Porto Rico

29 mai 2018 16:33; Act: 30.05.2018 06:46 Print

Maria a tué 4600 personnes et non 64!

Le bilan de la tempête à Porto Rico a monstrueusement augmenté, selon une dernière étude.

Voir le diaporama en grand »
Une nouvelle étude indépendante a réévalué mardi le bilan de l'ouragan Maria à Porto Rico: près de 3000 personnes ont été tuées. (28 août 2018) L'ouragan Maria a tué plus de 4600 personnes sur l'île américaine de Porto Rico l'an dernier, selon une étude indépendante publiée mardi et qui balaie le bilan officiel et très contesté de 64 morts. (29 mai 2018) Hurricane Maria, which pummeled Puerto Rico in September 2017, is likely responsible for the deaths of more than 4,600 people, some 70 times higher than official estimates, researchers at Harvard University said on May 29, 2018. / AFP PHOTO / Ricardo ARDUENGO Près d'un demi-million de Portoricains vont quitter leur île caribéenne d'ici 2019, fuyant les ravages de l'ouragan Maria, soit 14% d'une population déjà frappée depuis dix ans par une profonde crise économique, selon des chercheurs. (Lundi 6 novembre 2017) Le président des Etats-Unis Donald Trump a attribué jeudi à son administration la note maximale pour sa réponse à l'ouragan qui a dévasté Porto Rico, territoire américain qui reste privé d'électricité à 80%. (Jeudi 19 octobre 2017) Le président américain Donald Trump n'a pas hésité jeudi à mettre sur la sellette Porto-Rico, qui a du mal à se relever des destructions provoquées par l'ouragan Maria. Il a affirmé que l'aide fédérale ne sera pas «éternelle». (Jeudi 12 octobre 2017) Le bilan de l'ouragan Maria s'est aggravé à 44 morts à Porto Rico, dont la majeure partie est toujours privée d'électricité. (Mercredi 11 octobre 2017) L'assureur américain AIG a annoncé lundi 9 octobre que les ouragans Harvey, Irma et Maria qui ont affecté le Texas, la Floride, Porto Rico et les Caraïbes allaient lui coûter jusqu'à 2 milliards de dollars après impôts. Il s'agit principalement d'indemnisations. Le président veut demander le déblocage de 29 milliards de dollars au titre de l'aide d'urgence et pour effacer une partie de la dette de Porto Rico. (Mercredi 4 octobre 2017) Donald Trump s'est rendu ce mardi à Porto Rico pour constater les dégâts que l'ouragan Maria a fait sur l'île. (3 octobre 2017) Donald Trump a annoncé une levée temporaire de restrictions qui permettra d'accélérer l'acheminement de l'aide vers Porto Rico. (Jeudi 28 septembre 2017) Le président américain Donald Trump a annoncé qu'il se rendrait le 3 octobre à Porto Rico, pour couper court aux critiques sur la lenteur de l'aide apportée par l'administration à ce territoire américain dévasté par l'ouragan Maria. (Mardi 26 septembre 2017) Le bilan de l'ouragan Maria s'est alourdi dans les Caraïbes avec au moins 13 morts à Porto Rico, où un barrage a cédé sous l'effet de pluies diluviennes. (Vendredi 22 septembre 2017) «Porto Rico est absolument anéanti», a pour sa part déclaré le président américain Donald Trump. (Jeudi 21 septembre 2017) Un champ complètement inondé à Porto Rico. (Jeudi 21 septembre 2017) La Dominique a été dévastée par l'ouragan Maria. Jeudi, le Premier ministre a annoncé le décès d'au moins 15 personnes sur la petite île de 72'000 âmes. (Jeudi 21 septembre 2017) L'ouragan Maria a laissé derrière lui mercredi d'innombrables toitures arrachées à Porto Rico. De nombreux immeubles sont détruits et sous l'eau, obligeant des dizaines de milliers de personnes à se presser dans les refuges. (21 septembre 2017) Porto Rico était totalement privé d'électricité mercredi. Le bilan de Maria dans les Caraïbes est de neuf morts. (Mercredi 20 septembre 2017) L'île de Porto Rico a été complètement balayée par l'ouragan Maria. Les secours ont toujours de la difficulté à intervenir sur le terrain en raison des vents violents. (Mercredi 20 septembre 2017) L'ouragan Maria est arrivé mercredi matin au-dessus de l'île de Porto Rico, battue par des vents de 250 kilomètres/heure. (Mercredi 20 septembre 2017) Porto Rico doit faire face à de forts vents. (Mercredi 20 septembre 2017) Maria se dirige désormais vers Porto Rico. (Mardi 19 