Etats-Unis

25 janvier 2017 20:09; Act: 26.01.2017 07:56 Print

Mexico condamne le projet de mur de Donald Trump

Le président mexicain a promis de défendre ses compatriotes. L'opposition dénonce son prochain voyage à Washington.

Voir le diaporama en grand »
Donald Trump sur le point d'entrer dans la Maison Blanche, ce vendredi 20 janvier 2017. Donald Trump était sur le point d'entrer dans la Maison Blanche, ce vendredi 20 janvier 2017. Capture d'écran Youtube CNN Le nouveau président américain Donald Trump, son épouse Melania et leur fils Barron sont brièvement sortis de la limousine présidentielle pour saluer la foule le long de la parade sur Pennsylvania Avenue, entre le Capitole et la Maison Blanche, vendredi à Washington. (Vendredi 20 janvier 2017) Massivement entouré des services secrets, le nouveau président américan, Donald Trump, effectue son défilé d'investiture. (Vendredi 20 janvier 2017) Les protestations contre l'investiture de Donald Trump ont continué après la cérémonie. (Vendredi 20 janvier 2017) Les protestations contre l'investiture de Donald Trump ont continué après la cérémonie. (Vendredi 20 janvier 2017) Plus de 90 personnes qui manifestaient à Washington, théâtre de heurts en marge de l'investiture du nouveau président américain Donald Trump, ont été arrêtées, a annoncé vendredi la police de la capitale fédérale. (Vendredi 20 janvier 2017) Plusieurs site internet ont comparé l'affluence de la foule lors de la cérémonie d'investiture du président Barack Obama (à droite dans l'image) à celle que Washington a connu ce vendredi 20 janvier 2016. Alors que Barack Obama s'apprête à partir en vacances, le nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump, signe les papiers officialisant sa nouvelle position. (Vendredi 20 janvier 2017) A l'Andrew Air Force Base, c'est avec humour que Barack Obama a fait ses adieux à son staff. Par la même occasion, il a donné son premier discours en tant qu'ancien président des Etats-Unis. (Vendredi 20 janvier 2017) Barack et Michelle Obama ont quitté Washington à bord d'un hélicoptère présidentiel pour la dernière fois. (Vendredi 20 janvier 2017) Michelle Obama salue la nouvelle première dame américaine, Melania Trump. (Vendredi 20 janvier 2017) Une dernière photo de l'ancien et du nouveau couple présidentiel devant le Capitole. (Vendredi 20 janvier 2017) Une dernière photo de l'ancien et du nouveau couple présidentiel devant le Capitole. (Vendredi 20 janvier 2017) Hillary Clinton et son mari seront présents lors du repas d'investiture du nouveau président américain. (Vendredi 20 janvier 2017) La chanteuse de 16 ans, Jackie Evancho, a été la toute première artiste à se produire sur scène dans le cadre des célébrations liées à l'investiture de Donald Trump. (Vendredi 20 janvier 2017) Le républicain Donald Trump est devenu le 45e président des Etats-Unis après avoir prêté serment sur la bible vendredi devant le Capitole à Washington. (Vendredi 20 janvier 2017) L'heure H approche. La foule se presse devant le Capitole à Washington avant la prestation de sermon de Donald Trump. (Vendredi 20 janvier 2017) La police sécurise Pennsylvania Avenue à Washington. (Vendredi 20 janvier 2017) Les préparatifs de la scène qui accueillera la prestation de sermon, devant le fronton ouest du Capitole à Washington (Vendredi 20 janvier 2017) Donald Trump, accompagné de son épouse Melania, ont été reçus par Barack et Michelle Obama sur le péron de la Maison Blanche,deux heures environ avant la prestation de serment (Vendredi 20 janvier 2017) Des membres du Mormon Tabernacle Choir attendent la prestation de serment de Donald Trump qui sera investi 45e président des Etats-Unis La foule commence à se rassembler pour assister à la prestation de serment de Donald Trump à Washington.