. La police sort, sous les applaudissements de la foule Il y aurait 42 blessés. 22 personnes, dont 17 touristes, sont décédées dans l'attaque terroriste contre le Musé Bardo de Tunis mercredi 18.03.2015 L'attaque avait commencé par une fusillade qui avait visé des touristes arrivant en car devant le musée. Les assaillants ont abattu sept touristes étrangers et un Tunisien, avant de se réfugier à l'intérieur du musée et de prendre des visiteurs en otages, selon un bilan fourni par le porte-parole du Ministère de l'intérieur. Cette «attaque terroriste», selon le porte-parole, touche le pays pionnier du Printemps arabe qui, contrairement aux autres Etats ayant vécu des mouvements de contestation en 2011, a jusqu'ici échappé à une vague de violences ou de répression. Le Musée du Bardo, qui abrite une exceptionnelle collection de mosaïques, est mitoyen du Parlement, où les travaux ont été suspendus après les tirs. «La panique est énorme», a écrit la députée Sayida Ounissi sur Twitter, en précisant que la fusillade est intervenue «en pleine audition des forces armées sur la loi antiterroriste». Certains visiteurs du musée se sont retranchés dans des salles à l'étage.

Sur ce sujet
Une faute?

Une foule compacte parsemée de drapeaux tunisiens s'est formée pour ce défilé placé sous le mot d'ordre «Le monde est Bardo». Les manifestants de tous âges scandaient: «Tunisie libre, terrorisme dehors» ou «notre pays est plus fort que vous».

Les autorités ne donnaient dans l'immédiat aucune estimation du nombre des participants à cette marche qui rappelait celle organisée en janvier après les attentats de Paris.

«Nous avons démontré que nous sommes un peuple démocratique, que les Tunisiens sont modérés et qu'il n'y a pas de place ici pour les terroristes. Aujourd'hui, tout le monde est avec nous», a déclaré l'un des manifestants, nommé Kamel.

Avec Hollande, Abbas et Renzi

Les manifestants ont été rejoints en milieu de journée par le chef de l'Etat tunisien Béji Caïd Essebsi accompagné par ses homologues français François Hollande, gabonais Ali Bongo et palestinien Mahmoud Abbas, ainsi que par les chefs des gouvernements italien Matteo Renzi et algérien Abdelmalek Sellal. La Suisse devait être représentée par l'actuel président du Conseil national Stéphane Rossini (PS/VS).

«Un grand salut au peuple tunisien qui a prouvé qu'il ne céderait pas au terrorisme (...) je dis au peuple tunisien: 'En avant! Tu n'es pas seul'», a lancé le président tunisien, initiateur de la marche.

Dans un lapsus qui a provoqué l'hilarité des présents, M. Caïd Essebsi a évoqué «François Mitterrand», le chef de l'Etat français décédé en 1996 au lieu de remercier M. Hollande pour sa présence.

Stèle en mémoire des victimes

«Le terrorisme a voulu frapper un pays, la Tunisie, qui avait engagé le Printemps arabe et qui a eu un parcours exemplaire en matière de démocratie, de pluralisme (...). Nous devons tous lutter contre le terrorisme», a déclaré M. Hollande, présent bien que se déroule en France le second tour des élections départementales.

Les dirigeants ont marché dans une mêlée d'officiels et de journalistes sur une centaine de mètres dans un périmètre complètement bouclé par des centaines de policiers munis d'armes automatiques. Des hélicoptères survolaient la zone tandis que des tireurs d'élite étaient postés sur les toits.

Ce défilé officiel a longé l'enceinte où se trouvent le Parlement et le musée du Bardo. Les dignitaires ont ensuite inauguré une stèle portant les noms des victimes de l'attentat du 18 mars qui a fait 22 morts (21 touristes et un policier tunisien). Celui d'une Française décédée la veille a été rajouté à la hâte sous cette mosaïque.

Jihadistes tués

Un peu avant le début de la marche, le Premier ministre Habib Essid a annoncé la mort de neuf jihadistes, dont le chef du principal groupe armé tunisien, Lokmane Abou Sakhr. Cet Algérien est accusé par Tunis d'avoir «dirigé» l'attaque contre le musée du Bardo.

Les forces tunisiennes ont tué «les plus importants éléments de la Phalange Okba Ibn Nafaa, à leur tête Lokmane Abou Sakhr», a-t-il dit, saluant un «succès admirable». «C'est une riposte claire et forte au terrorisme après l'attaque du (musée national du) Bardo», a-t-il ajouté.

Ces neuf jihadistes «parmi les plus dangereux terroristes de Tunisie» ont été abattus dans la région de Gafsa (centre-ouest), selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Le ministère a accusé Okba Ibn Nafaa, qui est liée à al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), d'être derrière l'attaque du musée bien que celle-ci ait été revendiquée par l'Etat islamique (EI). Okba Ibn Nafaa est en outre tenu responsable de la mort de dizaines de policiers et militaires depuis décembre 2012.

(ats)