Afrique du Sud

28 janvier 2019 16:05; Act: 28.01.2019 16:11 Print

Nouveau scandale de corruption pour Zuma

Actuellement poursuivi pour corruption dans une rocambolesque affaire de ventes d'armes, l'ex-dirigeant sud-africain est accusé d'avoir accepté des paiements illicites.

storybild

Le président Zuma a été contraint de démissionner en février dernier en raison des scandales dans lesquels il est empêtré. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-président sud-africain Jacob Zuma, qui a été contraint de démissionner de son poste l'an dernier emporté par des scandales de corruption, a été accusé lundi d'avoir accepté des pots-de-vin de la part d'une entreprise de sécurité, à l'occasion d'un témoignage accablant devant une commission d'enquête.

Devant la commission Zondo qui se penche depuis août sur les scandales de l'ère Zuma (2009-2018), l'ex-numéro 2 de la société de sécurité Bosasa a affirmé que son entreprise avait versé mensuellement 30'000 rands (environ 2100 francs) à la fondation Jacob Zuma, pour se protéger de poursuites judiciaires.

L'argent, caché dans un sac de grand marque, transitait par l'intermédiaire de Dudu Myeni, présidente de la fondation, a affirmé Angelo Agrizzi, qui témoigne depuis une dizaine de jours devant la commission.

A une occasion, le PDG de Bosasa de l'époque, Gavin Watson, s'est rendu à la résidence privée du président Zuma à Nkandla (nord-est) et lui «a personnellement apporté» l'argent, a-t-il ajouté. «Il a posé le sac à côté de lui et a demandé: Est-ce que Dudu vous donne l'argent tous les mois ? Et la réponse fut oui », a-t-il encore dit.

En échange de ces paiements, la compagnie Bosasa, rebaptisée African Global Operations, cherchait notamment, selon Angelo Agrizzi, à obtenir l'interruption d'une enquête de la police judiciaire visant sa société, soupçonnée de recourir à des méthodes illicites pour décrocher des contrats publics.

Grand déballage

La commission Zondo qui entend ministres, députés, fonctionnaires, chefs d'entreprises ou encore banquiers, enregistre un grand déballage qui éclabousse le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), à quatre mois des élections générales.

Depuis le début de son témoignage il y a une dizaine de jours, Angelo Agrizzi raconte par le menu comment Bosasa s'est frauduleusement acheté de juteux contrats publics et la protection du pouvoir.

La semaine dernière, il avait affirmé avoir fait remettre pendant quatorze ans 50'000 rands (3600 francs) en liquide à l'actuelle ministre de l'Environnement, Nomvula Mokonyane.

Les personnes mises en cause auront l'occasion d'apporter leur version devant la commission.

Vieille affaire de corruption

Le président Zuma a été contraint, sous la pression de son parti, l'ANC, de démissionner en février dernier en raison des scandales de corruption dans lesquels il est empêtré.

Il est actuellement poursuivi pour corruption dans une rocambolesque affaire de ventes d'armes vieille de vingt ans. Il est accusé d'avoir touché pour 4 millions de rands - 289'360 francs au cours actuel - de pots-de-vin de la part de l'entreprise française Thales lors d'un contrat d'armement de près de 4 milliards d'euros attribué en 1999.

Le successeur de Jacob Zuma, Cyril Ramaphosa, a fait de la lutte contre la corruption l'une de ses priorités.

(nxp/afp)