Union européenne

02 novembre 2016 18:39; Act: 02.11.2016 23:27 Print

Merkel veut séparer le dossier Suisse et le Brexit

La chancelière allemande a reçu mercredi le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann.

storybild

Les deux chefs d'Etat lors de leur rencontre à la chancellerie de Berlin. (Photo: Keystone/AP/Markus Schreiber)

Sur ce sujet
Une faute?

Angela Merkel s'est montrée confiante pour la résolution de l'épineux dossier de la libre circulation entre la Suisse et l'Union européenne (UE).

«Je suis optimiste pour la suite des négociations», a déclaré la chancelière allemande. Johann Schneider-Ammann espère, lui, qu'une solution puisse être trouvée cette année encore.

Angela Merkel ne trouve pas approprié de faire un lien avec les négociations que l'UE mène avec la Grande-Bretagne à propos du Brexit. «Si j'étais citoyenne suisse, cela ne me conviendrait pas d'être considérée sous une toute autre lumière à la suite d'une décision intervenue dans un tout autre pays».

Comme s'il n'y avait pas eu de Brexit

«Pour moi, ce sont deux choses complètement différentes», a-t-elle plaidé en évoquant le processus de retrait britannique. «La position allemande n'a pas changé suite au Brexit», a-t-elle précisé. L'intérêt germanique pour un bon accord avec la Suisse est notamment justifié par les nombreux frontaliers.

La chancelière estime que l'UE doit mener le dossier suisse comme s'il n'y avait pas eu de Brexit. L'Allemagne veut une solution compatible avec la libre circulation des ressortissants de l'UE, a-t-elle affirmé. Et la Suisse a le droit, en tant que pays souverain, de voir ses attentes politiques prises en compte.

Solution pas aisée

Johann Schneider-Ammann a, lui, plaidé pour une solution la plus rapide possible, afin d'offrir des conditions cadres claires et rassurantes aux investisseurs. La solution devra à la fois être compatible avec l'accord de libre circulation, tel qu'exigé par l'UE, et rencontrer une majorité en Suisse.

Le président de la Confédération a reconnu que «cela n'est pas une promenade de santé». Mais il envisage néanmoins un résultat cet hiver encore.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • René Charles le 02.11.2016 19:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon courage

    Allez-y, travaillez une solution car il doit bien y en avoir une, la Suisse doit travailler avec l'UE mais ne doit pas se coucher devant l'UE. C'est là la difficulté, mais toute la différence. Bon courage et merci ceux qui cherchent la meilleure solution. Pour les autres, ça ne sert à rien de gueuler. Cordiales salutations.

  • Suisse le 02.11.2016 20:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nous ne faisons PAS partie de l'UE

    il faut expliquer à Merkel qie NOUS NE FAISONS PAS PARTIE DE L'UE.

  • Raoul le 02.11.2016 22:56 Report dénoncer ce commentaire

    Si, si, il y a eu un brexit

    Et si l'UE est trop intransigeante, on pourrait faire une Europe uniquement économique avec les Britanniques, et les Norvégiens.

Les derniers commentaires

  • Ilse le 03.11.2016 09:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    voisin

    Des échanges intelligents et cordiaux sont tout à fait possibles dans le respect de chacun et de sa propre identité. Le brexit ne nous concerne pas.

  • Potin le 03.11.2016 09:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Gérontologie

    C'est pas un parlement mais un EMS, ce machin de Bruxelles !!

  • Marc Bjorg le 03.11.2016 08:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Schengen...

    De toute manière si l'UE viens avec l'interdiction d'armes privés, en Suisse il y aura un vote pour sortir de Schengen... Ce qui ne devrais pas affecter le reste des bilatérales.

  • Droudrou le 03.11.2016 08:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une collaboration avec le rire

    il faut tout simplement expliquer que la Suisse ne fait pas partie de l UE mais que c est important pour les deux de pouvoir collaborer avec l UE. et tout ça sous le theme du rire, tres important aux yeux de notre president

  • Jean-Cailoux Roche le 03.11.2016 08:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dite moi quoi ?

    Qu'avons nous à envier à une Europe qui commence petit à petit à s'éfondrer et a se dissoudre elle même ?