Sommet G8-G20

26 juin 2010 09:37; Act: 26.06.2010 09:51 Print

Milliards pour la santé maternelle et infantile

Les dirigeants du G8 ont fait preuve de «compréhension mutuelle» lors de leurs premières discussions sur l'économie mondiale vendredi à Huntsville, au Canada.

storybild

7,3 milliards de francs seront investi en faveur de la santé maternelle et infantile dans les pays en développement. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Barack Obama a d'emblée mis la pression sur les Européens afin d'encourager la reprise économique.

«La discussion s'est faite sans controverse, il y a eu beaucoup de compréhension mutuelle», a déclaré à la presse Mme Merkel, à l'issue de la première séance de travail des huit pays les plus industrialisés (Etats-Unis, Russie, Japon, Grande-Bretagne, Canada, France, Italie et Allemagne).

Les Européens, Allemagne en tête, qui ont décidé des plans d'austérité destinés à réduire leur déficit public, sont sous la pression des Etats-Unis qui redoutent que ces mesures étouffent la reprise économique naissante.

Croissance «durable»

Mais, a affirmé la chancelière, «les Etats-Unis n'ont pas essayé de souligner les différences», lors des travaux. «Nous avons tous souligné que nous nous sentions responsables pour une croissance durable».

«J'ai été claire sur le fait que nous avons besoin d'une croissance durable et que croissance et mesures intelligentes d'austérité ne sont pas nécessairement contradictoires», a-t-elle insisté.

Le président américain Barack Obama a appelé ses collègues du G8 mais aussi du G20, qui rassemble pays riches et émergents, à agir ensemble pour éviter une nouvelle crise économique alors que l'inquiétude renaît sur la solidité de la reprise mondiale. Le G20 doit se réunir dans la foulée du G8.

Ce nouvel avertissement, quelques jours après une lettre dans laquelle il appelait déjà ses partenaires à «renforcer la reprise», est apparu comme une nouvelle mise en demeure des Etats-Unis aux Européens, même si plusieurs d'entre eux ont cherché à minimiser les divergences.

Régulation financière

La nuit précédente, le Congrès américain a approuvé un projet de réforme de la régulation financière que Barack Obama devrait faire valoir auprès de ses homologues.

Vendredi, son secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, a enfoncé le clou en appelant l'Europe à «faire le choix de mettre en oeuvre des réformes et des politiques susceptibles de déboucher sur des taux de croissance plus élevés à l'avenir».

Le monde «ne pourra pas dépendre des Etats-Unis autant que dans le passé», a-t-il prévenu, alors que les chiffres de la croissance américaine au 1er trimestre ont été revus à la baisse.

Les Etats-Unis et l'Europe n'ont pas de divergences sur la stratégie à adopter pour préserver la reprise économique mondiale, a assuré de son côté le porte-parole du Premier ministre britannique David Cameron.

Aide au développement

Les responsables américains et britanniques ont par ailleurs invité vendredi les représentants des autres grandes nations industrialisées à honorer leurs engagements en termes d'aide au développement malgré leurs situations budgétaires tendues.

Sur les 50 milliards de dollars supplémentaires que le groupe s'était engagé à fournir chaque année avant 2010 lors du sommet de 2005 à Gleneagles, en Ecosse, 18 milliards manquent encore à l'appel.

A Huntsville, les dirigeants de plusieurs pays du G8 ont annoncé vendredi soir des contributions totalisant cinq milliards de dollars en faveur de la santé maternelle et infantile dans les pays en développement. Ce fonds, baptisé «Initiative de Muskoka», du nom de la région canadienne où se tient le sommet du G8, a été fortement promu par Ottawa.

«L'exemple donné par les dirigeants du G8 a attiré des dons et des contributions d'autres pays (non membres du groupe) et fondations pour plus de 2,3 milliards, ce qui donne au total 7,3 milliards», a annoncé le Premier ministre canadien Stephen Harper.

Il a remercié les contributeurs du G8 et aussi les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, l'Espagne, la Suisse, la fondation Gates et la Fondation des Nations unies, sans préciser leur participation respective. La fondation de Bill et Melinda Gates a promis 1,5 milliard de dollars.

Manifestation

Quelque 2000 manifestants ont défilé bruyamment vendredi à Toronto pour que G8 et G20 prennent davantage en compte les droits de l'homme lors de leurs sommets. Les manifestants étaient encadrés par des policiers qui semblaient aussi nombreux qu'eux.

(ats)