Choc en Inde

15 décembre 2011 07:05; Act: 15.12.2011 16:37 Print

Plus de 140 morts à cause d'un alcool frelaté

Au moins 140 personnes sont mortes après avoir ingéré un alcool vendu en contrebande. Les victimes sont essentiellement des pauvres qui ne peuvent se payer des alcools de marque.

Une faute?

Plus de cent quarante personnes sont décédées empoisonnées dans l'est de l'Inde après avoir bu de l'alcool frelaté pouvant contenir un solvant très toxique, ont annoncé jeudi les autorités locales. De nombreuses autres ont été hospitalisées.

«Le bilan s'est alourdi à 143 morts», a indiqué à l'AFP le directeur des services de santé de l'état du Bengale occidental Shyamapada Basak. La police a arrêté dix personnes en lien avec le drame, a-t-il ajouté. Un précédent bilan faisait état de 126 tués.

Les victimes, pour la plupart des paysans ou des conducteurs de triporteurs trop pauvres pour s'acheter des alcools de marque, sont originaires de dix villages frontaliers du Bangladesh. Ils avaient acheté mardi de l'alcool dans des bars clandestins ou auprès de contrebandiers.

Les trois hôpitaux les plus proches ont en outre accueilli des dizaines de patients grièvement malades, ayant perdu connaissance ou se plaignant de douleurs abdominales et de brûlures à l'estomac.

Plus de 100 personnes étaient encore hospitalisées jeudi, dont un garçon de 12 ans qui aurait bu de l'alcool en pensant à de l'eau, selon des sources hospitalières.

Plusieurs roupies

L'alcool fabriqué clandestinement est beaucoup consommé en Inde en raison de son prix attractif. Selon un habitant du district concerné, un demi-litre ne coûte que 6 roupies, soit 10 centimes.

Selon le responsable du district de Vingt-quatre Parganas, dans l'Etat du Bengale occidental, du méthanol a été détecté sur au moins 20 victimes après autopsie, faisant craindre que ce solvant hautement toxique soit à l'origine des empoisonnements mortels.

Le méthanol, également utilisé comme carburant, est parfois ajouté à l'alcool local baptisé «moonshine» en petites quantités pour augmenter la teneur en alcool.

Mais ce produit peut rendre aveugle, voire entraîner le décès en cas de forte concentration.

Arrestation de 4 personnes

«Du méthanol a été retrouvé dans l'estomac d'au moins vingt victimes. Il se peut que ce ne soit pas la seule raison de la mort. Nous enquêtons», a commenté à l'AFP le responsable de l'hôpital Diamond Harbour, Chiranjib Murmu.

La cheffe du gouvernement du Bengale occidental, Mamata Banerjee, a annoncé l'ouverture d'une enquête et le versement de 200 000 roupies (quelque 3506,70 francs) au titre de compensations financières pour chaque famille de victimes. Elle a également annoncé l'arrestation de quatre personnes.

«Je veux prendre des mesures fermes contre ceux qui fabriquent et vendent de l'alcool illégal», a-t-elle affirmé.

La police a elle précisé que des habitants en colère ont mis à sac des distilleries locales.

Suggestion évoquée

Selon Johnson Edayaranmulah, le directeur du groupe de pression Indian Alcohol Policy Alliance, qui milite pour la mise en oeuvre de politiques responsables en matière de consommation d'alcool, les décès dus à des boissons frelatées sont monnaie courante en Inde.

Il a toutefois avancé l'hypothèse d'une erreur dans le produit rajouté, supposant que les producteurs aient pu prendre du méthanol pour de l'éthanol, moins toxique.

«On trouve de l'alcool clandestin partout en Inde. La loi n'est pas appliquée et il existe un lien contre nature entre les autorités - police, hommes politiques, douanes - et les contrebandiers», a-t-il accusé.

«La police accepte les pots-de-vin, les douaniers acceptent les pots-de-vin, tout le monde ferme les yeux. Cela montre que la corruption fait partie de l'état d'esprit indien», a-t-il encore ajouté.

(ap/afp)