Royaume-Uni

05 juillet 2018 14:42; Act: 05.07.2018 15:53 Print

Novitchok: «Il est temps que la Russie s'explique»

Deux Britanniques ont été exposés au même poison utilisé contre les Skipals. Le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, demande à Moscou de «s'expliquer».

Une faute?

Le ministre britannique de l'Intérieur, Sajid Javid, a enjoint les Russes de «s'expliquer» après l'empoisonnement de deux Britanniques à l'aide du même agent innervant dont avaient été victimes un ex-espion russe et sa fille il y a quatre mois à Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre).

«Il est maintenant temps que l'Etat russe explique exactement ce qui s'est passé», a déclaré jeudi le ministre devant le Parlement, répétant les accusations portées par Londres contre Moscou.

«Ce n'est pas une querelle avec la population russe. Ce sont les actions du gouvernement russe qui continuent de porter atteinte à notre sécurité et à celle de la communauté internationale», a déclaré Sajid Javid.

«Il est totalement inacceptable que nos citoyens soient des cibles délibérées ou accidentelles ou qu'on déverse du poison dans nos rues, nos parcs, nos villes», a-t-il ajouté.

Moscou est très préoccupé

Les Russes ont assuré jeudi ne pas disposer d'informations sur le nouvel empoisonnement et se sont dit «très préoccupés» par «l'utilisation répétée de telles substances en Europe».

Mais selon Sajid Javid, il faut s'attendre à «une nouvelle désinformation du Kremlin comme nous l'avons vu suite à l'attaque de Salisbury.»

Deux citoyens britanniques sont dans un état critique après avoir été exposés, apparemment par hasard, au Novitchok, quatre mois après l'attaque subie à Salisbury par les Skripal via le même agent.

Le couple de quadragénaires a probablement été en contact avec le gaz innervant dans un lieu différent que celui où les Skripal ont été empoisonnés, a poursuivi Sajid Javid. Tous les lieux décontaminés après l'attaque contre les Skripal sont sûrs, a-t-il ajouté.

Le gouvernement britannique a imputé à la Russie l'attaque contre les Skripal, provoquant une crise diplomatique sans précédent entre Londres et Moscou, qui dément toute implication, depuis la fin de la Guerre froide.

«La police va remuer ciel et terre»

De son côté, la première ministre britannique Theresa May a assuré que la police allait «remuer ciel et terre» pour éclaircir un nouveau cas d'empoisonnement au Novitchok en Grande-Bretagne.

«De voir que deux nouvelles personnes ont été exposées au Novitchok au Royaume-Uni est à l'évidence extrêmement inquiétant et je sais que la police va remuer ciel et terre lors de son enquête pour déterminer ce qui s'est passé», a-t-elle déclaré lors d'une visite à Berlin.

(nxp/afp)