Politique française

14 mars 2011 18:03; Act: 14.03.2011 18:03 Print

Marine Le Pen dérange à Lampedusa

La présidente du Front national Marine Le Pen a effectué lundi un déplacement sur l'île italienne de Lampedusa, une visite qui a suscité de vives protestations.

storybild

Une dizaine de personnes ont protesté contre la présence de Marine Le Pen à Lampedusa. (Photo: AFP)

Une faute?

La dirigeante du parti d'extrême-droite français, Marine Le Pen, a visité un centre où sont détenus environ 900 immigrants clandestins. Une dizaine de personnes ont protesté contre sa présence, brandissant des pancartes en français et italien avec les slogans «Liberté, égalité, fraternité, y compris pour les sans-papiers».

«Madame Le Pen est xénophobe, raciste et néo-fasciste, et nous ne voulons pas d'elle ici», a lancé Giacomo Sterlazzo, un des opposants à la venue de la députée européenne.

Le maire de l'île a été plus accueillant, estimant que la situation de Lampedusa nécessitait une réponse européenne. «Elle vient ici pour comprendre ce qui se passe ici. En ce qui concerne la haine raciale, chacun a son propre style. Son père (Jean-Marie Le Pen) a le sien. Elle le sien. Je ne vais pas la juger raciste», a souligné Bernardino De Rubeis.

Cette visite est survenue alors que cinq nouvelles embarcations transportant des clandestins doivent arriver sur l'île. La plupart des 8700 migrants arrivés d'Afrique du Nord depuis le début des troubles en Tunisie en janvier disent vouloir rejoindre la France, où beaucoup ont déjà de la famille.

Les migrants qui arrivent à Lampedusa sont ensuite envoyés vers des centres de rétention du sud de l'Italie. Pendant leur séjour sur l'île, ils reçoivent trois repas et dix cigarettes par jour, ainsi qu'une carte de téléphone pour appeler leurs proches.

(ap)