Afrique

16 février 2019 03:02; Act: 16.02.2019 14:49 Print

Nigeria: la présidentielle reportée in extremis

Initialement prévue ce samedi, l'élection présidentielle a été reportée d'une semaine à cause de problèmes logistiques.

storybild

Des affiches électorales à Port Harcourt, au sud du Nigeria. (Photo: AFP)

Une faute?

Le Nigeria a repoussé d'une semaine les élections générales (présidentielle et législatives) prévues samedi. La Commission nationale électorale indépendante argue de problèmes logistiques à l'issue d'une réunion en urgence dans la nuit précédant le scrutin.

«Pour pouvoir garantir la tenue d'élections libres, justes et crédibles, organiser le scrutin comme il était convenu n'est plus possible», a déclaré à la presse le président de cette Commission, Mahmood Yakubu, à quelques heures de l'ouverture prévue des bureaux de vote.

Ce report a aussitôt été condamné par les deux principaux partis du pays. Le parti au pouvoir, le Congrès des Progressistes (APC), s'est dit «extrêmement déçu» et a demandé à la Commission électorale de rester «impartiale». Pour lui, son principal adversaire n'a «jamais été prêt».

De son côté, le candidat de l'opposition, Abubakar Atiku, du Parti Populaire Démocratique (PDP) a appelé ses supporters au calme face à une «provocation». «Je demande aux Nigérians d'être patients», a-t-il lancé. En «off», chaque camp s'accusait d'être responsable d'un potentiel report et de vouloir saboter le vote.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a appelé samedi les Nigérians au calme. «J'appelle tous les Nigérians à s'abstenir de tout désordre civil et à rester pacifiques, patriotes et unis afin de veiller à ce qu'aucune force ni aucun complot n'entrave notre développement démocratique», a déclaré le président dans un communiqué.

Breaking News: The #NigeriaDecides2019 Elections now to hold on; 23rd February, 2019 for Presidential and National Assembly while the Governorship, State House of Assembly and the FCT Area Council Elections is to hold on 9th March, 2019. pic.twitter.com/6zhvBLQe2a– INEC Nigeria (@inecnigeria) 16 février 2019

Réunion d'urgence

La présidentielle et les législatives se dérouleront le samedi suivant, 23 février. Les élections des gouverneurs, prévues le 2 mars, sont quant à elles reportées au 9 mars, «dans le but de garantir la bonne qualité de nos élections».

La Commission électorale (INEC) s'est réunie en urgence vendredi dans la soirée, laissant le pays de 190 millions en suspens pendant plusieurs heures. A ce moment-là, les rumeurs d'un report envahissaient les médias nigérians et réseaux sociaux.

M. Yakubu n'a donné aucune précision sur les problèmes logistiques invoqués. Mais trois centres de l'INEC ont été brûlés à travers le pays, et l'opposition dénonçait l'absence de bulletins dans de nombreux Etats. Mercredi, M. Yakubu estimait encore que malgré les défis auxquels est confronté ce géant africain, le scrutin ne serait pas reporté.

Six semaines

Près de 84 millions d'électeurs étaient attendus dans les quelques 120'000 bureaux de vote qui devaient ouvrir dès 8h00, heure locale à travers tout le pays. Ils devaient élire un nouveau chef d'Etat, ainsi que les les 360 sièges de la Chambre des représentants et les 109 du Sénat. Les Nigérians se sont réveillés avec un mélange de déception et de colère samedi après l'annonce du report.

Un nombre record de 73 candidats sont en lice pour devenir chef de l'Etat dans la première économie d'Afrique et premier exportateur de pétrole du continent. Tous les regards sont tournés vers le président Buhari, du Congrès des progressistes (APC), et son principal rival Atiku Abubakar, du Parti Populaire Démocratique (PDP). Le scrutin entre ces deux hommes du nord, musulmans Haoussa, s'annonce très serré. L'achat des voix des électeurs reste un problème majeur dans ce pays, où la grande majorité de la population vit sous le seuil de l'extrême pauvreté.

Boko Haram attaque

Lors des dernières élections de 2015, le scrutin avait été repoussé de six semaines, le chef de l'Etat de l'époque, Goodluck Jonathan, arguant des problèmes de sécurité dans le nord-est du pays, où sévit le groupe djihadiste Boko Haram.

Huit personnes ont été tuées par des insurgés de Boko Haram dans une attaque à Maiduguri (nord-est du Nigeria) à quelques heures de l'ouverture prévue des scrutins présidentiel et législatifs, a annoncé samedi le responsable d'une milice pro-gouvernementale.

(nxp/afp)