Europe

03 avril 2019 17:35; Act: 03.04.2019 17:36 Print

Plus de 500 millions pour la recherche

Le Conseil européen de la recherche choie l'EPFZ en lui octroyant cinq bourses. L'EPFL et les Universités de Genève et de Zurich décrochent chacune trois bourses.

storybild

L'EPFL a reçu trois bourses du Conseil européen de la recherche.

Une faute?

Le Conseil européen de la recherche (CER) a distribué ses bourses. Au terme de cette dernière mise au concours, 222 chercheurs de pointe recevront des «Advanced Grants», dotés chacun de 2,5 millions d'euros au maximum. Dix-huit scientifiques travaillant pour des instituts suisses ont été retenus.

Les collaborateurs de l'EPFZ ont été particulièrement choyés: cinq bourses sont attribuées à des professeurs sur 18 qui avaient déposé un dossier. L'EPFL et les Universités de Genève et de Zurich décrochent chacune trois bourses. Deux vont à des chercheurs de l'Uni de Bâle et une aux Universités de Lausanne et de Fribourg.

Les projets de recherche bénéficiant de cette manne vont des neurosciences, à l'astronomie, en passant par la médecine et la planification urbaine. Une équipe de l'EPFL dirigée par Douglas Hanahan planche par exemple sur la résistance de certaines tumeurs aux immunothérapies.

Les «Advanced Grants», «Starting Grants» et «Consolidator Grants» sont des soutiens importants pour les chercheurs dans le cadre du programme de recherche et d'innovation «Horizon 2020». Les fonds distribués devraient créer environ 2000 emplois, indique le CER dans son communiqué.

La Grande-Bretagne ressort bien lotie de cette édition: 47 chercheurs ont obtenu une bourse, plus que dans n'importe quel autre pays européen. Le Brexit remet toutefois en question la participation de la Grande-Bretagne à «Horizon 2020», tout comme à son prolongement «Horizon Europe», dès 2021.

La Suisse déclassée ?

Il n'est pas non plus encore clair dans quelle mesure la Suisse pourra participer au second programme. La secrétaire d'Etat à la formation Martina Hirayama suit le dossier de près.

L'Europe veut créer une nouvelle catégorie de pays participants pour «Horizon Europe» 2021-2027. La Suisse ferait désormais partie de la catégorie 4 avec la Grande-Bretagne, alors qu'elle est jusqu'à présent dans la première, avec les pays de l'EEE que sont la Norvège, le Liechtenstein et l'Islande.

Un tel déclassement pourrait avoir des conséquences fâcheuses pour les chercheurs suisses: ils pourraient être plus facilement exclus de certaines activités de ce nouveau programme. Le dernier mot reviendra au Parlement européen et aux Etats membres, vraisemblablement cet automne.

La Suisse est considérée comme un partenaire fiable, estime la secrétaire d'Etat dans un entretien à Keystone-ATS. Mais il est clair qu'à la fin, c'est la politique qui décide, ajoute-t-elle.

(nxp/ats)