Etats-Unis

29 janvier 2019 05:01; Act: 29.01.2019 07:01 Print

Michael Jackson: un «lynchage public»

La famille du chanteur s'indigne d'un documentaire qui relance les accusations d'agressions sexuelles contre Michael Jackson.

storybild

Le documentaire a été projeté au festival de Sundance. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Un nouveau documentaire relançant les accusations d'agressions sexuelles contre Michael Jackson a été diffusé vendredi lors du festival du film de Sundance. La famille du chanteur a qualifié de «lynchage public» les réactions scandalisées ayant suivi.

La famille avait déjà jugé début janvier «scandaleux et pathétique» ce nouveau film signé Dan Reed et intitulé «Leaving Neverland», du nom du ranch de l'artiste en Californie. Mais sa diffusion vendredi - en présence notamment de la fondatrice du mouvement #MeToo Tarana Burke, selon Vanity Fair - a déclenché une tempête sur les réseaux sociaux.

Beaucoup d'internautes se sont montrés scandalisés, disant ne plus croire en l'innocence du «roi de la pop». L'homme avait été acquitté en 2005 pour des abus sur un mineur. Il est décédé en juin 2009 d'une surdose médicamenteuse.

Tendre l'autre joue

«Michael tendait toujours l'autre joue, et nous avons toujours tendu l'autre joue quand des gens s'en sont pris à notre famille - c'est comme ça qu'on fait chez les Jackson», a indiqué la famille du chanteur dans sa déclaration lundi.

«Mais nous ne pouvons pas assister en silence à ce lynchage public, où des vautours sur Twitter et d'autres qui ne connaissaient pas Michael s'en prennent à lui». «Michael n'est pas là pour se défendre, sinon ces accusations ne seraient pas sorties», a-t-elle indiqué.

Dans ce documentaire de quatre heures, qui doit être diffusé sur HBO au printemps 2019, deux hommes - Wade Robson et James Safechuck - accusent avec force détails Michael Jackson d'avoir abusé d'eux quand ils avaient respectivement sept et dix ans. Ils sont aujourd'hui âgés de 36 et 40 ans.

Plusieurs accusations

Il y a des années, ils avaient témoigné en faveur de Michael Jackson. Mais après sa mort, ils avaient assigné en justice ses héritiers, des plaintes déboutées en raison de délais de prescription dépassés.

Interrogé début janvier sur les témoignages à charge des deux hommes, Dan Reed - connu notamment pour son documentaire sur l'attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo en janvier 2015 en France - avait dit n'avoir «aucun doute sur leur crédibilité» «S'il y a bien une chose que nous avons apprise, c'est que les abus sexuels sont complexes et qu'on doit entendre la voix des victimes», avait-il expliqué.

Michael Jackson a été à plusieurs reprises accusé d'avoir commis des actes pédophiles. Avant le procès de 2005, un adolescent de 13 ans avait porté plainte en 1993 contre lui pour attouchements. L'affaire s'était réglée à l'amiable contre 15 millions de dollars.

(nxp/ats)