Chine

16 février 2019 12:41; Act: 17.02.2019 07:08 Print

Mort à 101 ans du secrétaire de Mao

Li Rui est décédé suite à une infection pulmonaire. Il assista Mao Zedong, premier président de la République populaire de Chine, avant d'en devenir un fervent critique.

storybild

«Nous devrions laisser le peuple s'exprimer afin de renforcer la confiance du parti dans le peuple», affirmait-il dans une lettre ouverte. (Photo: AFP)

Une faute?

Le secrétaire de Mao Zedong devenu critique du Parti communiste chinois, Li Rui, est mort samedi à Pékin à l'âge de 101 ans, a annoncé sa famille. Li Rui avait été admis à l'hôpital l'an passé pour une infection pulmonaire, a indiqué sa famille dans un courriel à l'AFP.

Li était devenu le secrétaire de Mao au milieu des années 1950 et membre du gouvernement, s'occupant notamment du développement industriel d'un pays alors essentiellement rural.

Il avait dénoncé la faillite du «Grand bond en avant», cette politique d'industrialisation à marche forcée lancée en 1958 qui a provoqué une famine dans le pays. Expulsé du Parti communiste, il avait été emprisonné pendant huit ans pendant la Révolution culturelle dans la prison de Qincheng près de Pékin.

Militant

Réhabilité en 1979, il était revenu en grâce et avait occupé un poste stratégique au sein du PCC, chargé du recrutement des nouveaux cadres avant d'être à nouveau démis de ses fonctions en 1984.

Devenu un partisan d'une réforme politique, Li Rui avait publié en 2007 des articles appelant le Parti communiste à devenir un parti socialiste de type européen.

Il s'est opposé à la révision constitutionnelle votée l'an passé abolissant la limite de deux mandats présidentiels et ouvrant ainsi la voie à une présidence à vie pour Xi Jinping, qu'il avait dénoncée dans un entretien au journal de Hong-Kong Ming Pao.

Li Rui avait publié plusieurs ouvrages sur Mao Zedong, certains d'entre eux étant selon lui interdits de publication en Chine.

«Nous devrions laisser le peuple s'exprimer afin de renforcer la confiance du parti dans le peuple», affirmait-il dans une lettre ouverte.

(nxp/afp)