États-Unis

28 février 2020 03:48; Act: 28.02.2020 06:35 Print

Nancy Pelosi rappelle Bernie Sanders à l'ordre

Favori des primaires démocrates, Bernie Sanders devra bien obtenir une majorité absolue pour décrocher l'investiture.

storybild

Bernie Sanders avec Nancy Pelosi, à Washington, le 16 janvier 2019. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a lancé jeudi un avertissement au favori des primaires démocrates Bernie Sanders. Elle a martelé qu'un candidat devrait impérativement obtenir une majorité absolue des voix pour décrocher l'investiture du parti et défier Donald Trump.

Après ses bons résultats dans les trois premiers États qui ont voté, le sénateur indépendant est, à 78 ans, en excellente position dans la course à l'investiture démocrate pour représenter le parti lors de la présidentielle américaine de novembre. Mais la route est encore longue jusqu'à la convention démocrate de juillet, où, selon les règles du parti, un candidat devra afficher une majorité absolue de délégués pour se déclarer vainqueur lors d'un premier tour, et non une majorité simple.

«La personne qui sera nommée sera la personne qui comptera sur une majorité plus un», a souligné la puissante cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, lors d'une conférence de presse.

Si elle a martelé que le leitmotiv du parti était «rassemblement, rassemblement, rassemblement» derrière celui ou celle qui sera choisi par le parti démocrate pour briguer la Maison Blanche, ses propos contredisent directement Bernie Sanders. Ce dernier a en effet affirmé que le candidat «comptant le plus de voix» devrait être désigné pour porter les couleurs démocrates.

Les «superdélégués»

«La volonté du peuple devrait l'emporter, oui», a-t-il répondu lors d'un débat démocrate le 19 février, tandis que ses cinq rivaux sur le plateau défendaient les règles du parti, dont l'obligation d'obtenir une majorité absolue.

On compte 3979 délégués «assignés» aux candidats selon leurs résultats dans les primaires. Si personne n'obtenait la majorité lors d'un 1er tour (1991 voix), ces délégués deviendraient libres de voter pour quelqu'un d'autre. Et quelque 770 «superdélégués», notables et élus du parti privés de vote au 1er tour, entreraient en piste avec le pouvoir de faire basculer le scrutin.

Les rivaux modérés de Bernie Sanders, qui est trop à gauche à leurs yeux, affirment que sa victoire aux primaires mènerait à un nouveau mandat de Donald Trump. Les États-Unis, un «grand pays», sont assez résistants «pour supporter un mandat de Donald Trump. Mais deux mandats» feraient payer un trop lourd tribut, a mis en garde Nancy Pelosi. «Il est donc absolument impératif que nous gagnions, et quel que soit notre candidat, il aura notre soutien sans réserve», a-t-elle affirmé.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ras Lebol le 28.02.2020 09:49 Report dénoncer ce commentaire

    MARRE

    que ce soit les uns ou les autres......il y' en a marre de tous ces vieux débris qui (essaient) de gouverner........et qui entretiennent ce système pourri jusqu' a l'os....mais qui leur rapporte tant d'argent......

  • Momo le 28.02.2020 07:29 Report dénoncer ce commentaire

    Le pachyderme lui se rassure

    Avec des débats de chiffonnier et surtout l'image qu'ils reflètent est bien triste . A mon avis un seul milliardaire pourrai faire de l'hombre au pachyderme , qui lui en rigole et prend des notes sans se fatiguer.

  • BadCox57 le 28.02.2020 12:00 Report dénoncer ce commentaire

    Démocrates: des pantins

    Et en plus, ils se détestent. Le pire de la politique : panier de crabes, pas de programme (sauf dégommer Trump), politique politicienne. Et pendant ce temps ils ne parlent pas de l'avenir du pays On sait maintenant pourquoi ils voulaient un "impeachment" à tout prix. Leur bateau va couler en beauté !

Les derniers commentaires

  • Gilbert Duroux le 29.02.2020 02:04 Report dénoncer ce commentaire

    Socialiste ? Où ça ?

    Il faut arrêter de faire peur avec le "socialiste" Sanders. Il n'a rien d'un socialiste. Même le prix Nobel de la Paix reconnait que si on comparait son programme avec ce qui est en vigueur dans la plupart des pays européens, Sanders est tout au plus un aimable social-démocrate. Tout ce qu'il revendique, comme un système de santé pour tous, nous l'avons déjà (avec la Sécurité sociale en France). En plus, Sanders ne réclame aucune privatisation.

    • Marc le 01.03.2020 05:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Gilbert Duroux

      C'est faux, il revendique une prise en charge du secteur bancaire, il veut des impôts de type Européens, à savoir des impôts confiscatoires, il promet des dépenses publiques qui mettraient l'Amérique dans le panier des pays européens comme la France, qui foncent dans le « Tout pour l'Etat ». Avec les résultats qu'on connaît, un appauvrissement général. Pas étonnant pour un type qui fait son voyage de noces en URSS, et qui vante les bienfaits du régime dictatorial de Cuba...

  • Claude52 le 28.02.2020 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sans

    Pitoyable pantomime des démocrates qui ne s'y prendraient pas autrement pour assurer la réélection de Trump dans un fauteuil.

    • Etienne le 28.02.2020 20:24 Report dénoncer ce commentaire

      J'en arrive même à me demander...

      si les démocrates ne le font pas "exprès" tant ils font tout de travers et sont plus diviser que jamais...

  • Ouèsava le 28.02.2020 18:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Joyeuse perspective...

    "If Mr Sanders becomes the Democratic nominee, America will have to choose in November between a corrupt, divisive, right-wing populist, who scorns the rule of law and the constitution, and a sanctimonious, divisive, left-wing populist, who blames a cabal of billionaires and businesses for everything that is wrong with the world. All this when the country is as peaceful and prosperous as at any time in its history. It is hard to think of a worse choice" The Economist, 27/02/2020 Restreindre le droit de vote en fonction du QI ? Du niveau d'études ? De la profession ? De la dépendance ?

    • Narc le 01.03.2020 05:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ouèsava

      Oui, selon le niveau des impôts payés... À GE, une quasi majorité du Grand Conseil, vit aux dépends de l'Etat cc (fonctionnaires, dépendant du monde associatif, etc...), et donc va systématiquement voter pour plus de dépenses publiques... Ce n'est pas équitable, c'est perdu d'avance pour ceux qui contribuent à créer des richesses, au dépend de ceux qui ne pensent qu'a redistribuer...

  • Plipli le 28.02.2020 18:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'adore la tournure de l'article

    ...la puissante cheffe démocrate, dans tous les cas l'article est bien orienté...

  • kiwi le 28.02.2020 17:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nancy pelosi la velue

    cette vieille ramène sa fraise partout

    • Lucas le 28.02.2020 18:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @kiwi

      Comme vous enfaite. Mais elle c'est sont travail et elle on s'en fiche pas.