Etats-Unis

27 février 2019 08:05; Act: 27.02.2019 16:50 Print

Ingérence russe: les «vérités» de Cohen sur Trump

L'audition de l'ex-avocat de Donald Trump, ce mercredi, devrait tourner au grand déballage sur les affaires privées du président américain et ses liens avec la Russie.

Voir le diaporama en grand »
L'audition prévue mercredi devant le Congrès américain du procureur spécial Robert Mueller, pour évoquer son enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle de 2016, a été reportée. (Vendredi 12 juillet 2019) Robert Mueller va témoigner en public devant le Congrès le 17 juillet. (Mercredi 26 juin 2019) S'exprimant pour la 1ère fois depuis la remise du rapport, le procureur Robert Mueller a affirmé mercredi que l'inculpation du président en exercice n'était «pas une option» légale. (Mercredi 29 mai 2019) «Je ne pratique pas la dissimulation», a martelé Donald Trump en réponse aux démocrates qui l'accusent d'avoir étouffé les conclusions du rapport Mueller. (Mercredi 22 mai 2019) Les démocrates ont convoqué Hope Hicks, une ex-proche conseillère de Donald Trump, pour témoigner au Congrès. (Mardi 21 mai 2019) Le fils aîné de Donald Trump a finalement accepté d'être entendu par une commission du Sénat américain en juin dans le cadre de l'enquête russe. (Mardi 14 mai 2019) Bill Barr, le ministre de la Justice, a «menti au congrès», ce qui est «un délit», a asséné la présidente démocrate de la chambre des représentants, Nancy Pelosi. (Vendredi 3 mai 2019) Le ministre américain de la Justice a défendu au Sénat sa gestion du rapport de Robert Mueller sur l'ingérence russe. (Jeudi 2 mai 2019) Le procureur spécial américain Robert Mueller, chargé d'enquêter sur les ingérences russes, n'a pas apprécié la présentation de son travail par le ministre de la justice Bill Barr et lui a fait savoir. (Mercredi 1er mai 2019) Le sénatrice démocrate Elizabeth Warren a appelé à la destitution de Donald Trump après la publication du rapport Mueller. (Vendredi 19 avril 2019) Donald Trump a violemment attaqué certains témoignages figurant dans le rapport Mueller vendredi, les qualifiant de «conneries absolues». (Vendredi 19 avril 2019) Un puissant démocrate du Congrès américain, Jerry Nadler, a affirmé jeudi que le rapport du procureur Robert Mueller démontrait que le président américain Donald Trump avait fait obstruction à l'enquête russe. (Jeudi 18 avril 2019) Un ex-conseiller de Barack Obama à la Maison Blanche a été inculpé pour ses activités de lobbying en faveur de l'Ukraine, dans le sillage de l'enquête russe. (Jeudi 11 avril 2019) L'équipe Trump souhaite se pencher sur la genèse de l'enquête russe pour vérifier si le FBI n'a pas «espionné» illégalement la campagne du républicain. (Mercredi 10 avril 2019) Peut-être l'épilogue d'une longue histoire: le ministre américain de la Justice Bill Barr (au centre) compte rendre public «d'ici une semaine» le rapport du procureur spécial Robert Mueller (à droite) sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump. (Mardi 9 avril 2019) Le président américain Donald Trump a affirmé mercredi voir dans l'enquête sur les liens entre sa campagne électorale et la Russie une «haute trahison». (27 mars 2019) Le président américain, qui s'estime complètement blanchi par le procureur spécial, a promis de prendre sa revanche contre ceux qui l'ont accusé. (Lundi 25 mars 2019) Donald Trump s'est dit «totalement disculpé» après la publication du rapport du procureur spécial Robert Mueller. (Dimanche 24 mars 2019) Le procureur spécial Robert Mueller a rendu son rapport après deux ans d'enquête. Il a conclu qu'aucun élément prouve une entente ou une coordination entre l'équipe de campagne de Donald Trump et Moscou lors de la présidentielle de 2016. (24 mars 2019) Le procureur spécial Robert Mueller a remis vendredi son rapport d'enquête sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Trump et le ministre de la Justice pourrait dès ce week-end en révéler la substance. (22 mars 2019) L'oligarque russe Oleg Deripaska a déposé plainte vendredi contre le Trésor américain. Il l'accuse d'avoir imposé des sanctions illégales contre lui et de le prendre pour cible dans l'enquête russe. (15 mars 2019) Jeudi 7 mars 2019, l'ex-directeur de campagne de Trump Paul Manafort a été condamné a près de quatre ans de prison pour fraudes. (Photo d'archives) L'ancien avocat de Donald Trump, Michael Cohen, est retourné jeudi au Congrès américain pour une nouvelle audition, cette fois à huis clos. (Jeudi 28 février 2019) Donald Trump «est un raciste, un escroc, un tricheur», a affirmé mercredi l'ex-avocat personnel du président des Etats-Unis, Michael Cohen, de son audition devant le Congrès. (Mercredi 27 février 2019) L'ancien gardien des secrets de Trump, Michael