Guerre

04 juillet 2018 14:03; Act: 04.07.2018 14:12 Print

Opération militaire anti-EI dans le centre de l'Irak

Baptisée «vengeance pour les martyrs», une opération militaire se déroule entre une autoroute irakienne et la frontière iranienne.

storybild

L'Irak est en proie aux violences, comme ici lors d'une attaque à la voiture piégée, le 1er juillet. (Photo: AFP)

Une faute?

Les forces de l'armée et des services de sécurité irakiens ont lancé mercredi avec les peshmergas (combattants du Kurdistan autonome) une vaste opération dans le centre du pays, selon une source militaire. Ils entendent y éliminer les cellules du groupe État islamique (EI).

Baptisée «vengeance pour les martyrs», cette opération se déroule entre l'autoroute Diyala-Kirkouk et la frontière iranienne. Elle intervient après la découverte il y a une semaine des corps de huit Irakiens enlevés par le groupe djihadiste.

Vidéo de l'EI

Avant la découverte de ces corps, l'EI avait diffusé une vidéo montrant des hommes au visage tuméfié qu'il menaçait de tuer si des femmes djihadistes n'étaient pas libérées par Bagdad.

«Les unités de l'armée, de la police fédérale, des forces d'intervention rapide, des unités paramilitaires du Hachd al-Chaabi, de la police des gouvernorats de Diyala et de Salaheddine, en coordination avec les peshmergas et le soutien de l'aviation irakienne et de la coalition internationale ont lancé mercredi une vaste opération pour nettoyer la région à l'est de l'autoroute Diyala-Kirkouk», a affirmé un communiqué du Commandement conjoint des opérations (JOC).

Un «terroriste a été tué et neuf autres ont été capturés», a-t-on ajouté de même source. Par ailleurs, huit véhicules et 21 bombes ont été détruits.

Exécutions de djihadistes

C'est la première fois depuis que les militaires irakiens ont chassé en octobre les combattants kurdes des zones disputées entre Bagdad et Erbil (Kurdistan), notamment Kirkouk, que ces deux forces travaillent ensemble.

Au surlendemain de la découverte des corps des huit civils tués par l'EI, le Premier ministre Haider al-Abadi avait fait exécuter 13 djihadistes le 29 juin. Il avait auparavant ordonné l'exécution «immédiate» des centaines de djihadistes condamnés à mort.

(nxp/ats)