(Vendredi 20 janvier 2017) Des manifestants anti-Trump. L'une des premières démonstrations réunira des partisans de la légalisation de la marijuana. Elle vise à dénoncer la désignation comme ministre de la justice du sénateur Jeff Sessions, opposé à cette disposition. Les organisateurs ont prévu la distribution de quelque 4200 joints que les participants seront invités à consommer sur place. Un hélicoptère de la police fait sa ronde. Environ 28'000 agents du département de la Sécurité intérieure, de l'Agence des services secrets ont été déployés pour assurer la sécurité, ainsi que 3000 policiers et 5000 soldats de la Garde nationale. Le président élu et son épouse Melania sont arrivés à l'église épiscopalienne St John, située près de la Maison-Blanche. Il s'agit du premier acte de sa journée d'investiture. (Vendredi 20 janvier 2017) Une banderole proclamant «Construisons des ponts, pas des murs» a été déployée sur le célèbre Tower Bridge à Londres. (Vendredi 20 janvier 2017) Donald Trump voulait un défilé militaire pour son investiture mais il devrait se contenter d'une parade aérienne, qui comprendra entre autres des hélicoptères V-22 Ospreys. (Vendredi 20 janvier 2017) Le vice-président Mike Pence et son épouse Karen accueillent Donald et Melania Trump lors d'une réception VIP organisée jeudi soir à Washington. (Jeudi 19 janvier 2017) Donald et Melania Trump lors d'une réception VIP organisée jeudi soir à Washington. (Jeudi 19 janvier 2017) Donald Trump et son manager de campagne Kellyanne Conway lors d'une réception VIP organisée en son honneur avec de nombreux donateurs à Washington. (Jeudi 19 janvier 2017) Le Président prend la parole lors d'une réception VIP organisée en son honneur avec de nombreux donateurs à Washington. (Jeudi 19 janvier 2017) A New York, la chanteuse Cher et Michael Moore expriment leur opposition au président Trump lors d'un meeting public. (Jeudi 19 janvier 2017) Les partisans de Donald Trump ont multiplié les fêtes et les célébrations jeudi soir à Washington, à la veille de l'investiture. Mais des affrontements opposant pro et anti-Trump ont terni la fête. (Jeudi 19 janvier 2017) La foule était présente lors du concert organisé jeudi soir au Lincoln Memorial. (Jeudi 19 janvier 2017) Donald Trump accompagné de sa femme Melania, a assisté à une partie du concert donné en son honneur au Lincoln Memorial, à qui il a adressé un bref salut militaire en arrivant. (Jeudi 19 janvier 2017) Donald Trump accompagné de sa femme Melania, a assisté à une partie du concert donné en son honneur au Lincoln Memorial, à qui il a adressé un bref salut militaire en arrivant. (Jeudi 19 janvier 2017) Donald Trump accompagné de sa femme Melania, a assisté à une partie du concert donné en son honneur au Lincoln Memorial. (Jeudi 19 janvier 2017) Le président élu Donald Trump s'adresse à la foule devant le Lincoln Memorial de Washington lors d'un discours de 5 minutes. (Jeudi 19 janvier 2017) Donald Trump s'adresse à la foule lors du concert donné en son honneur au Lincoln Memorial. (Jeudi 19 janvier 2017) Donald Trump accompagné de sa femme Melania, à son arrivée pour assiter à un concert donné en son honneur au Lincoln Memorial (Jeudi 19 janvier 2017) Donald Trump accompagné de sa femme Melania, à son arrivée pour assister à un concert donné en son honneur au Lincoln Memorial (Jeudi 19 janvier 2017) Toute la famille Trump réunie devant le Lincoln Memorial jeudi soir. (Jeudi 19 janvier 2017) Toute la famille Trump réunie devant le Lincoln Memorial jeudi soir. (Jeudi 19 janvier 2017) Ivanka Trump et son époux Jared Kuchner ont assisté au concert donné au Lincoln Memorial (Jeudi 19 janvier 2017) Ivanka Trump et son petit Theodore James Kushner, arrivent à Washington. (Jeudi 19 janvier 2017) Donald Trump a déposé une gerbe sur la tombe du soldat inconnu au cimetière d'Arlington, en compagnie de son vice-président Mike Pence. (Jeudi 19 janvier 2017) Le président élu des Etats-Unis est arrivé à Washington avec sa famille, la veille de son investiture. (Jeudi 19 janvier 2017) Une équipe de désamorçage d'explosifs examine un véhicule à Washington. (Jeudi 19 kanvier 2016) Les partisans de Donald Trump investissent les rues de Washington dans une ambiance festive. (Jeudi 18 janvier 2017) Le Capitole et ses environs sont apprêtés pour l'investiture du nouveau président des Etats-Unis. (Jeudi 19 janvier 2017) La chanteuse Jackie Evancho répète son interprétation de l'hymne national devant le Capitole. (Jeudi 19 janvier 2017) La capitale des Etats-Unis est prête à accueillir son nouveau président. (Lundi 19 janvier 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