Cohen, est attendu mardi et mercredi pour des auditions au Congrès. (25 février 2019) Le procureur spécial Robert Mueller a réclamé une peine exemplaire pour l'ancien chef de campagne de Donald Trump, Paul Manafort (photo), qui risque jusqu'à 24 ans de prison. (Dimanche 24 février 2019) Roger Stone, un fidèle de Donald Trump inculpé dans l'affaire russe, a reçu jeudi l'interdiction de communiquer. (21 février 2019) Paul Manafort risque jusqu'à 24 ans de prison. (Samedi 16 février 2019) Un juge fédéral a confirmé que Paul Manafort avait violé son accord de plaider coupable en mentant au FBI sur ses contacts avec Moscou. (Mercredi 13 février 2019) Le ministre américain de la Justice a annoncé lundi que la fin de l'enquête du procureur spécial sur l'ingérence russe était proche. (28 janvier 2019) Le FBI a ouvert en 2017 une enquête pour déterminer si le président américain Donald Trump travaillait pour la Russie, selon le . (Vendredi 11 janvier 2019) L'ex-directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, avait partagé des sondages avec un Russe soupçonné d'être lié aux services de renseignement de Moscou avant la présidentielle. (Mardi 8 janvier 2018) Selon le procureur spécial Robert Mueller, l'équipe de campagne Trump s'est vu offrir une coopération «politique» avec Moscou dès novembre 2015. (Samedi 8 décembre 2018) Donald Trump a attaqué ce vendredi matin le procureur spécial Robert Mueller, avec une série de tweets particulièrement virulents. (7 décembre 2018) Robert Mueller recommande une peine sans détention pour l'ex-conseiller de Trump Michael Flynn en récompense de son aide dans l'enquête russe. (Mardi 4 décembre 2018) Paul Manafort, ancien directeur de campagne de Donald Trump, a démenti avoir secrètement rencontré le fondateur de WikiLeaks Julian Assange. (Mardi 27 novembre 2018) Le président américain s'en est pris au procureur spécial Robert Mueller, chargé de l'enquête sur l'ingérence de la Russie. (Mardi 27 novembre 2018) L'ex-chef de campagne de Donald Trump a menti au FBI, enfreignant son accord avec la justice, selon Robert Mueller. (Lundi 26 novembre 2018) Le président américain a transmis ses réponses écrites au procureur spécial chargé de l'enquête russe. (Mardi 20 novembre 2018) Le sénateur républicain Jeff Flake (gauche) et le sénateur démocrate Chris Coons (droite) voulaient protéger l'enquête du procureur spécial Robert Mueller. Les dirigeants républicains du Sénat américain ont bloqué cette initiative. (Jeudi 15 novembre 2018) Protesters gather in front of the White House in Washington, Thursday, Nov. 8, 2018, as part of a nationwide 'Protect Mueller' campaign demanding that Acting U.S. Attorney General Matthew Whitaker recuse himself from overseeing the ongoing special counsel investigation. (AP Photo/Andrew Harnik) Les Américains ont été mis en garde contre les tentatives d'entités étrangères de perturber le scrutin de mardi, dans un communiqué de plusieurs ministres et patrons d'agences de renseignement. (5 novembre 2018) FBI a ouvert une enquête pour déterminer si des individus ont tenté de discréditer le procureur spécial Robert Mueller en payant des femmes pour qu'elles l'accusent d'agressions sexuelles. (Mardi 30 octobre 2018) Les Etats-Unis ont annoncé l'inculpation d'une Russe soupçonnée d'avoir organisé le financement d'une campagne de propagande sur les réseaux sociaux destinée notamment à peser sur les élections de mi-mandat. (Vendredi 19 octobre 2018) Malgré les tensions passées, le président américain ne compte pas limoger Rod Rosenstein, qu'il a rencontré lundi. (9 octobre 2018) Donald Trump a affirmé mercredi qu'il «préfèrerait garder» le numéro 2 du ministère de la Justice, Rod Rosenstein. (27 septembre 2018) Michael Cohen, l'ex-avocat de Donald Trump, a été interrogé plusieurs fois par l'équipe du procureur spécial dans l'affaire russe. (Jeudi 20 septembre 2018) Le procureur spécial en charge de l'enquête russe accepte que le président réponde à ses questions par écrit. (Mardi 4 septembre 2018) Donald Trump a affirmé jeudi qu'il considérait l'enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle comme illégale. (30 août 2018) Donald Trump a déclaré lundi être inquiet que toute déclaration sous serment lors d'une éventuelle audition par le procureur spécial Robert Mueller puisse être utilisée pour porter contre lui des accusations de parjure. (20 août 2018) Robert Mueller, chargé de l'enquête sur une ingérence du Kremlin dans la présidentielle américaine de 2016, a révélé comment les agents russes avaient espionné le parti démocrate et l'équipe d'Hillary Clinton. (Samedi 14 juillet 2018) Le procureur spécial chargé de l'enquête sur une ingérence du Kremlin dans la présidentielle américaine de 2016 a inculpé vendredi douze agents