Parlement chinois

05 mars 2011 08:40; Act: 05.03.2011 08:45 Print

Pékin veut lutter contre l'inflation

Le premier ministre chinois a reconnu un mécontentement de la population, tout en fixant un objectif de croissance de 8% pour 2011.

storybild

Wen Jiabao, le premier ministre chinois, veut promouvoir la gestion économe des ressources et la protection de l'environnement. (Photo: epa)

Une faute?

Le premier ministre Wen Jiabao a détaillé les priorités de son gouvernement devant le parlement samedi à Pékin.

«Nous devons considérer la stabilisation des prix comme la priorité de notre contrôle macro-économique», a dit le chef du gouvernement devant les près de 3000 délégués de l'Assemblée nationale populaire réunis pour dix jours dans la capitale chinoise, selon la traduction officielle de son discours en français.

Il a qualifié la hausse des prix et les anticipations inflationnistes de «problèmes dont dépendent étroitement le niveau de vie de la population, la situation générale et la stabilité du pays».

L'objectif de hausse des prix à la consommation, qui a atteint 4,9% en janvier sur un an, a été fixé à «environ 4%» pour 2011, contre 3% l'an dernier. L'objectif de croissance du Produit intérieur brut (PIB) a été maintenu à 8%, le deuxième du monde en 2010 derrière celui des Etats-Unis et dépassant celui du Japon.

Energies renouvelables

Premier émetteur de CO2 de la planète, la Chine veut réduire de 17% le volume de ses émissions de dioxyde de carbone par unité de PIB d'ici à 2015, a indiqué le Premier ministre. La consommation d'énergie par unité de PIB devra diminuer de 16% pendant la durée du 12e plan quinquennal (2011-2015), a ajouté le chef du gouvernement.

«Au cours des cinq dernières années (2006-2010), la consommation d'énergie par unité de PIB a diminué de 19,1%», a indiqué M. Wen. Il a précisé que son pays avait «encouragé l'exploitation des énergies propres».

A l'avenir, «nous devons promouvoir de manière efficace la gestion économe des ressources et la protection de l'environnement. Nous devons répondre activement aux changements climatiques», a déclaré le Premier ministre.

La Chine a adopté un ambitieux programme des énergies renouvelables, notamment éolienne et hydraulique, ainsi que de construction de centrales nucléaires. Le charbon couvre aujourd'hui 70% des besoins énergétiques du pays.

Politique de relance

Pour cette année, le gouvernement chinois «continuera à appliquer une politique de relance». Il veut diminuer le déficit budgétaire qui sera contenu à «environ 2% du PIB».

Les dépenses prioritaires seront consacrées au «développement du monde rural», «à améliorer le niveau de la population et à développer les secteurs sociaux», d'après ce discours.

Santé, logement

«Certains problèmes qui font l'objet de vives réactions parmi la population n'ont pas été résolus complètement», a reconnu le Premier ministre. «Les ressources pédagogiques et médicales de qualité manquent et leur répartition demeure inégale», a-t-il détaillé.

«Les prix de l'immobilier ont enregistré une augmentation excessive dans certaines villes» a poursuivi M. Wen qui veut développer la construction de logements sociaux.

Il a encore souligné que «les contradictions sociales suscitées par la réquisition illégale de terrains et la démolition irrégulière de maisons se sont multipliées», que «la sécurité alimentaire laisse à désirer» et que «certains secteurs sont vulnérables à la corruption».

Politique monétaire «prudente»

La Chine veut par ailleurs continuer à «perfectionner le mécanisme de formation du taux de change du yuan», jugé sous-évalué par ses principaux partenaires commerciaux, mais sans prendre d'engagements précis.

Toujours pour lutter contre l'inflation, elle veut mettre en oeuvre «une politique monétaire prudente» en limitant à 16% la hausse de la masse monétaire M2 (agrégat large regroupant la monnaie en circulation, les comptes de dépôts à vue et les comptes d'épargne).

L'Assemblée nationale populaire (ANP) est le plus grand parlement du monde. Elle se contente pour l'essentiel d'avaliser les projets du Parti communiste et du gouvernement. Cette instance ne se réunit qu'une fois par an en session plénière pour dix jours au mois de mars.

(ats)