Aviation israélienne

26 février 2011 13:54; Act: 26.02.2011 14:02 Print

Nouveaux bombardements à Gaza

Tôt samedi matin, les appareils israéliens ont frappé deux camps d'entraînement du groupe radical Jihad islamique.

storybild

Le camp de Nousseirat, samedi 26 février 2011. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'aviation israélienne a bombardé à plusieurs reprises samedi la bande de Gaza, faisant un blessé et causant des dégâts, selon des sources palestiniennes et israéliennes.

En réponse aux tirs contre Israël

Les appareils ont frappé deux camps d'entraînement du groupe radical Jihad islamique, l'un dans la localité méridionale de Khan Younès et l'autre près de Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, ont précisé des services de sécurité palestiniens.

L'armée israélienne a fait savoir qu'elle visait «un certain nombre de nids terroristes» en réponse aux tirs de roquettes et d'obus contre le sud d'Israël.

En début d'après-midi, l'armée de l'air israélienne a touché un centre d'entraînement des Brigades Ezzedine al-Qassam, le bras armé du mouvement islamiste Hamas (au pouvoir à Gaza), près de Rafah, à la frontière avec l'Egypte, dans le sud de la bande de Gaza, selon les services de sécurité du Hamas. Une personne a été légèrement blessée.

Flambée de violence

Ces raids aériens ont eu lieu après une flambée de violences cette semaine, qui a vu en particulier une roquette s'abattre sur la ville de Beersheva, la capitale du Néguev à 40 km de Gaza, sans faire de blessé mais endommageant des maisons.

C'était la première fois qu'un tir de roquette frappait Beersheva (20.000 habitants) depuis l'offensive israélienne de décembre 2008-janvier 2009, qui visait à faire cesser les tirs depuis la bande de Gaza.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a lancé une sévère mise en garde au mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza, et aux groupes armés du territoire palestinien, avertissant que l'armée répondrait «avec force» en cas d'attaques contre le territoire israélien.

Ce regain de tension survient au moment où deux navires de guerre iraniens sont passés en Méditerranée via le canal de Suez, pour la première fois depuis 1979, pour se rendre en Syrie. Téhéran et Damas sont des alliés du Hamas qui a saisi le pouvoir à Gaza en 2007.

Toutefois, le Hamas qui souhaite s'installer dans la durée à Gaza, dit vouloir éviter une nouvelle épreuve de force avec Israël, deux ans après la dévastatrice opération militaire israélienne (1.400 morts palestiniens).

Le mouvement islamiste a renouvelé à plusieurs reprises --la dernière fois en janvier-- ses consignes visant à faire respecter par les groupes armés du territoire une trêve de fait avec Israël. Il se réserve néanmoins le droit de «résister à toute incursion israélienne» à l'intérieur du territoire.

Mais si les tirs à partir de la bande de Gaza ont ralenti, ils n'ont jamais complètement cessé.

(afp)