du renseignement russe pour avoir piraté les ordinateurs du parti démocrate pendant la campagne. (Vendredi 13 juillet 2018) Le président américain Donald Trump a assuré jeudi être «prêt» pour son face-à-face avec son homologue russe Vladimir Poutine, ironisant sur les journalistes qui s'interrogent sur son manque d'expérience et de préparation. (Jeudi 5 juillet 2018) Le chef du FBI et le numéro deux du ministère américain de la Justice ont défendu l'indépendance des enquêteurs travaillant sur le dossier explosif de l'affaire russe, cible régulière du courroux de Donald Trump. (Jeudi 28 juin 2018) Tout en affirmant n'avoir rien à se reprocher, Donald Trump a affirmé lundi sur Twitter avoir le «droit absolu» de s'accorder à lui-même la grâce présidentielle. (Lundi 4 juin 2018) Donald Trump s'est heurté à deux mauvaises nouvelles: l'enquête sur une rencontre entre son fils et des Russes pendant la campagne de 2016 progresse, alors qu'un nouveau document atteste que le président a bien payé son avocat, dans un remboursement potentiellement lié à l'affaire Stormy Daniels. (Mercredi 16 mai 2018) Accusé d'avoir été payé par un oligarque russe et des sociétés cherchant un accès à la Maison Blanche, Michael Cohen est dans la tourmente. (Mercredi 9 mai 2018) Pour se défendre dans l'affaire russe, le président américain a engagé Emmet Flood, expert en procédure de destitution. (Mercredi 2 mai 2018) Le Parti démocrate américain a porté plainte contre la Russie, de hauts responsables de l'équipe de campagne de Donald Trump et Wikileaks pour conspiration dans le but de perturber la présidentielle de 2016. (Vendredi 20 avril 2018) Le procès d'une Bélarusse jugée mardi en Thaïlande a suscité l'intérêt de la presse internationale après que cette call-girl ayant fréquenté l'élite politique russe a assuré avoir des révélations à faire sur le rôle de Moscou dans les élections américaines. (Mardi 17 avril 2018) L'équipe du président américain cherche à embaucher un ténor du barreau pour défendre Donald Trump dans l'enquête sur l'ingérence russe. Son chef, , est un avocat constitutionnaliste qui a très vite reconnu qu'il manquait d'expérience pour une enquête criminelle complexe comme celle du procureur spécial. (Mardi 27 mars 2018) Donald Trump s'en est violemment pris à l'enquête du procureur spécial Robert Mueller dans une série de tweets rageurs sur Twitter. (Dimanche 18 mars 2018) «Cette administration répond aux activités pernicieuses de la Russie», a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, annonçant des sanctions contre Moscou. (Jeudi 15 mars 2018) La commission du Renseignement à la Chambre a livré ses conclusions. Elle réfute toute collusion entre Trump et Moscou. (Lundi 12 mars 2018) L'ex-chef de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a plaidé non coupable à un second volet d'accusations du procureur spécial. (Jeudi 8 mars 2018) Sam Nunberg, un ancien conseiller politique du président américain, a rejeté une citation à comparaître devant un grand jury adressée par le procureur spécial Robert Mueller. (Lundi 5 mars 2018) Robert Mueller a annoncé de nouvelles poursuites à l'encontre de l'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, et de l'ex-associé de ce dernier, Richard Gates. (Jeudi 22 février 2018) La Maison Blanche envisage de prendre des sanctions supplémentaires contre la Russie, repoussant les accusations de mansuétude à l'égard de Moscou. (Mercredi 21 février 2018) Un avocat membre d'un cabinet chargé de redorer l'image de l'ex-président ukrainien, en coopération alors avec le futur directeur de campagne de Trump Paul Manafort, a été inculpé de faux témoignage. (Mardi 20 février 2018) Steve Bannon a été interrogé durant de longues heures par l'équipe du procureur spécial Robert Mueller, dans le cadre de l'enquête portant sur des soupçons d'ingérence russe. (Vendredi 16 février 2018) Le chef de la diplomatie américaine a mis en garde la Russie dans le cas où elle tenterait d'interférer dans les élections de 2018. (Mardi 6 février 2018) Les avocats de Donald Trump déconseillent à leur client d'accepter de répondre aux questions du procureur spécial. (Lundi 5 février 2018) Un comité de la Chambre des représentants a voté pour la publication d'un document démocrate confidentiel rejetant les accusations de Donald Trump et d'élus républicains contre le FBI. (Lundi 5 février 2018) Des élus démocrates du Congrès ont appelé Donald Trump à ne pas limoger les hauts responsables de l'enquête sur les liens entre la Russie et son équipe de campagne. (Dimanche 4 février 2018) «La note innocente totalement Trump dans l'enquête» a déclaré le président américain en s'exprimant à la troisième personne sur Twitter, après la déclassification d'un memo critiquant