Enrique Peña Nieto a condamné mercredi le projet de son homologue américain Donald Trump de construire un mur à la frontière entre les deux pays, et s'est engagé à défendre les migrants mexicains aux Etats-Unis alors que Donald Trump a signé mercredi un décret lançant le projet de construction de ce mur, pour endiguer l'immigration illégale vers les Etats-Unis.

«Je regrette et condamne la décision des Etats-Unis de continuer la construction du mur qui depuis des années, au lieu de nous unir, nous divise» a affirmé le président mexicain dans un bref message vidéo diffusé sur son compte Twitter.


Plusieurs personnalités de l'opposition mexicaine l'ont exhorté mercredi à annuler également sa rencontre avec Donald Trump. «L'annonce de la construction du mur de @realDonaldTrump avant la visite d'@EPN (Pena Nieto) est un affront au Mexique» a écrit sur Twitter Margarita Zavala, potentielle candidate du parti conservateur (PAN) à l'élection présidentielle de 2018. «La visite doit être remise en cause», a-t-elle ajouté, agrémentant son message d'un hashtag en espagnol: «Non au mur».

Donald Trump a signé mercredi un décret lançant le projet de construction d'un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Il s'agit de la promesse la plus emblématique de sa campagne.

Cette décision intervient au moment où les ministres mexicains des Affaires étrangères et de l'Economie se trouvent à Washington pour préparer une rencontre entre le président américain et son homologue mexicain prévue pour le 31 janvier, cinq mois après une visite de M. Trump au Mexique, critiquée à l'époque par l'opposition. Le porte-parole de Pena Nieto, Eduardo Sanchez, n'a pour l'heure pas voulu réagir à l'annonce de Donald Trump.

«Acte hostile»

Armando Rios Piter, sénateur du Parti de la révolution démocratique (PRD, gauche), troisième parti politique plus important du pays, a appelé le chef de l'Etat mexicain à annuler son voyage aux Etats-Unis, qualifiant le lancement du projet de mur d'«acte hostile».

Pour le sénateur Miguel Barbosa, un des dirigeants du PRD, le mur et l'«attaque» contre les «villes-sanctuaires» aux Etats-Unis - qui entendent protéger les immigrants clandestins - sont des «actes d'agression envers le Mexique, envers l'Amérique latine, contre le monde, contre la liberté».

Donald Trump a aussi annoncé dimanche vouloir renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), entré en vigueur en 1994, avec le Mexique et le Canada.
Le ministre mexicain de l'Economie Ildefonso Guajardo a averti mardi que son pays pourrait se retirer du traité de libre-échange si les négociations portaient atteinte aux intérêts du Mexique.

Le sénateur du PAN Roberto Gil a de son côté considéré que les visites de délégations mexicaines à Washington «n'avaient de sens que pour signifier (aux Américains) qu'il n'y aura pas de rencontre» entre Enrique Pena Nieto et Donald Trump la semaine prochaine.

Quant à l'ancien président mexicain Vicente Fox, il s'en est pris avec virulence au porte-parole de la Maison Blanche : «Sean Spicer, je l'ai dit à @realDonaldTrump et je vous le dis maintenant : le Mexique ne paiera pas pour ce putain de mur. #Putaindemur», a-t-il grondé sur Twitter.

