Bangladesh

18 février 2019 12:00; Act: 18.02.2019 12:26 Print

Meurtre d'un blogueur athée: six inculpations

La police bangladaise a inculpé six individus pour le meurtre d'Avijit Royen, en 2015. Deux d'entre eux sont en cavale.

storybild

Un cortège lors de manifestations en guise de protestation contre l'assassinat de plusieurs blogueurs et écrivains à Dhaka, au Bangladesh, en novembre 2015.

Une faute?

Six personnes ont été inculpées au Bangladesh pour le meurtre à la machette d'un blogueur athée en 2015, a annoncé lundi la police. Une série d'attaques a frappé les défenseurs de la laïcité et des minorités dans le pays.

Avijit Roy, un ressortissant américain d'origine bangladaise, avait été tué à l'arme blanche dans une rue fréquentée de la capitale Dacca en février 2015. Sa femme avait été grièvement blessée dans l'attaque, attribuée au groupe extrémiste Ansar al Islam. Sur douze personnes soupçonnées par les enquêteurs d'être liées à ce meurtre, onze y avaient pris part physiquement.

«Six personnes ont été inculpées pour le meurtre d'Avijit Roy. Des six, deux sont en cavale», dont le commanditaire présumé, un commandant limogé de l'armée, a déclaré à l'AFP Masudur Rahman, porte-parole de la police de Dacca. L'un des suspects avait péri au cours d'une opération policière qui avait suivi le meurtre. Les cinq restants n'ont pas été identifiés.

Religion pourfendue

Avijit Roy était connu au Bangladesh pour son blog «Mukto-Mona» («L'esprit libre») dans lequel il pourfendait toute forme de religion organisée. L'un de ses livres, «Le Virus de la foi», était devenu un best-seller controversé au Bangladesh, pays officiellement laïc à 90% musulman.

Ansar al Islam est accusé d'être derrière une vague de meurtres de blogueurs athées et laïcs et de défenseurs des homosexuels à partir de 2013 au Bangladesh, qui avait poussé nombre d'activistes à fuir ce pays d'Asie du Sud.

L'attentat contre un café de Dacca en 2016, qui a fait 22 morts dont 18 étrangers, a cependant déclenché une brutale répression des autorités contre les groupes radicaux. Les forces de sécurité ont depuis abattu une centaine d'extrémistes et arrêté des centaines d'autres.

(nxp/ats)