le FBI. (Samedi 3 février 2018) Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi avoir déclassifié une note confidentielle rédigée par un élu républicain critiquant l'attitude du FBI. (Vendredi 2 février) Selon le New York Times, le président américain a tenté de virer Robert Mueller en juin. Son conseiller juridique l'en a empêché. (Jeudi 25 janvier 2018) Le président américain s'est dit prêt à témoigner sous serment face au procureur spécial sur l'affaire russe. (Mercredi 24 janvier 2018) Steve Bannon, interrogé dans le cadre de l'enquête sur les soupçons d'ingérence de la Russie, a refusé d'emblée de répondre aux questions sur le sujet. (17 janvier 2018) Steve Bannon a été cité à comparaître devant un grand jury dans le cadre de l'affaire russe. Il témoignait déjà mardi devant la commission du renseignement de la Chambre sur cette question. (Mardi 16 janvier 2018) L'ex-chef de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a porté plainte contre le procureur spécial Robert Mueller et le ministère de la Justice pour avoir outrepassé leur mandat dans l'enquête sur l'affaire russe. (Mercredi 3 janvier 2018) Donald Trump Jr., fils aîné (Photo d'archives) du président américain est au coeur d'une enquête parlementaire sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de son père. (Mercredi 6 décembre 2017) Donald Trump nie avoir demandé à l'ex-directeur du FBI James Comey d'abandonner l'enquête sur son ex-conseiller à la sécurité nationale. Michael Flynn a plaidé coupable d'avoir menti dans l'affaire des ingérences russes. (Dimanche 3 décembre 2017) Le 30 octobre, le procureur Robert Mueller enquêtant sur une ingérence russe dans la présidentielle américaine a mis en accusation trois membres de l'équipe de campagne de Trump. Ils font l'objet de 12 chefs d'inculpation, parmi lesquels blanchiment et fausses déclarations. Appelés à témoigner devant le Congrès à partir de fin octobre, avaient publié des contenus sponsorisés ayant servi à diffuser de fausses informations et à manipuler l'opinion publique. Début juillet, le avec une avocate russe dont il espérait obtenir des informations compromettantes sur Hillary Clinton. Interrogé par la commission du renseignement du Sénat le 8 juin, affirme que le président américain lui a demandé d'abandonner un volet de l'enquête russe portant sur le général Michael Flynn, son ex-conseiller à la sécurité nationale. Fin mai, le gendre de Donald Trump Jared Kushner est à son tour mis en cause pour avoir et un banquier proche de Poutine dans le cadre de l'obtention de son habilitation de sécurité. Le 17 mai, Robert Mueller, ancien directeur du FBI, est nommé procureur spécial chargé d'enquêter sur le rôle de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016 par le numéro 2 du ministère de la Justice, Rod Rosenstein, le ministre Jeff Sessions s'étant lui-même récusé dans cette affaire. Lors d'une entrevue le 15 mai avec le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, et l'ambassadeur de Russie, Donald Trump aurait et ainsi mis en danger une source américaine, selon la presse américaine. Le 9 mai, Donald Trump limoge le directeur du FBI, James Comey, lui reprochant les ratés de l'enquête sur les courriels non sécurisés d'Hillary Clinton. Ses détracteurs dénoncent une décision politique destinée à sur les liens entre la Russie et la campagne de Trump. À son tour le ministre de la justice Jeff Sessions annonce le 2 mars qu'il se retire de toute enquête sur les interférences russes dans l'élection américaine. Il avait omis de révéler des rencontres avec l'ambassadeur russe pendant la campagne présidentielle. Pour avoir évoqué les sanctions américaines contre Moscou avec l'ambassadeur russe avant l'investiture du président Trump, puis menti au vice-président Pence sur le sujet, Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale, est contraint à la démission le 13 février 2017. Le 31 décembre 2016, Des installations des renseignements russes sur le sol américain sont fermées et des diplomates sont expulsés des Etats-Unis. «C'est la première fois qu'un candidat d'un grand parti à la présidence a activement encouragé une puissance étrangère à espionner son opposant» celui-ci est élu à la Maison Blanche le 8 novembre 2016. Le 26 juillet 2016, peu après la victoire de Hillary Clinton aux primaires démocrates, Les Russes sont rapidement soupçonnés par les services de renseignement américain d'être à l'origine du piratage. GRAND RAPIDS, MICHIGAN - MARCH 28: Donald Trump Jr. talks to the press before the arrival of his father President Donald Trump during a rally at the Van Andel Arena on March 28, 2019 in Grand Rapids, Michigan. Grand Rapids was the final city Trump visited during his 2016 campaign. Scott Olson/Getty Images/AFP

