Sud-Soudan

07 mars 2011 13:53; Act: 07.03.2011 14:27 Print

Plus de 40 morts dans des heurts armée-rebelles

Plus de 40 personnes, dont sept soldats, ont péri dans des combats entre l'armée du Sud-Soudan et une milice rebelle dans l'Etat du Haut Nil (Sud-Soudan).

Sur ce sujet
Une faute?

«Il y a eu des combats dimanche entre la SPLA et une ancienne milice sous les ordres d'Ulony, un chef de milice qui a été au service de Khartoum pendant longtemps», a expliqué le porte-parole de la SPLA, les ex-rebelles aujourd'hui à la tête de l'armée de la région semi-autonome du Sud-Soudan, qui doit devenir indépendante en juillet.

Les miliciens ont attaqué des soldats de la SPLA qui étaient partis au marché de Owach, une ville à l'ouest de Malakal, la capitale de l'Etat du Haut Nil. L'attaque a fait un mort et un blessé parmi les soldats, a précisé M. Aguer.

«Après cet incident, la SPLA a attaqué leur camp et des combats s'en sont suivis, dans lesquels 37 hommes d'Ulony et sept soldats de la SPLA ont été tués, dont celui mort auparavant», a-t-il dit, ajoutant que 28 soldats avaient été blessés.

37 AK-47 retrouvés

Le porte-parole de la SPLA a précisé que 37 fusils d'assaut AK-47, «sans aucun doute» fournis par le Nord, avaient été retrouvés.

Il n'était pas possible dans l'immédiat d'obtenir une confirmation du nombre de victimes, ni de joindre des responsables de l'armée nordiste.

Selon M. Aguer, les violences de dimanche surviennent alors que le gouvernement sudiste a autorisé le groupe d'Ulony à rejoindre la SPLA, dans le cadre de l'amnistie proposée en octobre par le dirigeant sudiste Salva Kiir aux combattants rebelles.

Les relations entre le Nord et le Sud semblaient s'être apaisées pendant le référendum début janvier sur l'avenir du Sud-Soudan, mais une série d'attaques par des rebelles dans le Haut Nil et l'Etat voisin de Jonglei depuis février ont fait des dizaines de morts.

Le référendum ayant révélé une majorité écrasante de 98,83% des voix en faveur de la sécession, la région doit devenir un Etat indépendant en juillet.

Le 9 février, des combats entre des soldats de la SPLA et des hommes à la solde de l'ancien chef de guerre pro-Khartoum George Athor avaient fait 200 morts dans la région de Jonglei. Juba, capitale du Sud-Soudan, a accusé les rebelles d'agir pour le compte de Khartoum afin de déstabiliser le Sud, ce qu'ont nié les responsables nordistes.

(afp)