Paris

04 octobre 2011 11:17; Act: 04.10.2011 11:25 Print

Ouverture du procès de Dieter Krombach

Le procès du médecin allemand Dieter Krombach s'est ouvert mardi devant la cour d'assises de Paris. Il est jugé pour la mort de sa belle-fille Kalinka en juillet 1982.

storybild

Le père de la victime, André Bamberski (à gauche), et l'accusé Dieter Krombach. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Après quatre journées d'audience seulement et un malaise de l'accusé ayant nécessité son hospitalisation pendant quelques jours il y a six mois, le procès avait été renvoyé sine die le 7 avril dernier afin de respecter «un principe de précaution».

Les résultats d'une expertise médicale sur l'état de santé de M. Krombach devaient être présentés à l'audience.

En avril, deux experts médicaux, un cardiologue et un réanimateur-anesthésiste avaient conclu que l'état de santé du médecin, âgé de 76 ans, nécessitait un repos absolu de quinze jours après des problèmes coronariens ayant nécessité la pose de stents. Ils avaient conseillé des audiences n'excédant pas trois heures, avec une pause d'une demi-heure à mi-parcours.

Dieter Krombach a toujours affirmé être totalement innocent des faits qui lui sont reprochés, à savoir la mort de sa belle-fille Kalinka, âgée de 14 ans, en juillet 1982. Elle séjournait alors chez lui en Allemagne, près du lac de Constance, avec son frère et sa mère.

Plainte en France

Lors de l'autopsie, des traces rougeâtres et blanchâtres avaient été découvertes au niveau de l'entrejambe de la jeune fille, ainsi que des traces de piqûres sur son bras, son thorax et sur ses jambes. Le Dr Krombach avait affirmé dans un premier temps avoir injecté une préparation à base de fer et de cobalt à l'adolescente qui voulait bronzer plus vite... Puis, il avait soutenu qu'elle souffrait d'anémie.

L'affaire ayant été classée sans suite en Allemagne, le père de la victime, André Bamberski, a déposé plainte en France en 1984, affirmant alors que sa fille a été tuée par son beau-père après avoir été violée.

Lors de l'exhumation du corps de Kalinka, les médecins-légistes découvrent que son appareil génital prélevé en Allemagne a disparu de façon «inexplicable». Des experts ont observé en outre des «anomalies» dans les analyses et prélèvements médico-légaux réalisés outre-Rhin. Notamment l'absence d'analyse du sang cardiaque, «pourtant prioritaire s'agissant de vérifier les dires du Dr Krombach sur la nature et le dosage du produit injecté». Ils se sont aussi étonnés de «l'absence de prélèvements des substances vaginales qui auraient permis d'envisager une recherche de sperme».

Enlevé et livré à la justice

Condamné par contumace à 15 ans de réclusion par la cour d'assises de Paris en 1995 pour la mort de Kalinka, Dieter Krombach sera accusé deux ans plus tard par une lycéenne de Lindau (Bavière) âgée de 16 ans qui affirme avoir été droguée et violée dans son cabinet. Après avoir plaidé coupable, le médecin est condamné à deux ans de prison avec sursis en octobre 1997 et une interdiction d'exercer. Dix ans plus tard, il écopera en outre de deux ans et quatre mois de prison pour «escroquerie» et «exercice illégal de la médecine».

Enlevé devant son domicile bavarois le 17 octobre 2009 par deux hommes à la demande du père de la victime, André Bamberski, il a ensuite été retrouvé ligoté à proximité du tribunal de Mulhouse (Haut-Rhin). M. Bamberski est pour sa part poursuivi par la justice française pour avoir commandité cet enlèvement.

(ap)