Espagne

29 mars 2018 07:52; Act: 29.03.2018 07:56 Print

Policiers catalans arrêtés par la police espagnole

Des agents des forces de l'ordre proches de Carles Puigdemont ont été interpellés mercredi.

Voir le diaporama en grand »
La tension commence vraiment avec la . Les paysans catalans se révoltent en 1640 contre le roi qui les écrase sous les taxes pour financer la guerre contre la France et tuent le vice-roi. Cet épisode constitue l'hymne national catalan. Mais les choses se gâtent encore plus Durant la guerre de succession d'Espagne, Barcelone choisit le camp des Habsbourg contre les Bourbon. Ceux-ci triomphent et leur roi, Felipe V, écrase la ville. Une chute commémorée via la fête nationale catalane. Au 20e siècle, après la proclamation de la IIe République, la Catalogne obtient un de Catalogne. Le 6 octobre 1934, une très éphémère république catalane est même proclamée. Mais la guerre civile espagnole éclate après la victoire en France du Front populaire en 1936. Elle se solde par la victoire du général nationaliste Franco en , qui était restée fidèle à la République. Après la chute du régime de Franco en 1975, Juan Carlos 1er fait renaître la démocratie en Espagne. En 1978, la dote la Catalogne d'une large autonomie, qui peut disposer de son propre parlement et gouvernement En mars 2006, à la suite d'intenses négociations avec Madrid, le . La région devient une nation dans l'Etat espagnol. Avec ce statut, les Catalans ont leur propre drapeau national, leur hymne et fêtes populaires. Mais le Parti populaire de l'actuel président espagnol Mariano Rajoy fait recours auprès du Tribunal constitutionnel qui Des milliers de manifestants protestent à Barcelone en juillet 2010. En septembre 2012, des milliers de Catalans sont à nouveau dans la rue pour réclamer un . Mais Marino Rajoy, au pouvoir, refuse de négocier. En 2014, le président catalan Artur Mas convoque le peuple . Accepté à 80% des votants, le vote est déclaré nul par le Tribunal constitutionnel saisi par le gouvernement de Manuel Rajoy. Le 9 juin 2017, Carlos , séparatiste de longue date, devient président de Catalogne. Contre l'avis de Madrid, il annonce la tenue du référendum d'autodétermination le 1er octobre. malgré la présence de 10'000 gardes civils et la confiscation du matériel de vote par Madrid. Le oui l'emporte à 90% et le taux de participation est de 43%. Le gouvernement de Madrid, qui a interdit le vote, réprime les opérations au prix de qui font au moins 200 blessés. Journée de grève générale et de manifestations monstres à Barcelone mais aussi ailleurs en Espagne le 3 octobre 2017. Ce même 3 octobre, l'attitude du gouvernement catalan et son manque de loyauté. Le 8 octobre 2017, au moins pour défendre le maintien de la Catalogne dans l'Espagne. Le 27 octobre 2017, le Parlement de Catalogne annonçait que la région devenait une République. Une rupture sans précédent en Espagne.

Sur ce sujet
Une faute?

La police espagnole a arrêté mercredi à Barcelone deux agents de la police catalane qui se trouvaient dans le même véhicule que l'ex-président catalan Carles Puigdemont lors de son arrestation dimanche en Allemagne. Un professeur d'histoire a également été appréhendé.

Selon les medias espagnols, l'un des policiers catalans a été arrêté à l'aéroport El Prat de Barcelone après son arrivée à bord d'un avion en provenance de Bruxelles, tandis que le deuxième l'a été près de son domicile dans la ville côtière de Vilassar de Mar, au nord-est de la capitale de la Catalogne.

La police nationale a arrêté les deux agents «dans le cadre d'une enquête pour avoir abrité un criminel», a indiqué mercredi soir sur Twitter la police nationale espagnole sans autres explications.

Un professeur d'histoire qui se trouvait aussi dans la voiture avec M. Puigdemont au moment de son arrestation dans le nord de l'Allemagne a également été arrêté mercredi sous le même chef d'accusation, a indiqué la télévision publique espagnole.

Visé par un mandat d'arrêt européen, M. Puigdemont a été appréhendé dimanche près de la frontière entre l'Allemagne et le Danemark. Selon son avocat, il était en route pour la Belgique où il s'était réfugié après la déclaration d'indépendance de la Catalogne en octobre dernier. M. Puigdemont est accusé d'avoir organisé le référendum d'autodétermination ceci malgré son interdiction.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • qwerty le 29.03.2018 08:16 Report dénoncer ce commentaire

    Grosse bêtise

    Si le gouvernement espagnol voulait radicaliser une frange des indépendantistes catalans et se retrouver avec une sorte d'ETA catalane, il ne s'y prendrait pas autrement!

  • Et ensuite ? le 29.03.2018 08:45 Report dénoncer ce commentaire

    l'histoire suit son cours

    après avoir mis la Catalogne sous tutelle politique et financière, après avoir muselé la presse catalane, après avoir emprisonné des responsables politiques, maintenant on emprisonne des membres des forces de l'ordre et des enseignants. Ça ne vous rappelle pas certains évènements historiques comme en Allemagne des années 30, en URSS des années 50, au Chili de Pinochet, à l'Argentine de Videla, ou plus récemment à la Turquie de Erdogan ?

  • ALenotre le 29.03.2018 08:48 Report dénoncer ce commentaire

    Les indépendantistes doivent s exprimer

    Si c est ça la démocratie à l Européenne alors ce n esp une réussite........

Les derniers commentaires

  • Ana Sanz le 29.03.2018 13:41 Report dénoncer ce commentaire

    ils font pitié

    comme pour Billag, 2 pékins sous une multitude de pseudos qui rappellent les périodes sombres, leur seul argument (ou ce qu'ils croient en être un)...on a vu le décalage avec la réalité!

  • Juancho le 29.03.2018 12:41 Report dénoncer ce commentaire

    @ Arto Baz

    +1000 le E!!!

  • giof le 29.03.2018 10:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    n'en rajoutons plus

    Espagne et Europe de plus en plus démocratiques. Avec la Corée du Nord, la Chine et d'autres dictatures, qui remplissent les prisons d'opposants. Les USA qui font du protectionnisme une politique. La Russie peut être coupable de liquider ceux qui les trahissent. La France entre grèves et terrorisme. L'Italie sans gouvernement. L'Allemagne et l'est européen polluées par la droite dure. On est vraiment dans des bons mains.

  • Igor Streltsov le 29.03.2018 10:47 Report dénoncer ce commentaire

    Ca mijote...

    Ca sent le roussis dans l'UE, il vous faudra bientôt un nouveau Skripal! Bruxelles facilite déjà la mobilité administrative d'armement militaire entre pays membres, pour les amasser à la frontière russe au cas où...tout est bon pour détourner l'attention, même la "pacifique" et "exemplaire" UE se laisser aller aux douces sirènes des bruits de bottes...verra-t-on bientôt Juncker en tenue de para?!

  • Oto Mobil le 29.03.2018 10:27 Report dénoncer ce commentaire

    Souvenir comique...

    Ca me fait penser au film "La grande vadrouille" ou Paul Preboist dans sa barque en train de pêcher dit : "les voilà qui s'arrêtent entre eux maintenant...ca doit pas marcher bien fort"