- Inquiétude à la frontière -

Au poste frontière entre Tijuana (nord-est) et San Diego en Californie, des Mexicains ne cachaient pas leur inquiétude. «Beaucoup de gardes (frontières) sont très despotiques et arrogants, et Trump leur donne carte blanche pour l'être davantage encore», regrettait Julian Tamayo, 49 ans, tandis qu'il patientait dans son véhicule avec sa femme et sa fille au milieu d'une longue file d'attente pour se rendre aux Etats-Unis, où il travaille.

Pour Hector Renteria, un étudiant en architecture de 29 ans, les migrants «trouveront d'autres façons de traverser» illégalement. Mais il craignait que le mur «n'affecte le trafic et que les contrôles soient encore plus stricts», a-t-il dit à l'AFP.

Enrique Peña Nieto a promis lundi qu'il n'y aurait «ni confrontation ni soumission» dans les négociations avec l'administration Trump, qui vont porter sur le commerce et l'immigration notamment.

(afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • rafael le 25.01.2017 23:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trumpiste

    Les gens n'étaient plus habitué aux presidents qui accomplissent leurs paroles.

  • Lucs le 25.01.2017 23:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas possible

    Je comprend pas .... un politicien qui fait ce qu'il dit ??

  • Jo le 26.01.2017 00:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Euh

    Mais je ne comprends pas, c mur existe depuis toujours, sauf qu'il est en bardage et tout troue... cette polémique pour quelque chose que a toujours existé...

Les derniers commentaires

  • Doris le 26.01.2017 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    Offre vs Demande

    Si les administrations précédents USA avaient mieux fait leur travail en régulant d'avantage l'afflux d'immigrants illégaux sans papiers, l'opinion publique américain n'aurait jamais eu une telle hostilité sur un sujet légitime. Les USA sont plombés par la crise et le chômage et l'électeur américain n'en peut plus de voir des emplois filer et les salaires se faire brader au profit de leurs frontaliers mexicains. Trump ne fait que de répondre à une très forte demande du peuple.....Pareil nous guète ici, si l'Etat ne régule pas d'avantage les arrivées de frontaliers ou de candidats à l'emploi UE

    • Elodie le 26.01.2017 13:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Doris

      Plombé par le chômage ????? Savez-vous au mois quel est le taux de chômage actuel aux États-Unis ? Et savez-vous quels postes de travail sont occupés par les clandestins et quels sont leurs salaires ? Savez-vous combien de chômeurs américains accepteraient les jobs et les salaires des clandestins ? Ben non, vous ne savez pas, sinon vous n'auriez pas posté un commentaire aussi stupide que les promesses de Trump.

  • Speedy Gonzalez le 26.01.2017 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    5 jours

    au pouvoir et les dégâts sont monstrueux. Un mur frontière, suppression des données concernant le climat, fermeture d' agences scientifiques, ré-ouvertures des projets d' oléoducs , liste des medias autorises ou pas.. La fracture en Amérique et dans le monde se creuse, on sait comment cela a toujours fini.

  • Jean Aymard le 26.01.2017 11:00 Report dénoncer ce commentaire

    Tout le monde

    a applaudit la chute du mur de Berlin et on se réjouirai de la construction d' un nouveau mur?

    • Bobby le 26.01.2017 15:59 Report dénoncer ce commentaire

      Faux

      Le mur de Berlin divisait un (1) pays en deux ... Le mur entre les USA et le Mexique divise deux (2) pays et protege les USA .

  • Maria Fernandez le 26.01.2017 10:59 Report dénoncer ce commentaire

    Batir

    des murs n' a jamais résolu les problèmes.

    • Micheline le 26.01.2017 11:36 Report dénoncer ce commentaire

      pas vrai

      au contraire, le "mur" facebook a rapporté des milliards à son créateur .-)))

  • mnsm le 26.01.2017 10:44 Report dénoncer ce commentaire

    soit un doué ou un cancre

    attendons au moins 6 mois pour voir clair...soit il est doué, soit il improvise. je penche pour des crises en cascades (économique, militaire, diplomatique et politique au sein des républicains). préparons nous au pire en souhaitant le meilleur