Libye

30 juillet 2014 17:46; Act: 30.07.2014 17:57 Print

Plus de 30 corps de soldats retirés à Benghazi

Au moins 35 corps de soldats libyens ont été retirés du QG de l'unité des forces spéciales, principale base militaire à Benghazi, tombée mardi aux mains de groupes islamistes.

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous avons réussi jusqu'ici à retirer 35 corps. Mais il y en a plus» dans le quartier de Bouatni, où se trouve la base ainsi que plusieurs autres casernes de l'unité des Forces spéciales de l'armée libyenne, a indiqué à l'AFP le porte-parole du Croissant rouge libyen, Mohamed al-Misrati.

Le «Conseil de Choura des révolutionnaires de Benghazi», une alliance de groupes islamistes et jihadistes, avait annoncé mardi dans un communiqué avoir pris le contrôle du quartier général des forces spéciales.

«Les forces spéciales sous le commandement du (colonel) Wanis Abou Khamada se sont retirées suite à plusieurs attaques», a indiqué une source militaire. Il s'agit de la plus grande perte pour l'armée libyenne, qui peine à se reconstruire depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Réunion attendue

L'unité des forces spéciales est une des rares brigades de l'armée régulière en Libye. Elle a toutefois annoncé son soutien aux opérations du général dissident Khalifa Haftar, sans toutefois se placer sous son commandement.

Ce général dissident mène depuis le 16 mai une opération contre les groupes «terroristes» à Benghazi. Accusé par ses détracteurs de mener un coup d'Etat, il bénéficie du soutien de plusieurs unités de l'armée régulière, dont les forces de l'armée de l'air. Une réunion du nouveau Parlement doit avoir lieu samedi.

A Tripoli, une infirmière philippine a elle été violée par un groupe armé qui l'avait enlevé durant quelques heures mercredi, ont indiqué des sources des services de sécurité et médicales.

Français et Britanniques évacués

Le ministère libyen de la Santé a estimé dans un communiqué que cet incident devrait pousser les autorités philippines à accélérer l'évacuation de leurs ressortissants, dont 3000 médecins et infirmiers.

Par ailleurs, le ministère libyen du Pétrole a indiqué mercredi que de nouvelles opérations étaient en cours pour tenter de maîtriser l'incendie qui ravage depuis dimanche soir un immense dépôt d'hydrocarbures près de Tripoli.

La Tunisie ne pourra elle pas accueillir en masse des Libyens fuyant les combats et est prête à fermer la frontière si le flux des réfugiés devait s'accentuer, a annoncé mercredi le chef de la diplomatie tunisienne.

La France a fermé temporairement mercredi les locaux de son ambassade à Tripoli. Une cinquantaine de Français et de Britanniques ont eux été évacués par bateau au cours de la nuit de lundi à mardi de Libye par l'armée française.

(ats)