Une faute?

L'ex-avocat de Donald Trump, Michael Cohen, passe à la vitesse supérieure: il va dire sa vérité mercredi lors d'une audition très attendue devant une commission parlementaire sur les affaires privées du président américain et ses liens avec la Russie, qui auraient pu influencer son élection en 2016.

Le témoignage de Michael Cohen à la chambre des représentants

Selon des déclarations préparées à l'avance et publiées par le «New York Times» ainsi que d'autres médias américains, M. Cohen va qualifier le président de «raciste» et d'«escroc» qui connaissait à l'avance les révélations de WikiLeaks sur sa rivale Hillary Clinton. Il va aussi expliquer comment il avait eu instruction de mentir sur un projet immobilier en Russie en pleine campagne présidentielle.

Donald Trump, actuellement au Vietnam pour un deuxième sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, a tenté de discréditer son ancien avocat. «Michael Cohen a été l'un parmi de nombreux avocats qui m'ont représenté (malheureusement)», a-t-il tweeté. «Il ment afin de réduire sa peine de prison», a-t-il accusé.

Mardi, au premier de trois jours d'auditions prévus, M. Cohen a déclaré à la sortie d'une première audition marathon - à huis clos - devant la commission sénatoriale du Renseignement: «j'attends avec impatience de raconter ma version aux Américains et je les laisserai décider qui dit la vérité».

