Allemagne

08 janvier 2016 17:16; Act: 08.01.2016 17:43 Print

Plus de 230 enfants de choeur violés et maltraités

Au moins 231 enfants du choeur de Ratisbonne, dans le sud de l'Allemagne, ont été victimes de maltraitance, parmi lesquelles des agressions sexuelles et des viols entre 1945 et le début des années 90, selon l'avocat chargé par l'église catholique de faire la lumière sur cette affaire.

storybild

Au moins 231 enfants: c'est le chiffre avancé par l'avocat Ulrich Weber lors d'une conférence de presse. C'est surtout largement supérieur aux 72 victimes reconnues en février 2015 par les autorités catholiques locales, qui avaient proposé d'offrir 2500 euros en compensation à chacune d'entre elles. (Photo: AFP/Armin Weigel)

Une faute?

Le chiffre avancé par l'avocat Ulrich Weber lors d'une conférence de presse dans la cité bavaroise est largement supérieur aux 72 victimes reconnues en février 2015 par les autorités catholiques locales, qui avaient proposé d'offrir 2500 euros en compensation à chacune d'entre elles.

L'affaire, qui avait éclaté en 2010, faisait état de maltraitance qui se seraient produites alors que le frère de l'ancien pape Benoit XVI, Mgr Georg Ratzinger, dirigeait le célèbre choeur de petits chanteurs, entre 1964 et 1994. Ce dernier, aujourd'hui âgé de 91 ans, avait assuré n'avoir jamais eu connaissance d'abus sexuels au sein de cette chorale fondée en 975.

Viol et privation de nourriture

Mandaté par l'évêché de Ratisbonne pour faire toute la lumière sur les faits, Ulrich Weber a affirmé vendredi qu'en l'état actuel de ses recherches, il disposait de «231 témoignages de maltraitances physiques» perpétrées entre 1945 et le début des années 90 par des prêtres et des enseignants.

Les faits couvrent un spectre allant de la privation de nourriture au viol en passant par des coups jusqu'«au sang» ou des agressions sexuelles, a indiqué M. Weber, qui s'est entretenu avec soixante-dix victimes et parle d'un «climat de peur» au sein du choeur.

«Les cas de violences sexuelles rapportés à Ratisbonne sont pour la plupart concentrés dans la période du milieu des années 70», a-t-il précisé. «Cinquante victimes ont parlé de dix auteurs», a ajouté l'avocat.

Des punitions sadiques

En 2010, l'un des anciens membres de la chorale, le chef d'orchestre et compositeur allemand Franz Wittenbrink, avait témoigné auprès du magazine Der Spiegel de la violence dont était capable Georg Ratzinger, évoquant plus largement un «système de punitions sadiques relié au plaisir sexuel».

Ce scandale est l'un des nombreux qui a ébranlé ces dernières années l'église catholique. Benoît XVI ainsi que son successeur François ont demandé pardon pour les affaires de pédophilie ayant secoué le clergé.

En Allemagne, une école des Jésuites de Berlin a également été au coeur d'un scandale de pédophilie après avoir reconnu des abus sexuels systématiques commis sur des élèves par deux prêtres dans les années 70 et 80.

(afp)