septembre 2017) A Porto Rico, des habitants vont passer la nuit dans un refuge. (Mardi 19 septembre 2017) Maria approche de St. Barthélémy, placée en alerte violette. (Mardi 19 septembre 2017) Des pompiers français embarquent pour les Antilles pour venir en aide aux sinistrés de Maria. (Mardi 19 septembre 2017) De nombreuses inondations ont été rapportées en Guadeloupe. (Mardi 19 septembre 2017) Maria a fait un mort et deux disparus sur l'île française de La Guadeloupe. (Mardi 19 septembre 2017) L'ouragan Maria «potentiellement catastrophique», a balayé les Iles Vierges et menace Porto Rico. (Mardi 19 septembre 2017) Le territoire indépendant de La Dominique a «perdu tout ce qui pouvait être perdu», a déclaré le Premier ministre Roosevelt Skerrit . Ici, de l'aide humanitaire en provenance du Venezuela. (Mardi 19 septembre 2017) En Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre, les vents violents de l'ouragan Maria ont frappé les côtes. (Mardi 19 septembre 2017) (Mardi 19 septembre 2017) (Mardi 19 septembre 2017) (Mardi 19 septembre 2017) Maria se dirigeait vers la Guadeloupe, mardi matin (heure suisse) après avoir touché terre en Dominique vers 01h15 (03h15 en Suisse) avec des vents de 260 km/h. Les Guadeloupéens, placés en alerte rouge, s'étaient préparés au pire, lundi. (Image - lundi 18 septembre 2017) (Mardi 19 septembre 2017) Selon les météorologues américains, l'oeil de Maria va passer sur la Dominique et les îles Leeward voisines dans les prochaines heures, puis continuer sa route dévastatrice en direction de Porto-Rico et des îles Vierges qu'il devrait atteindre dans la nuit de mardi à mercredi. (image prétexte) Selon Météo-France, l'oeil du cyclone est finalement passé à 50 km des côtes du nord de la Martinique dans la nuit de lundi à mardi. Le mur de l'oeil du cyclone, qui concentre des vents très forts, est, lui, passé à 25 km et n'a pas touché cette île française. (image d'illustration) En Martinique, 33'000 foyers ont été privés d'électricité à 18h00 locales (minuit en Suisse). La préfecture n'a pas relevé de dégât significatif à ce stade avec une quarantaine d'interventions des pompiers. L'ouragan n'a cessé de se renforcer dans les eaux chaudes de l'Atlantique Nord et génèrait, dans la nuit de lundi à mardi, des vents atteignant 260 km/h, selon le centre américain des ouragans (NHC). (Image lundi 18 septembre 201 La dépression Maria est passée en 24 heures de simple tempête tropicale en ouragan de catégorie 5, la plus élevée, jugé 'potentiellement catastrophique'. (Image lundi 18 septembre 2017) Les météorologues s'attendent même à ce qu'elle gagne encore en intensité jusqu'à mercredi. La population se préparait aussi à Puerto Rico. (lundi 18 septembre 2017) , l'oeil de l'ouragan devait passer à moins de 50 km du sud de la Basse-Terre et encore plus près des Saintes, qui devraient être les régions les plus exposées, pévoyait, lundi soir, Météo-France. «Les précipitations cumulées sur 24 heures pourraient être comprises entre 200 et 400 mm et la houle approcher les 8 à 10 mètres», a précisé le ministère français de l'intérieur. Sur l'île française de Guadeloupe, le gouvernement avait ordonné l'évacuation des zones à risque «a compter de ce lundi 18 septembre à 16H00» (22H00 en Suisse). (Image - lundi 18 septembre 2017) Les Caraïbes, ravagées par Irma il y a une dizaine de jours, étaient en état d'alerte lundi face à l'arrivée imminente d'un nouvel ouragan, Maria. Il devrait gagner en puissance au fil des heures. Il a été reclassé «extrêmement dangereux» dans la soirée de lundi. Ravagée par Irma il y a une dizaine de jours, toute la région a été mise en état d'alerte avant le passage de Maria qui s'est renforcé en moins de 24 heures, passant du statut de tempête tropicale à celui d'ouragan catégorie 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson. (Image - lundi 18 septembre 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ouragan Maria a tué plus de 4600 personnes sur l'île américaine de Porto Rico l'an dernier. Les résultats d'une étude indépendante, publiée mardi, balaient le bilan officiel et très contesté de 64 morts.

