Bosnie

19 juillet 2019 13:18; Act: 20.07.2019 12:31 Print

Massacre de Srebrenica: Pays-Bas moins coupables

La justice néerlandaise a réduit la responsabilité du pays dans le génocide qui avait fait 8000 morts en 1995.

storybild

La responsabilité de l'État néerlandais «est limitée à 10% des dommages subis par les familles d'environs 350 victimes», ont déclaré vendredi les juges de la Cour suprême des Pays-Bas. (Photo: Keystone)

Une faute?

La Cour suprême des Pays-Bas a jugé vendredi que l'Etat néerlandais n'avait qu'une responsabilité «très limitée» dans la mort de plusieurs centaines d'hommes musulmans lors du massacre de Srebrenica en Bosnie en 1995.

La plus haute juridiction du pays a réduit la responsabilité de l'État par rapport à la décision de la Cour d'appel en 2014, qui l'avait déjà reconnu partiellement responsable des décès dans l'enclave de Srebrenica, limitrophe de la Serbie, alors placée sous la protection de l'ONU.

«L'État néerlandais a une responsabilité très limitée dans l'affaire portée par les Mères de Srebrenica. Cette responsabilité est limitée à 10% des dommages subis par les familles d'environs 350 victimes», a déclaré la Cour suprême lors d'une audience. La Cour suprême estime à 10% la probabilité que les hommes et garçons musulmans auraient été en sécurité s'ils avaient pu rester au sein de l'enclave. En 2017, la Cour d'appel avait jugé cette probabilité à 30%.

Une page noire

Le massacre de Srebrenica, au cours duquel près de 8000 hommes et garçons musulmans ont été tués, est une des pages les plus noires de l'histoire des Pays-Bas, mais aussi de la guerre de Bosnie (1992-1995). L'enclave de Srebrenica, limitrophe de la Serbie, était placée sous la protection de l'ONU lorsqu'elle a été prise le 11 juillet 1995 par les forces serbes de Bosnie.

Connus sous le nom de «Dutchbat» et retranchés dans leur base, les Casques bleus néerlandais avaient recueilli des milliers de réfugiés dans l'enclave des Nations unies. Mais, submergés, ils avaient permis aux Serbes de Bosnie d'évacuer les réfugiés. Les hommes et les garçons avaient alors été séparés et mis dans des bus.

L'Etat néerlandais a été reconnu en 2014 partiellement responsable de la mort de 350 musulmans. Il s'était ensuite pourvu en cassation devant la Cour suprême après la confirmation du jugement en appel, rendue en 2017.

(nxp/ats)