Egypte

13 septembre 2018 04:13; Act: 13.09.2018 04:16 Print

Mort de 2 Britanniques liée à l'E. coli

La mort, au mois d'août, de deux touristes britanniques en Egypte était liée à une infection à la bactérie E. coli.

storybild

Image d'illustration. (Photo: AFP)

Une faute?

La mort en août d'un couple de touristes britanniques dans un hôtel en Egypte a été provoquée par une infection à la bactérie E. coli. Ces conclusions émanent d'un rapport d'autopsie publié mercredi par le parquet général égyptien.

Le parquet général a indiqué, dans un communiqué citant le rapport d'autopsie, que John Cooper est mort «en raison d'une grave inflammation provoquée par la bactérie E. coli». Le parquet précise que la situation de l'homme âgé de 69 ans a été aggravée par le fait qu'il «souffrait d'une hypertrophie du muscle cardiaque et d'artères coronaires étroites».

Par ailleurs, de «l'alcool éthylique et du haschisch ont été retrouvés dans son sang», selon le parquet. La mort de son épouse Susan, 64 ans, «a été causée par un début de syndrome hémolytique et urémique probablement provoqué par l'E. coli, compte tenu du fait qu'elle séjournait avec son mari dans la même chambre, se déplaçant avec lui et mangeant la même nourriture», toujours selon le parquet.

Normes d'hygiène

John et Susan Cooper sont morts le 21 août dans un hôtel d'Hurghada, une station balnéaire sur les rives de la mer Rouge. Ces décès, intervenus de manière «suspecte» selon leur fille, avaient poussé le voyagiste britannique Thomas Cook à ordonner l'évacuation de ses clients de cet établissement.

Thomas Cook avait diligenté une «enquête indépendante» pour tenter de déterminer les causes du drame. Le semaine dernière, il avait affirmé que des tests menés sur les normes alimentaires et d'hygiène avaient permis d'identifier un «niveau élevé de bactéries E. coli et de staphylocoques» dans l'hôtel.

Une porte-parole de Thomas Cook a pris acte mercredi soir de l'annonce du parquet. Toutefois, dans un mail reçu par l'AFP, elle écrit: «nous n'avons pas encore vu le rapport en entier et il nous faudra du temps pour que nos experts le passent en revue». Les corps des deux touristes doivent être rapatriés prochainement, avait indiqué la semaine dernière le parquet général.

(nxp/ats)