Allemagne

24 janvier 2020 11:52; Act: 24.01.2020 15:49 Print

Un député noir menacé de mort par des néonazis

Un parlementaire de 58 ans, d'origine sénégalaise, a reçu un courrier électronique se concluant par un «Heil Hitler!». Sa permanence avait déjà récemment été visée par des tirs.

storybild

Karamba Diaby ici en discussion avec la chancelière Angela Merkel. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Karamba Diaby, député allemand d'origine sénégalaise, a reçu une menace de mort par mail, prise au sérieux par la police qui a ouvert une enquête, rapportent vendredi des médias destinataires eux aussi du message de menace.

La permanence de ce député social-démocrate de Halle (ex-RDA) avait déjà reçu la semaine dernière des impacts de balles.

Ce parlementaire de 58 ans a été destinataire mercredi d'un mail de menace de mort, signé de «l'orchestre des musiciens du coup d'État» et conclu par un «Heil Hitler!», selon des médias locaux allemands, mis en copie de ce mail.

Le message fait notamment référence à l'élu conservateur promigrants Walter Lübcke, tué en juin 2019 à son domicile à Kassel (Hesse). Le principal suspect de ce meurtre est membre de la mouvance néonazie, en photo AFP ci-dessous.

Karamba Diaby, qui est né et a grandi au Sénégal, est le premier député noir d'Allemagne élu dans une circonscription d'ex-RDA, une région où prospère la xénophobie. Il avait reçu le soutien de la plupart des partis allemands après la découverte d'impacts de balle sur sa permanence.

Le vice-président du parti social-démocrate, Kevin Kühnert, a annoncé ce vendredi qu'il allait rencontrer Karamba Diaby «pour apporter un soutien visible, mais aussi pour discuter de la manière dont l'engagement démocratique peut être mieux protégé».

Climat politique raidi

Menaces de mort, agressions physiques ou verbales: l'inquiétude monte en Allemagne face à la multiplication des violences contre des élus du pays, dans un contexte de raidissement du climat politique sous la pression de l'extrême droite.

L'an dernier, la police a recensé 1241 délits à motivation politique contre des élus de tous bords. Ce déferlement de haine touche tout le spectre politique.

Un élu conservateur bavarois a découvert une croix gammée sur la vitrine de sa permanence, une responsable de la Gauche radicale a vu son nom sur une «liste d'ennemis» établie par un extrémiste de droite. Un maire social-démocrate a même admis tenter d'obtenir un permis de port d'armes après des menaces répétées proférées contre sa famille.

Des responsables écologistes ou conservateurs ont, eux aussi, été menacés de mort.

(nxp/afp)