Kenya

12 février 2011 14:09; Act: 12.02.2011 14:13 Print

Population d'éléphants en hausse

Le Kenya a enregistré une hausse de la population d'éléphants dans le principal parc du pays où ils vivent, en dépit d'une recrudescence du braconnage et d'une récente sécheresse.

storybild

Le parc de Tsavo héberge 12.572 éléphants. (Photo: Reuters)

Une faute?

Le parc de Tsavo héberge 12.572 éléphants, contre 11.696 il y a trois ans, selon les résultats préliminaires d'un recensement aérien rendus publics samedi.

Cette hausse de près de 2% est cependant inférieure à celle de 4% relevée lors du précédent recensement.

«Cela survient avec en toile de fond une sécheresse particulièrement dure», a commenté devant la presse Julius Kipng'etich, directeur du Kenya Wildlife Service (KWS), l'autorité de gestion des parcs naturels.

«Les nouveaux chiffres peuvent également refléter une demande accrue d'ivoire et l'augmentation du braconnage qui en découle», a-t-il ajouté.

Le parc rassemble un tiers de l'ensemble des pachydermes du pays

L'immense parc national de Tsavo est le principal sanctuaire des éléphants kenyans, avec un tiers de l'ensemble de la population des pachydermes de ce pays, vivant dans cet espace de 46.437 km2, une superficie plus grande que celle du Danemark et deux fois plus grande que celle d'Israël.

Tsavo offre ainsi une photographie idéale de l'état de préservation de l'éléphant au Kenya. Le parc hébergeait 35.000 éléphants en 1976. Mais 6.000 ont péri à la suite des sécheresses du début des années 70, et seulement 5.400 pachydermes subsistaient en 1988 après une recrudescence de cas de braconnage.

La population a progressivement augmenté depuis le début des années 90 grâce à une meilleure protection. Cependant les autorités kenyanes ont procédé ces derniers mois à une série d'arrestations de trafiquants d'ivoire à destination d'Asie, indication apparente d'une recrudescence du braconnage.

Le résultat du recensement mené à Tsavo «a une immense signification pour le Kenya, mais aussi pour toute l'Afrique», a estimé Iain Douglas-Hamilton, fondateur de l'organisation non gouvernementale Save the Elephants.

(afp)