Etats-Unis

10 octobre 2018 20:11; Act: 11.10.2018 11:20 Print

L'ouragan dévastateur Michael frappe la Floride

Le puissant ouragan «Michael» a touché les côtes américaines mercredi avec des vents à 250 km/h. Une personne est décédée.

Sur ce sujet
Une faute?

Avec des vents d'une violence inouïe, provoquant d'importantes destructions, l'ouragan Michael, qui a frappé de plein fouet le nord-ouest de la Floride faisant au moins une victime, poursuivait mercredi soir sa course dévastatrice en Géorgie voisine. Un homme a été tué par l'effondrement d'un arbre sur sa maison de Greensboro, a annoncé la porte-parole du bureau du shérif du comté de Gadsden. Il s'agit de la première et unique victime de l'ouragan Michael rapportée pour l'heure.

Si l'ouragan a baissé en intensité, rétrogradé en catégorie 1 --sur une échelle de 5-- à 20h00 mercredi soir (02h00 en Suisse), il charriait toujours des vents très forts, à 150km/h, en passant sur le sud-ouest de la Géorgie selon le dernier bulletin du Centre national des ouragans (NHC).

À Panama City, sur le littoral de Floride, un mur d'eau et des vents puissants se sont déchaînés sur cette station balnéaire pendant presque trois heures, dispersant des débris partout, selon un reporter de l'AFP.

Quand l'ouragan s'est fracassé sur cet État avec des pointes à 250 km/h, vers 19h30 heure suisse mercredi, cette ville de quelque 35'000 habitants a été l'un des premiers endroits touchés par ces vents les plus rapides à s'abattre sur les États-Unis continentaux depuis l'ouragan Andrew en 1992. Des pans de bâtiments en brique se sont effondrés et des arbres ont été arrachés. Normalement plantés le long des routes, ils jonchaient désormais le sol, bloquant les rues et arrachant les lignes électriques, a observé un journaliste de l'AFP.

«On a bien entendu le bruit effrayant des vents, comme un gros monstre à la télévision», a témoigné Loren Beltran, depuis cette ville balnéaire où elle avait trouvé refuge dans la maison de son compagnon. La demeure a été ravagée par l'ouragan qui a touché terre près de cette à 19h30, heure suisse, avec des vents soufflant à 250 km/h. L'hôtel des envoyés spéciaux de l'AFP a été légèrement endommagé par les rafales de vent.

«Ouragan monstrueux»

Des images postées sur les réseaux sociaux montraient une partie de Mexico Beach, à une trentaine de kilomètres, sous plusieurs mètres d'eau avec des maisons immergées jusqu'au toit, parfois partiellement arraché. Des photos des habitants de villes environnantes montraient des bâtiments éventrés ou réduits à un tas de planches entremêlées, tel un jeu de mikado.

«La nation entière et le monde ont vu cet ouragan monstrueux dévaster notre côte du golfe et Panhandle», a déclaré le gouverneur de la Floride, Rick Scott, au cours d'une conférence de presse en fin d'après-midi. «Je me rendrai très très rapidement en Floride», a déclaré Donald Trump lors d'un meeting en Pennsylvanie mercredi soir. «Je leur souhaite le meilleur», a indiqué le président américain.

Le Centre national des ouragans (NHC) a précisé que des vents «dévastateurs» dans certaines parties de la Floride et de la Géorgie étaient toujours en cours. Et le National Hurricane Center de signaler des inondations provoquées par le cyclone sur le littoral.

Milliers de foyers sans courant

Selon les services d'urgence de Floride, à 22h45, heure suisse, quelque 192'000 foyers n'avaient plus de courant. Les météorologues avaient prévenu du caractère «potentiellement catastrophique» de Michael, avec de dangereuses inondations, notamment côtières (jusqu'à 4,30 mètres au-dessus du niveau de marée haute), et de fortes précipitations (jusqu'à 300 mm).

Des dizaines de refuges ont été ouverts pour accueillir les milliers d'habitants ayant fui avant l'arrivée de l'ouragan, attendant parfois simplement allongés sur le sol. Tallahassee, capitale de la Floride dont l'aéroport a été fermé mercredi, s'est transformée en ville fantôme.

