Attentats de Paris

29 novembre 2015 15:35; Act: 29.11.2015 15:36 Print

Plusieurs dirigeants étrangers rendent hommage aux victimes

Plusieurs dirigeants étrangers sont venus dimanche se recueillir devant le Bataclan, à Paris. Ils sont arrivés ce week-end dans la capitale française pour la conférence de l'ONU sur le climat COP21.

Une faute?

Plusieurs dirigeants étrangers, arrivés ce week-end à Paris pour la conférence de l'ONU sur le climat COP21, sont venus dimanche se recueillir devant le Bataclan. Cette salle de concert était l'une des cibles des attaques djihadistes meurtrières du 13 novembre.

Dans la matinée, Justin Trudeau, premier ministre du Canada, s'est incliné avec son homologue français Manuel Valls et la maire de Paris, Anne Hidalgo, devant ce haut lieu du rock à Paris, où 90 personnes ont trouvé la mort, selon une source gouvernementale française. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s'est lui aussi rendu devant la salle de concerts.

En milieu de journée, la présidente du Chili, Michelle Bachelet, a suivi, pour déposer une gerbe de fleurs et assurer que la «terreur» ne fera pas fléchir ceux qui recherchent «la paix». Trois Chiliens ont été tués lors des attentats de Paris qui ont fait au total 130 morts et 350 blessés, marquant profondément à l'autre bout du monde la population chilienne, a précisé Michelle Bachelet.

Lundi en fin de matinée, une minute de silence est programmée à l'ouverture de la réunion internationale au Bourget en mémoire des victimes.

David Cameron, chef du gouvernement britannique, s'était déjà rendu lundi dernier devant le Bataclan. La chancelière allemande Angela Merkel avait choisi de son côté de déposer mercredi une rose au pied de la statue trônant au centre de la place de la République, toute proche de la salle de concert.

Marche gigantesque en janvier dernier

Les attentats de janvier, qui visaient des journalistes, des policiers et des juifs ont fait 17 morts. Ceux de novembre visaient notamment la jeunesse et les fans de football.

En janvier, quelques jours après les attentats, le président français François Hollande avait organisé, en s'affranchissant de nombreuses règles de sécurité, comme il l'a reconnu lui-même, la participation d'une cinquantaine de dirigeants étrangers à une marche gigantesque au coeur de Paris en faveur de la liberté.

Le 13 novembre, peu avant les attentats, il avait reconnu publiquement qu'il serait impossible d'organiser une deuxième manifestation similaire si de nouveaux attentats survenaient.

(nxp/ats)