Etats-Unis

22 juillet 2019 01:02; Act: 22.07.2019 08:56 Print

Migrations: «Progrès significatifs» du Mexique

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a reconnu dimanche «les progrès significatifs» du Mexique dans la lutte contre l'immigration illégale.

storybild

Mike Pompeo et Marcelo Ebrard au Mexique dimanche 22 juillet 2019. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Mike Pompeo a rencontré dimanche au Mexique son homologue Marcelo Ebrard dans le cadre d'une tournée latino-américaine qui l'a conduit notamment en Argentine, en Equateur et au Salvador.

Mike Pompeo «a reconnu les progrès significatifs des opérations mexicaines, conformément à l'accord conclu le 7 juin à Washington entre les deux pays», selon le ministère mexicain des Affaires étrangères.

Le ministère des affaires étrangères américain a ensuite ajouté via un communiqué que Mike Pompeo avait «remercié» M. Ebrard pour «les efforts supplémentaires» en matière de lutte contre l'immigration dont «les premières indications» montrent qu'ils «réduisent l'afflux de migrants illégaux à la frontière» entre le Mexique et les Etats-Unis.

En menaçant son voisin de sanctions douanières, le président américain Donald Trump a obtenu récemment que le Mexique renforce ses contrôles à la frontière, ce qui a permis de réduire les arrivées de 28% en juin. Il a également obtenu que les demandeurs d'asile attendent au Mexique que leur dossier soit traité par les tribunaux américains.

Conditions de vie déplorables

Malgré cette baisse, les postes des garde-frontières et les centres de rétention sont totalement engorgés et les conditions de vie déplorables en leur sein font l'objet de nombreuses critiques.

Tout comme l'Union européenne permet de renvoyer les demandeurs d'asile dans le pays membre par lequel ils sont entrés dans l'UE, les lois américaines prévoient la possibilité de refuser les demandes d'asile des migrants ayant transité par un pays tiers considéré comme «sûr». Mais elles renvoient la définition des pays «sûrs» à la conclusion d'accords bilatéraux.

Le gouvernement américain presse le Mexique et d'autres pays de signer des accords en ce sens, mais se heurte à de fortes réticences.

(nxp/afp)