La situation est «apocalyptique et étrange», avec la plupart des magasins fermés, racontait Caitlin Staniec, 28 ans. Le gouverneur Rick Scott s'était dit mercredi matin très «inquiet» pour les personnes ayant décidé de ne pas évacuer.

Quelque 375'000 personnes, dans plus de vingt comtés de Floride, avaient reçu l'ordre ou avaient été incitées à évacuer, selon les médias. Mais certains ont néanmoins décidé de braver la tempête.

Les autorités avaient insisté toute la matinée qu'il était désormais trop tard pour s'éloigner des côtes. Le gouverneur conseillant aux récalcitrants de ne pas sortir: «Ne vous retrouvez pas au milieu de tout cela. Vous n'y survivrez pas. C'est meurtrier».

Jamais dans l'histoire météorologique enregistrée un ouragan n'avait frappé les États-Unis continentaux au mois d'octobre à une telle vitesse, explique à l'AFP Philip Klotzbach, météorologue spécialiste des ouragans à la Colorado State University. Le mois d'octobre correspond à la fin de la saison des ouragans, qui dure de juin à novembre.

Michael se déplaçait rapidement, à 28km/h vers le nord-est. Les météorologues prévoient une arrivée dans le centre de la Géorgie jeudi matin, avant qu'il ne s'éloigne en direction de l'Atlantique vendredi matin. Donald Trump avait approuvé mardi l'état d'urgence dans 35 comtés de Floride, permettant le déblocage de moyens matériels supplémentaires.

Les responsables des États voisins d'Alabama et de Géorgie ont aussi déclaré l'état de catastrophe. La Caroline du Nord, touchée mi-septembre par l'ouragan Florence qui a tué une quarantaine de personnes et causé des milliards de dollars de dégâts, a également été placée en alerte. La Floride avait été déjà durement touchée par l'ouragan Irma il y a un an.

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • Marcus Prodi le 10.10.2018 21:03 Report dénoncer ce commentaire

    Et pendant ce temps en Suisse ...

    Et pendant ce temps en Suisse le calme plat, chaud et pas une goutte de pluie sérieuse depuis mai, la catastrophe en suisse est pour le moment invisible sauf l'herbe jaune trahit l'état de notre pays.

  • Justice le 10.10.2018 20:47 Report dénoncer ce commentaire

    Fake news

    Sûrement encore des fake news de la part des USA. Tout le monde sait bien que le réchauffement climatique et ses conséquences n'existent pas....parole de Président !!!

  • Theskytrotter le 10.10.2018 20:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien vu...

    Non Monsieur Trump le réchauffement climatique n existe pas vous avez raison plus d ouragans, des inondations, des crues inattendues etc...tout va bien la vie est belle ce ne sont que quelques ondées sans importance par contre il est vrai que cela diminue le chômage car il faut reconstruire après !!!

Les derniers commentaires

  • Francis le 11.10.2018 14:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Global Warming and China ?

    Ça va faire bcp douragan pour un pays et président qui pense que le réchauffement climatique a été inventé par les chinois ! Il y aura bientôt plus de terrain de golf pour Mr Trump...

  • Philippulus le Prophète le 11.10.2018 13:13 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le châtiment, faites pénitence !

    La fin des temps est venue. Je suis Philippulus le Prophète et je vous annonce que des jours de terreur vont venir. La fin du monde est proche. Tout le monde va périr. Et les survivants mourront de faim et de froid ! Et ils auront la peste, la rougeole et le choléra !

  • A. Ba le 11.10.2018 13:12 Report dénoncer ce commentaire

    Jesus revient

    C'est la volonté de Dieu

  • Patrick le 11.10.2018 12:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oh là... on se réveille

    Arrêtez de vous plaindre et apprenez du passé. Tant que les States ne sauront pas construire une maison, ce sera la catastrophe. Le pire, cest quà chaque fois ça recommence et on reconstruit... de la même manière. RE-VEI-LLEZ-VOUS. Cest pas le climat le problème, mais lhumain! Mais ça fait vendre, les catastrophes.

  • Achille Talon le 11.10.2018 12:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fève pas ce que je fait ...

    Le climat c'est comme la soupe aux haricots, quand on en abuse ça fait des gaz et faut que ça sorte!