A partir d'une étude de terrain, une équipe de chercheurs de l'Université Harvard a établi que le taux de mortalité sur ce territoire américain, dans les trois mois après la catastrophe, avait bondi de 62% par rapport à la normale. Les causes principales sont liées au nombre d'habitants, privés d'électricité, d'eau, de téléphone ou de transport, ou qui n'avaient plus accès aux soins.

Maria avait frappé Porto Rico le 20 septembre 2017, lors d'une saison 2017 record pour les ouragans. Immédiatement, le réseau électrique avait été complètement coupé. Les routes aussi.

Le chaos s'est installé jusque dans les villes. Le gouvernement fédéral avait été critiqué pour la lenteur de sa réaction, qui tranchait avec la haute priorité donnée par le président Donald Trump au Texas et à la Louisiane, frappés par un autre ouragan à la même période, la tempête Harvey.

Bilan ridiculisé

Porto Rico, située juste à l'est de l'île de Saint Domingue en mer des Caraïbes, ne fait pas partie des 50 Etats américains, mais est l'un des cinq territoires appartenant aux Etats-Unis. Leurs trois millions d'habitants ont la citoyenneté américaine, mais Porto Rico n'a pas d'élu au Congrès, et certaines lois y sont différentes du continent.

Les autorités locales avaient officiellement dénombré 64 morts liés à l'ouragan, mais ce chiffre avait rapidement été ridiculisé. Une étude des actes de décès par le New York Times en décembre avait par exemple conduit à plus de 1000 morts dans les 40 jours suivant l'ouragan.

Le problème, selon les auteurs de l'étude publiée dans le New England Journal of Medicine, est que pour être comptabilisée dans le bilan d'une catastrophe naturelle, la mort d'une personne doit être confirmée par l'Institut des sciences médico-légales de Porto Rico. Une démarche qui était rendue difficile par la destruction des routes et les problèmes de transport. Les actes de décès, dans les mois suivants, n'indiquaient pas non plus forcément qu'ils étaient indirectement liés à Maria.

Porte-à-porte

Pour obtenir un bilan précis, les chercheurs ont donc organisé l'équivalent d'un recensement partiel. Ils ont frappé à 3299 portes, sur l'ensemble de l'île, selon un échantillon représentatif. Ils ont demandé si des personnes des ménages choisis étaient décédées entre le 20 septembre et le 31 décembre 2017.

L'étude a eu lieu en janvier et février dernier. Statistiquement, les résultats sont significatifs et ont permis d'établir un taux de mortalité de 14,3 morts pour 1000 personnes à cette période, soit 62% de plus que lors de la même période en 2016. Au niveau de l'île, cela signifie 4645 morts en plus.

Les chercheurs expliquent en outre que leur estimation est probablement basse, pour une raison simple: ils n'ont pas pu comptabiliser les personnes vivant seules qui sont mortes, car elles n'ont par définition pas pu répondre au sondage.

Pas de courant, pas de traitement

«Notre estimation est cohérente avec les articles de presse qui ont évalué le nombre de morts dans le premier mois ayant suivi l'ouragan», écrivent les scientifiques. Ils ont trouvé qu'en moyenne, les ménages avaient passé 84 jours sans électricité, 64 jours sans eau, et 41 jours sans accès au réseau téléphonique mobile.

Dans les zones les plus isolées de l'île, 83% des ménages ont vécu sans électricité sur la totalité de la période étudiée, soit plus de trois mois. Près d'un tiers de tous les ménages ont rapporté avoir vu leur traitement médical interrompu: les malades ne pouvaient plus acheter leurs médicaments.

D'autres ne pouvaient plus faire fonctionner leurs appareils d'aide respiratoire, faute d'électricité. De nombreux centres de santé et cliniques avaient dû fermer, et nombre de médecins étaient introuvables ou ne pouvaient plus se déplacer.

Dans la catégorie de villages les plus isolés, 8,8% des personnes ont dit n'avoir pas réussi à joindre les services d'urgence, le numéro 911. Le gouvernement de Porto Rico est conscient de l'irréalisme de son bilan et a chargé en février dernier une équipe de l'Université George Washington de conduire une étude de la mortalité de septembre jusqu'à février 2018.

(nxp/afp)