L'audition de mercredi, publique et retransmise en direct à la télévision, se déroulera devant la commission de Contrôle de la Chambre des représentants, récemment repassée sous contrôle démocrate. Selon CNN, M. Trump devrait regarder l'audition entre les séances de négociations à Hanoï.

Devant les parlementaires, Michael Cohen devrait décrire «les mensonges, le racisme et les tricheries» de Donald Trump, en tant qu'homme d'affaires ou comme président, a souligné mardi le Washington Post en citant des sources proches du dossier.

La commission, qui comprend les élues de l'aile gauche du parti démocrate Alexandria Ocasio-Cortez et Rashida Tlaib, devrait l'interroger sur les finances de l'Organisation Trump, pour laquelle il a travaillé pendant dix ans, les déclarations d'impôts du promoteur, les comptes douteux de sa fondation ou le projet de tour à Moscou en 2016, en pleine campagne présidentielle.

Sans oublier les 280'000 dollars qu'il a versés lors de la campagne à deux femmes, Stormy Daniels et Karen McDougal, pour acheter leur silence sur leurs liaisons supposées avec le milliardaire.

A 52 ans, l'ancien gardien des secrets de la famille Trump est devenu un témoin dangereux après avoir accepté de coopérer avec la justice. Il a été condamné en décembre à trois ans de prison pour fraude fiscale, parjure et infraction au code électoral. Il sera incarcéré le 6 mai.

«Criminel déshonoré»

Les partisans du président, eux, sont nerveux, et le parlementaire de Floride Matt Gaetz a adressé à M. Cohen un message qui a aussitôt fait grand bruit sur Twitter.

«Votre femme et votre beau-père sont-ils au courant pour vos maîtresses? Ce soir serait peut-être le bon moment pour cette conversation», a-t-il écrit, avant de nier devant la presse avoir voulu intimider le témoin.

Mardi, Michael Cohen s'est expliqué sur ses mensonges initiaux lors de sa première audition devant la commission sénatoriale en 2017, notamment sur ses contacts avec des responsables russes au sujet du projet immobilier à Moscou en 2016.

Mercredi, il va expliquer selon le projet de déclaration publié dans la presse: «lors de conversations que nous avons eues durant la campagne, alors même que je négociais en Russie pour lui, il me regardait dans les yeux et me disait qu'il n'y avait aucun projet en Russie puis sortait et mentait au peuple américain en répétant la même chose».

«C'est un raciste. C'est un escroc»

«A sa façon, il me disait de mentir», va-t-il dire, précisant que M. Trump mentait parce qu'il ne s'attendait pas à gagner l'élection et escomptait des centaines de millions de dollars du projet.

M. Cohen va également exprimer sa honte de sa loyauté passée envers M. Trump: «j'ai honte parce que je sais qui est M. Trump. C'est un raciste. C'est un escroc. C'est un tricheur».

A propos du racisme, M. Cohen va dire que M. Trump «est bien pire» que ce qu'il a donné à voir. «Une fois, il m'a demandé si je pouvais nommer un pays dirigé par une personne noire qui ne soit pas un pays de merde . A l'époque Barack Obama était président des Etats-Unis».

«Un jour où nous traversions un quartier difficile de Chicago, il a dit que seuls les Noirs pouvaient vivre ainsi. Et il m'a dit que les Noirs ne voteraient jamais pour lui parce qu'ils étaient trop stupides. Et pourtant j'ai continué à travailler pour lui».

A huis clos jeudi

Jeudi, Michael Cohen témoignera, à huis clos, devant la commission du Renseignement de la Chambre pour parler du sujet le plus sensible: les contacts entre l'équipe Trump et des Russes durant la campagne de 2016 et une éventuelle collusion pour battre Hillary Clinton que le président républicain et Moscou démentent fermement.

Il ne devrait en revanche pas s'exprimer sur l'enquête du procureur spécial Robert Mueller à laquelle il a collaboré, qui porte sur ces soupçons de collusion et d'entrave à la justice du président américain, et semble toucher à sa fin.

Ces auditions avaient été reportées plusieurs fois, Michael Cohen ayant affirmé avoir reçu des «menaces» contre sa famille.

(nxp/afp)