25 mai 2008 12:51; Act: 25.05.2008 12:54 Print

Paris se réjouirait de la mort du chef des FARC

La France accueillerait la confirmation de la mort du chef des FARC Manuel Marulanda avec «une grande joie», a déclaré dimanche la secrétaire d'Etat Rama Yade.

Une faute?

Elle pourrait faciliter la libération des otages en Colombie, dont Ingrid Betancourt, selon elle.

«L'information n'est pas encore officielle et n'est pas encore confirmée par les FARC donc je préfère être prudente à ce stade», a dit la secrétaire aux Affaires étrangères et aux Droits de l'Homme sur Radio J, soulignant que «ce n'est pas la première fois que de telles annonces sont faites».

«Néanmoins, bien sûr et bien évidemment, si cette information était confirmée, nous l'accueillerions avec une grande joie, une très grande joie, puisque ce serait la fin ou le début de la fin, nous l'espérons en tout cas, du calvaire d'Ingrid Betancourt, et tout ce qui peut y contribuer, nous en serions très heureux», a-t- elle ajouté.

Priée de dire si la mort de Manuel Marulanda signifierait la fin des FARC et faciliterait la libération de l'otage franco- colombienne, Rama Yade a répondu: «C'est l'espoir que j'ai mais je ne peux pas vous en assurer pour une simple raison c'est que vous connaissez la complexité du dossier, la complexité de la région, de cette affaire, des relations avec les FARC.»

«Donc je ne peux qu'exprimer un espoir et en même temps une certaine prudence, dans l'attente, dans l'espoir, qu'il y ait effectivement une confirmation», a-t-elle poursuivi.

Relancée par un journaliste, Rama Yade a précisé: «Grande joie si effectivement une confirmation entraînerait des libérations d'otages, mais on ne peut pas se réjouir de la mort d'un homme».

La France, avec l'Espagne et la Suisse, joue depuis plusieurs années un rôle de médiation dans la question des otages entre le gouvernement de Bogota et la guérilla marxiste.

(ats)